Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 septembre 2007 2 04 /09 /septembre /2007 23:59
La riposte de la décroissance à Attali n'aura pas traîné ! L'Institut d'Etudes Economiques et Sociales pour la Décroissance Soutenable vient de créer une parodie du site de la commission de la "Libération de la croissance". Je remarque qu'ils répliquent à l'ancien conseiller de Mitterrand par la phrase de K. Boulding présent dans la bannière de ce blog, comme je le faisais la semaine dernière, énervé moi aussi par cette commission...

Dans le même temps, le mensuel la Décroissance (édité par la même équipe) est dans ma boîte aux lettres aujourd'hui ! Je vous laisse, je vais m'en délecter de ce pas...

attila.JPG bug_fck
Repost 0
Published by Sébastien - dans Economie
commenter cet article
30 août 2007 4 30 /08 /août /2007 23:23

10-06pds1.jpgQuel joli nom que cette nouvelle commission présidée par un ancien gauchiste, Jacques Attali. 
Au début j'avais lu "libéralisation" des freins de la croissance et ça ne m'avait même pas perturbé. On est dirigé par des libéraux, qu'on a choisis, rien de plus normal de libéraliser davantage pour faire grimper le PIB !

On l'a bien compris, nos ministres et leur super chef se fixent comme objectif la croissance. Vous l'avez bien compris je ne suis pas un partisan de cette croissance à tout prix qui pour moi n'est pas viable à long terme et qui n'est pas la condition suprême pour qu'une Société (notez le S majuscule pour la Société des Hommes)  se porte bien.  
Quand je parle des dangers de la  croissance on me retourne souvent la métaphore du cycliste, évidemment. S'il n'avance plus il tombe. Bien couillon celui qui tombe à l'arrêt... Suffit de poser un pied à terre ! Si la croissance est la vitesse du cycliste alors nous accélérons, ou tentons de le faire, toujours et encore mais au bout de la route il y a un mur (les limites physiques de la planète). 2 solutions donc, soit on tombe à l'arrêt, soit on fonce dans le mur. On pourrait peut-être chercher des routes perpendiculaires...

Même si le mot de décroissance choque et agace, cette croissance perpétuelle qu'on nous vend est absurde. Il me semble indispensable d'évoluer vers d'autres buts, de réfléchir à des indicateurs alternatifs autres que le simple PIB. On pollue et on tue pour faire du PIB mais on en fait aussi en dépolluant et en soignant. Attali pense que la technologie nous sauvera et pour cela il faut de la croissance. Schématiquement, la technologie permet de construire une voiture qui émet 30% de CO2 en moins mais comme la consommation, moteur de la croissance, augmente il y a deux fois plus de voitures en circulation. Résultat, 40% de pollution en plus. Sans compter qu'il n'y aura pas assez de pétrole pour tout le monde,  à moins qu'on choisisse de conduire plutôt que de manger. 
L'environnement peut donc conditionner la croissance. Il doit être un élément central dans toute réflexion sur la croissance. 

Or, l'examen  du site web de la commission (liberationdelacroissance.fr) montre très peu de références aux limites naturelles à la croissance. Ce site fonctionne sous forme de 29 blogs permettant de créer un lieu d'échange. On remarquera à la marge 3 blogs :

- Croissance durable et ONG. La notion centrale de durabilité n'apparaît qu'ici. Quant aux ONG, je ne vois pas le rapport.

- Croissance de quoi ?. Cette question essentielle semble être rejetée en fin de liste alors que c'est la question de base. Il sera certainement question des indicateurs alternatifs.

- Les enjeux de l'environnement, frein ou moteur ?. La seule allusion à l'environnement, là encore question centrale.

Côté journaux, comme à leurs habitudes, ils prennent bien soin de dissocier croissance économique pure et dure d'un côté et interrogation sur la pertinence de cette croissance de l'autre. Là, nous sommes dans le premier cas, aucun recul et remise en question sur la viabilité de notre système. Demain, quand on annoncera que Kyoto n'est pas tenable alors ils s'émouvront de cette croissance bête et méchante dans un article de la rubrique écologie.

Le Point nous dit que "jamais, depuis 37 ans que le FMI publie ses études de conjoncture, l'économie mondiale ne s'est aussi bien portée : 4.9% en 2007" avant de préciser que "la planète est en plein boum (sic). Pour le FMI, les dangers sur la voie de l'expansion semblent reculer. L'inflation est revenue sous contrôle. Les prix du pétrole se stabilisent (...) Dommage que ces six belles années d'échappée belle n'aient pas profité à la France". 
Il interviewe Philippe Aghion, membre de cette commission, qu'il qualifie de gauche. Celui-ci préconise "le renforcement de la concurrence, en particulier dans le commerce. Les lois Royer, Raffarin ou Galland avaient pour but de protéger le petit commerce, mais elles ont eu surtout pour effet de restreindre la concurrence entre les grandes surfaces. Un signe ne trompe pas : la part du hard discount en France est de seulement 13%, contre 40% en Allemagne et 35% en Belgique" et de poursuivre "ce sont les réformes structurelles et leurs effets sur l'innovation qui assureront l'augmentation durable de notre croissance". Cela fait rêver, tous au hard discount dans une société ultra-concurentielle et ultra-libéralisée . Il conviendrait alors de définir le mot durabilité....
Nicolas Baverez , toujours dans Le Point (je ne suis pourtant pas fan de cet hebdo), aspire à une "base productive compétitive dans le grand marché et l'économie ouverte" "ce qui conduit à proscrire toute forme de protectionnisme et de dirigisme". 
Les notions environnementales, de durabilité et même de développement durable leur semblent totalement étrangères. Ils comptent sans doute sur la main invisible, chère aux libéraux, pour nous sauver.

La composition de la commission ne laisse pas la place à des spécialistes de l'environnement mais plutôt à des chefs d'entreprises, des psychologues. C'est plutôt la sous-représentation des économistes que souligne la presse. Attali cite alors Kenneth Boulding : "un économiste est un expert qui saura parfaitement vous expliquer demain pourquoi ce qu'il a prévu hier ne s'est pas passé aujourd'hui". Je lui renvoie une autre citation de cet économiste, inscrite dans l'en-tête de ce blog.

Les travaux de la commission devront être rendus en même temps que ceux du Grenelle de l'Environnement, fin octobre, mais soyons certains qu'il n'y a aucune passerelle entre les deux réflexions. Les écologistes travaillent dans leur coin, se donnent bonne conscience mais les "réalités économiques" ne doivent pas être polluées ! D'ailleurs la lettre de mission de M. Attali, signée de MM. Sarkozy et Fillon, ne fait aucune allusion à l'environnement ni au développement durable. Ils proposent le soutien et l'aide de différents Ministères (économie, justice, du travail, budget) en omettant le Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durable. Ce fameux super ministère a pourtant un nom pas tout à fait hors sujet !

Illustration : croissance.. des inégalités depuis 1980. Indictateur alternatif, le BIP40.

Repost 0
Published by Sébastien - dans Economie
commenter cet article
8 avril 2007 7 08 /04 /avril /2007 12:45
Voilà presque 2 ans que je suis parti du Crédit Mutuel, disons presque parti car j'ai encore un emprunt à leur rembourser.
Une banque a, selon moi, un rôle à jouer primordial dans l'éthique de la finance. Quand Sarkozy dit qu'"il faut travailler plus pour gagner plus" je suis assez d'accord avec lui pour la finance (et rien que pour ça !!!) . J'ai toujours été choqué que des rentiers vivent de la bourse et de la spéculation financière.  Alors quand la banque me dit que je gère mal mon argent et que pour elle cette notion de bonne gestion passe par la souscription d'un PEA, c'est-à-dire d'actions en bourse, je suis choqué et eux sont surpris que je sois choqué  : "mais tous nos clients nous demandent les meilleurs rendements pour leur épargne". La campagne "Banques françaises, épargnez le climat" à laquelle le Crédit Mutuel n'avait pas daigné répondre a fini de me convaincre de le quitter !

J'ai préféré intégrer la Nef (société coopérative de finance solidaire) et le Crédit Coopératif (dépositaire des comptes chèques et livret NEF) qui correspondent bien plus à mes valeurs.
La Nef reçoit l'épargne des personnes sensibles à l'épargne solidaire, sensibles à l'éthique dans la finance et la redistribue sous forme de prêts à des entreprises, associations, coopératives ayant des projets eux aussi solidaires, sociaux, environnementaux ou culturels (et maintenant aux particuliers pour des projets d'éco-construction) . Ces projets ne trouvent bien souvent pas de financement dans le circuit traditionnel. La Nef joue la transparence et chaque sociétaire sait à qui sont attribués les prêts et pour quels projets. Le site web répertorie également ces projets.
Mon choix est conforté au vu d'une nouvelle étude des Amis de la terre qui classe le comportement des banques par rapport à l'environnement en vue de la choisir.

Tout ça pour dire que la semaine dernière je recevais une publicité du Crédit Mutuel pour des prêts auto...alors que je pense plutôt à me séparer de ma voiture, on en reparlera.
Il y avait une espèce de catalogue "Sport" présentant les modèles de voitures du salon de l'auto à Genève. On pouvait y lire "l'avenir de la voiture est-il remis en question ? Bien sûr que non. Sa côte d'amour reste intacte(...). On peut faire confiance aux constructeurs pour offrir de nouvelles solutions mieux adaptées à l'époque et conformes à "l'air du temps"." Le développement durable c'est une question de mode et de marketing c'est bien connu. Henri Pescarolo écrivait  : "Malgré un discours officiel "autophobe" [ça me rappelle quelqu'un...], les Européens et surtout les Français restent passionnés par l'automobile (...). Elle est devenue l'un des moteurs du rêve. Et cette mécanique-là n'a pas de prix." L'explication du rêve automobile est donné à la page suivante "peut-être parce qu'elle est plus que jamais synonyme de liberté" Je trouve que l'image ci-contre l'illustre bien.

Evidemment le 4X4 (excusez-moi, le terme tendance est SUV) est à l'honneur avec les nouveautés françaises. On voit aussi des crossovers pour ceux qui ont du mal à choisir entre monospaces et 4X4. Bref on nous rabat les oreilles avec des arguments de sécurité, de puissance, de confort, d'évasion, de liberté. Pour finir, un article intitulé "des vertes et des pas mûres". Quel beau nom pour des prototypes, que dis-je des rêves à l'état d'images, tellement imaginaires qu'effectivement ils sont loin d'être mûrs. On peut ainsi admirer un truc entre un tracteur et une mouche, de la marque Hummer avec "un moteur thermique alimenté par des panneaux déployés recouverts d'algues vertes. La photosymntèse fait le reste". Ce Hummer O2 "restitue à l'environnement plus qu'il ne l'affecte". Ben voyons ! Nous vivons une époque moderne comme dirait l'autre !
J'ai donc bien fait de quitter cette banque.

Photo : pub pour le Crédit Mutuel issue de leur site web - pub pour un "SUV urbanproof" (à l'épreuve de la ville) aperçu en double page en seconde de couverture dans Science et Vie sur le réchauffement climatique  - la rocade toulousaine
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Economie
commenter cet article
5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 21:18

La décroissance, voilà un sujet passionnant et polémique. L’Alternative Midi-Pyrénées invitait Serge Latouche, économiste et décroissant, vendredi 3 novembre à la salle du Sénéchal à Toulouse. L’homme, la soixantaine, est à l’aise devant une salle comble. Le public, hétéroclite, a bien répondu au rendez-vous diffusé principalement dans les milieux décroissants et de la gauche toulousaine. Compte-rendu

L’Alternative Midi-Pyrénées avoue ne pas s’être positionnée sur la logique de décroissance même si elle est consciente que les sociétés occidentales vivent à crédit sur la planète car notre empreinte écologique est supérieure aux capacités de la planète (si toute l’humanité vivait comme les Français il faudrait 3 planètes Terre). La croissance a même été remise en cause par le Club de Rome en 1970 et avec un objectif affiché de croissance « 0 » à terme. Serge Latouche va donc tenter de balayer les tenants et l'aboutissement de la décroissance.

La décroissance constitue à la fois une évidence mais aussi un blasphème. La phrase de l’économiste américain Kenneth Boulding « Toute personne croyant qu'une croissance exponentielle peut durer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste» est admise par beaucoup alors que la sortie d’un système basé sur le toujours plus, la croissance, est inconcevable pour une grande majorité et le terme décroissance est encore un gros mot.

« Nous ne voulons pas savoir ce que nous savons » résume Latouche. Tout est organisé dans notre économie autour de la production et de la consommation et cela dans une logique de toujours plus. Le système s’appuie en particulier sur la publicité qui crée des besoins, crée l’insatisfaction permanente, le jetable et ce qui conduit finalement à une accumulation de déchets. La société de croissance est donc insoutenable !!!

L’empreinte écologique en est une preuve. La terre c’est 51 milliards d’ha dont 12 bioproductifs soit 1.8 ha /terrien. Or en ce moment on utilise plus que cela au Nord mais beaucoup moins au Sud. Globalement nous entamons le capital de la terre au lieu de se contenter de ce qu’elle produit. Pour avoir un ordre de grandeur, tout le pétrole qu’on utilise sur une année représente le produit de la photosynthèse sur terre pendant 100 000 ans !!!

Nous vivons dans une société non soutenable on l’a vu mais aussi non souhaitable car au-delà des dégâts environnementaux, cette société est créatrice d’inégalités. On nous la présente comme une société de bien-être et d’abondance mais elle ne génère que stress et mal vivre.

La croissance engendre plus de dépenses qu’elle ne rapporte d’argent à cause des coûts cachés, de tous les dégâts sur la planète et sur les inégalités que l’on paiera bien un jour.


Le cercle vertueux de la décroissance


Les économistes actuels nous parlent des cercles vertueux de la croissance, il faut créer le cercle vertueux de la décroissance, créer l’utopie d’une société de décroissance. Le schéma présenté est issu d’un transparent qui mit presque le feu à la salle, au 1° degré !!! Voici le détail de chacune des 8 étapes :

Réévaluer : la société actuelle de compétition doit devenir une société de coopération. Les valeurs doivent changer : finis les héros de série TV qui sont de riches ambitieux, finis ces autres héros des temps modernes, les cost killers, ceux qui cassent les coûts en « laissant l’éthique dans leur poche ».

Reconceptualiser : un nouveau concept doit être impulsé au terme de richesse. La pauvreté doit également être reconsidérée et être bien différenciée de la misère. Le couple qui mène l’économie : rareté et abondance doit être revu. La rareté est créée par la technologie et la privatisation du vivant (OGM…) et des richesses naturelles (eau…).

Restructurer : il s’agit de sortir du capitalisme mais conserver la monnaie et les marchés qui peuvent avoir des vertus et créer du lien humain. Par exemple on pourrait transformer les usines d’automobile en usines de cogénération pour produire de l’énergie.et de la chaleur. Bref, recoloniser notre imaginaire.

Redistribuer : les différences de revenus sont monstrueuses à travers le monde et même au sein d’un même pays ou d’une même entreprise. Il faut partager mais également redistribuer un droit de tirage écologique c’est-à-dire utiliser moins de ressources naturelles au Nord pour que les pays du Sud produisent plus.

Relocaliser : penser global, agir local. L’économie doit être démondialisée, le démantèlement des services publics freiné, les circuits courts encouragés et la grande distribution contrée(alternative = AMAP par exemple). On ne peut plus admettre que le yaourt à la fraise ait parcouru 9000 km.
Relocaliser c’est aussi valable pour l’énergie en développant les apports énergétiques locaux (mini éoliennes individuelles, solaire, micro centrales de cogénération).
La réappropriation de la monnaie au niveau local doit être entreprise par la création de monnaies locales.
Pour un local vivable il faut réduire les tailles des villes, au besoin créer des municipalités dans les municipalités afin de ne pas dépasser des entités de 60 000 individus(slow cities).
Mais le local n’est pas un enfermement et ne doit pas être un repli. Cela signifie au contraire développer une culture locale, se réapproprier une langue, tisser des liens et c’est bien différent du communautarisme.
Concernant les voyages, il s’agit souvent d’un besoin créé récemment, ce besoin n’est pas incompressible ; l’ouverture d’esprit ne passe pas que par les voyages.
La relocalisation implique enfin une autonomisation du Sud. Une rupture entre Sud et Nord, rupture culturelle, pour que chacun retrouve ses repères culturels sans que le Nord n’impose ses vues et que le Sud se cale sur ce modèle. Toutefois le partenariat Nord Sud doit conduire le Sud à augmenter son empreinte écologique jusqu’à un niveau légitime.

Réduire : le programme Négawatts
prévoit la réduction de la consommation d’énergie, l’amélioration de l’efficacité de son utilisation. C’est d’ailleurs cette association qui a lancé le fameux facteur 4. de CO2.
La réduction du temps de travail est également une priorité pour permettre à tous de travailler. L’augmentation de productivité permet non pas d’accroître la production mais de libérer du temps libre.Ce gain sensible de temps doit être synonyme de vie contemplative (à opposer à vie active), culture, art, rêve mais aussi vie citoyenne.

Recycler et réutiliser : en finir avec le jetable.

Un programme aux présidentielles en 9 points

  

Latouche s’imagine alors en présidentiable et pour cela il nous livre son programme en 9 points :

 - Revenir à une empreinte écologique correspondant à une seule planète ce qui signifie pour la France à revenir aux années 60-70. On consommait des produits fabriqués localement, avec moins de transport et d’emballage, des matériaux réutilisables.

 - Internaliser les coûts : l’énergie n’est pas chère aujourd’hui et pour le transport aérien il n’y a pas de TIPP ! Il faut faire payer le coût des infrastructures, leur destruction, la destruction de l’environnement et de la santé engendrées par le transport. Ils sont responsable de 30% des émissions de CO2. Il faut multiplier par 20 le prix des transports.

 - Relocaliser : voir plus haut

 - Mise en place d’un agriculture paysanne et biologique avec pour objectif 10% d’agriculteurs en France dans la population active.

 - Transformer les gains de productivité en réduction du temps de travail. Pour produire autant on a besoin de moins de temps de travail.

 - Biens relationnels : convivialité de l’échange

 - Programme Négawwatts

 - Moratoire et inventaire de la recherche scientifique et technologique avec pour but de revoir les priorités et les réorienter dans l’intérêt de l’homme et de la planète. La technologie n’est pas mauvaise en elle-même mais elle ne doit pas servir les profits.

 - Pénaliser les dépenses de la publicité (aujourd’hui 500 milliards de $ de budget annuel juste derrière… les dépenses d’armement). La pub est une pollution matérielle, visuelle, auditive, spirituelle et mentale.

 Seulement, au bout de quelques jours, si Latouche est élu, il est assassiné. En effet la mise en œuvre de ce programme dans notre logique actuelle est impossible. Il faut réunir les conditions d’application, inverser les rapports de force, contrer les lobbies. Une société de croissance sans croissance c’est la catastrophe il faut donc sortir de la société actuelle et en construire une nouvelle.

Nous sommes des toxico dépendants de la croissance et de la société de consommation. La croissance est une drogue : elle conduit à la perte mais, conscients de cette impasse, on continue malgré tout, à la recherche du bien-être éphémère qu’elle provoque. Il faut donc en sortir et la décroissance est un pari. Un autre monde est en effet possible. Il faut basculer vers une éco-démocratie.

 

 Décroissance et anti-capitalisme

La séance des questions aborda inévitablement l’approche sociale et anti-capitaliste de la décroissance, le collectif portant une alternative anti-libérale. Pour ce qui est de la question des protections sociales, il ne s’agit pas pour Latouche de soigner toujours plus de maladies créées par l’homme, par son mode de vie mais plutôt soigner autrement en créant un milieu de vie sain.
Latouche se place clairement à gauche de la gauche mais interroge sur le sens du mot anti-capitalisme. La priorité numéro 1 est sauver la planète et en ce sens il faut remettre en cause le productivisme, ce que la gauche anti-libérale a du mal à concevoir [mon avis : les anti-capitalistes, dont je suis, ont un idéal et sont en ce sens utopistes, il est donc étrange qu’ils n’arrivent pas pour beaucoup à concevoir l’utopie d’une société qui ne repose pas sur le toujours plus. L’alternative n’est peut-être pas assez alternative en restant prisonnière du dogme consumériste et productiviste…].  

Cette logique productiviste se lit dans les propositions du collectif  selon un spectateur, on y voit 50 fois le mot développement. C’est un mot séduisant mais toxique et qui sous-entend développement économique. La croissance (quantité) est en effet l’infrastructure du développement (qualité) qui conduit à l’accumulation du capital de Marx. Le développement est une conception des pays du Nord qui se traduit dans certains pays par « rêve du blanc ». Aujourd’hui on en a fait du développement durable mais il n’y a pas de bon développement. Il ne faut également pas tomber dans le piège d’une autre croissance, plus humaine… c’est un leurre.

La décroissance est une utopie nécessaire !

Photo : Serge Latouche (source : http://bdm.typepad.com) - cartes des Casseurs de Pub

Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Economie
commenter cet article
21 octobre 2006 6 21 /10 /octobre /2006 13:02
Cet été en me promenant en Espagne j'ai eu de la peine en voyant des Français s'entasser dans des supermarchés construits spécialement pour eux pour y acheter de l'alcool moins taxé. Gagner également 10 centimes sur le litre de gazoil par rapport à la France soit 5€ sur un plein (ce qui suppose d'habiter à moins de 16 km pour le rentabiliser !).  Cela m'a fait réfléchir sur le sens du prix des choses et la portée politique de l'acte d'acheter. Voilà ce que j'ai cogité...

Le prix n'est autre que cet artifice qui permet de réguler l'offre et la demande. La valeur d'un objet, d'un service .... ou d'un homme est donc très arbitraire. Cette simplicité ne représente pas les vrais coûts, sociaux, environnementaux, énergétiques... C'est pourquoi il est primordial d'analyser ce qui se cache derrière un prix .

Cartier ou Lidl, on ne connaît pas le coût réel

Fabriquer un produit coûte de la main-d'oeuvre, de l'énergie, du transport, des intermédiaires... ces éléments étant eux-mêmes régis par le rapport offre/demande. En revanche, certains coûts ne sont pas inclus et sont d'ailleurs très difficiles à chiffrer. Comment chiffrer les coûts sociaux, les maladies professionnelles, le stress ? Sur le plan environnemental comment chiffrer le réchauffement climatique que vont générer les intrants et l'énergie utilisés? L'épuisement de cette énergie aura des impacts également non chiffrables. Les emballages gourmands en matières premières polluantes seront éliminés avec des coûts chiffrables mais non entièrement à la charge du fabricant. Les infrastructures routières pour les bateaux, camions ainsi que les hôpitaux et pompiers qui vont avec sont aussi une variable à prendre en compte. A l'inverse on peut aussi se demander si les subventions publiques sont bien répercutées directement sur le prix final.

Pensez-vous que les bijoux présentés ci-contre (boutique Cartier Paris 8°) coûtent réellement le prix affiché ? Pensez-vous que les ouvriers qui ont extrait les diamants sont très bien payés ? Que l'environnement a été hyper protégé dans la mine ? Rien n'est moins sûr et les mêmes diamants seront peut-être vendus dix fois moins chers dans un autre magasin moins "select". Ce prix monstrueux n'est que la rareté d'un produit adressé à des gens très riches. Le prix est alors surestimé par rapport au coût.

A l'inverse les produits "discounts" sous-estiment les coûts cachés. Ils font souvent travailler les employés dans des conditions plus que moyennes, utilisent des procédés polluants notamment en agriculture ou du moins ne se soucient pas plus que ça de l'impact sur le milieu, le prix étant plus important que tout.

Plus ça revient cher moins c'est vendu cher

Les coûts cachés sont le plus souvent supportés par l'argent public à travers les impôts, dont ceux payés par les entreprises il est vrai*. Seulement, nous importons de plus en plus de produits qui sont fabriqués à l'autre bout du monde, ont été transportés dans des navires et par camions, ont été fabriqués par des personnes exploitées et dans des usines loin d'avoir les mêmes normes environnementales et loin de payer les mêmes impôts qu'en France. Les coûts devraient en théorie être plus élevés mais le rapport offre/demande permet l'inverse. Magique.

Magique ? Enfin pas tout à fait car cette sous-estimation ou cette non prise en compte de certains coûts ne fait qu'augmenter une dette environnementale pour les générations futures et pomper l'argent public.

Bien entendu il est extrêmement difficile de calculer le vrai coût dans cette vision macro économique mais il est tout de même possible de faire attention à ses achats.

Régulièrement nous voyons des sondages dans lesquels les Français se disent prêts à payer un peu plus s'ils ont l'assurance que les conditions de travail des ouvriers seront respectées ou que l'environnement sera préservé. Mais qu'en est-il ?
Aujourd'hui le prix est devenu pratiquement le seul paramètre qui influence l'achat. On voit fleurir les "hard discounts", chacun chasse la bonne affaire... J'ai d'ailleurs remarqué qu'on a toujours besoin de se justifier lors d'un achat : "c'était en réduction, je l'ai eu moins cher, je l'ai trouvé sur un super site pas cher", comme s'il était honteux de payer un prix décent. D'ailleurs la décence du prix d'un produit, on ne la connait plus, on est par exemple habitué à payer le kg de tomates 1,5€ et l'on trouve des billets d'avions à 10€ !!!
Qu'est-ce qui motive les personnes ci-contre à payer un peu moins cher quitte à ne pas payer les taxes à la sécu ? (ces gens-là doivent être ravis que 248 spécialités pharmaceutiques soient prochainement déremboursées ou moins remboursées !)
Je pense qu'il faudrait que les habitudes d'achat changent et que le prix brut ne soit plus le seul critère d'achat. Sans doute utopiste mais il suffit de réfléchir un peu pour en voir le bien fondé.

En effet, en suivant le raisonnement précédent, si j'achète les patates les moins chères chez Lidl, seront-elles vraiment les moins chères comparées à des bio achetées sur le marché? Les patates bio ont bénéficié de moins de subventions de la PAC (qui viennent des d'impôt que j'ai payés) ; elle ne pollueront pas le sol et éviteront de construire des usines d'eau potable hyper perfectionnées, ne contiendront pas de pescticides et de nitrates qui sont cancérigènes et éviteront des soins hospitaliers chers ; elle feront vivre une exploitation agricole plus extensive et plus de paysans qui sont attachés à la terre à au maintien des paysages, feront économiser du pétrole avec lequel sont fabriqués les engrais et pesticides et qui sert au transport ; elle économiserons les dividendes sur actions et les stocks options aux actionnaires et PDG des multinationales agro-alimentaires et des grandes surfaces qui les distribuent. Et j'en ai sans doute oublié...

La patate bio locale du marché doit coûter moins chère que celle de chez Lidl produit en intensif à 1000 km

La consom'action est réservée à quelques bobos friqués nous dit Renaud dans sa dernière chanson mais je remarque que l'on voit des 4X4 sur les parkings de Lidl, que ceux qui vont au moins cher ne sont pas forcément les plus pauvres. Réfléchir à la portée de ses achats n'est pas une histoire de moyens mais surtout de conviction et de volonté. Il est nécessaire en effet de sortir de la logique "il me faut le dernier écran plat, même à crédit".

Espérer que le tout un chacun fasse systématiquement le raisonnement précédent lors de son achat n'est bien entendu pas réaliste. Moi-même je ne le suis pas pour tout et jusqu'au bout...

Nous venons de le dire, seul le prix a un impact réel sur nos habitudes, alors pourquoi ne pas imaginer taxer les produits en fonction de la distance qu'ils ont effectuée, en fonction des réglementations sociales et environnementales des pays d'origine, en fonction des techniques de fabrication ?  La patate bio locale du marché doit coûter moins chère que celle de chez Lidl produit en intensif à 1000 km !!
A terme le commerce équitable devrait être la norme. Voilà un bon moyen de rupture, un mot très présent dans la bouche de certains en ce moment !!

* Sur le total des impôts perçus par l'Etat et les collectivitées locales, la taxe professionnelle = 6.2% et l'impôt sur les bénéfices des sociétes et leurs contributions sociales = 10.1%
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Economie
commenter cet article
14 septembre 2006 4 14 /09 /septembre /2006 23:03
Le débat est vif en ce moment à l'Assemblée Nationale, la privatisation de Gaz de France est en effet discutée par les députés. Cette privatisation a pour but un rapprochement GDF - Suez afin de contrer une éventuelle OPA du leader italien de l'énergie, Enel. 10 raisons que l'Etat ne passe pas sous les 50% de capital (80.2% aujourd'hui) et que la fusion ne se fasse pas.

- Le gouvernement doit tenir ses promesses. Nicolas sakosy s'y était engagé personnellement à l'Assemblée en 2004, GDF ne sera pas privatisé. Une loi (4 août 2004 article 24),  interdisant à l'Etat de descendre sous les 70% de capital, était même proposée et votée par les personnes qui aujourd'hui demandent la privatisation.

- Pas de garantie contre une OPA. Le groupe formé ne serait pas un monstre intouchable. De plus Bruxelles pourrait demander la cession d'activités dans certaines régions au nom de la concurrence.... si la Commission donne son feu vert !

- Le nouveau groupe ne pèsera pas plus sur le marché mondial du gaz. GDF serait 25% plus gros mais cela ne fera pas grand chose face au géant russe Gazprom. Il serait plus judicieux de créer une alliance entre tous les distributeurs nationaux européens

- Licenciements. La fusion engendrera inéluctablement un regroupement des activités communes. Suez pourrait également se séparer de sa branche historique, la Lyonnaise des Eaux.

- Les prix du gaz pourraient augmenter. On l'a vu pour l'électricité pour les gros consommateurs, le prix a été multiplié par deux, tout simplement par adaptation au marché. Le gaz français est bon marché, il ne pourra donc qu'augmenter pour s'aligner sur celui de nos voisins.

- Géopolitique. Les tensions actuelles sur le marché de l'énergie fossile nécessitent une approche diplomatique, cohérente pour les intérêts de la France. Une entreprise privée n'aura pas les mêmes intérêts et la même approche que l'Etat.

- Réchauffement climatique. Il s'agit d'une réflexion et d'une inflexion mondiale, primordiale et même vitale. Une entreprise privée pense à la rentabilité à court terme. Elle n'élaborera pas une politique environnementale audacieuse. D'ailleurs, le prix élevé du pétrole incite ces privés à ré-investir dans le charbon (voir cet article de Libé) alors qu'il est extrêmement polluant et producteur de CO2.

- Investissements. Qui dit stratégie et politique énergétique cohérente et audacieuse sur un pays dit investissements lourds et pas forcément rentables. Le cas du charbon en est la preuve. Le privé va au moins cher et au retour sur investissement rapide sans souci du long-terme.

- Doute sur le service public.
L'égalité d'accès à l'énergie passera certainement au second rang derrière la satisfacation des intérêts des actionnaires qui demandent du 15% de bénéfice par an.

- Pourquoi casser un système qui fonctionne ?
C'est Joseph Stiglitz, Américain prix Nobel d'Economie, ancien vice-président de la Banque Mondiale et ancien conseilller de Bill Clinton qui le dit. Il nous conseille de voir comment cela fonctionne aux USA et estime que cette privatisation est une bêtise.
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Economie
commenter cet article
30 août 2006 3 30 /08 /août /2006 14:32

En me rendant sur le forum de la performance de l'Etat (un ramassis de contributions limites populistes et simplistes) disponible sur le site du MINEFI (Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie), j'ai aperçu une petit icône animée qui disait  "et si vous preniez les commandes du budget de la France...vous remplacez le ministre du budget... prenez les bonnes décisisons...appréhendez la contrainte du pilotage budgétaire...à vous de jouer !! Cyber-budget".

Joueur et curieux j'ai essayé. Sachez avant tout qu'il vous faut une bonne demi-heure pour jouer sérieusement. Le jeu est tout en flash, plutôt sympa et agréable à utiliser.

J'assure donc l'intérim de Jean-François Coppé, ministre délégué au budget. Première chose qui me choque quand j'arrive à Bercy, je me déplace en voiture, moteur allumé pendant mes rendez-vous, dans une ville saturée de routes et buildings !!! Sans doute mon penchant écolo qui ressort... ça reste dans le domaine du détail mais ces détails trahissent bien notre mode de vie et de pensée. Je serais incomplet si je ne disais pas que je me déplace une fois... en montgolfière !!!

Bref, voici en image mon véhicule et cette ville parcourue de 2X2 voies... On remarquera également que cette capitale (on y trouve Matignon, Bercy) est située en bord de mer !

Sur la première partie du jeu il y a une série d'épreuves pour tester ses connaissances, assez faciles. Ainsi le ministre joue à un jeu télévisé !!! A la fin de chaque test, un moment qui semble très important pour lui, ce que les journaux disent de lui. Les titres des journaux nationaux et régionaux sont bien caricaturés : les jeux de mots de Libé ou du Canard, le sérieux gestionnaire du Figaro...  On devra également répondre aux journalistes.

Vient ensuite une série de jeux pour fixer le budget. Seul problème, ils relèvent plus du jeu d'arcade que de la raison !!! On devra ainsi faire naviguer une montgolfière entre deux courbes (croissance et je ne sais plus quoi) pour attraper des sacs de dollars !!! Si l'on touche trop les courbes, on perd... Je ne suis pas certain que l'élaboration d'un budget se fasse de la sorte !!! Il y a également une phase d'attribution des augmentations de budget mais on ne choisit pas. La hausse est présentée sur un plateau et il faut l'équilibrer avec des poids. Sur ce coup, je n'ai pas été bon, trop de temps, et les hausses ont été refusées (en particulier sur l'éducation...)!!!

La dernière partie, la plus intéressante, consiste à gérer le budget pendant 3 ans. Gérer est un bien grand mot car le ministre ne fait qu'accepter ou refuser des revendications. Gérer à très court terme. Il approuve ou non des réformes libérales et doit toujours se prononcer toutes les 30 secondes sur le budget militaire. Mes refus  en la matière justifient la baisse de mes dépenses. Voyez mes résultats finaux...

Le travail d'un ministre des finances ressemble à ce que j'imaginais. Du court terme, le suivi de sa courbe de popularité (voir ci-dessus à gauche sur fond rose, très mauvaise pour moi). Bref, rigolo mais pas si instructif que ça car très réducteur et orienté. En conclusion, une mini vidéo de Jean-François Coppé qui m'adresse ses félicitations, alors même que ma politique n'était pas tellement de son "bord"... 

Au moins un avantage, faire comprendre que la croissance, la réduction de la dette, les réformes libérales et la popularité du ministre sont ce qu'il y a de plus important dans un pays !!!

Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Economie
commenter cet article
9 août 2006 3 09 /08 /août /2006 22:19
Au hasard de mes cyber-lectures, je suis tombé sur un article du Monde écrit par Pierre-Antoine Delhommais et intitulé "L'obscure lubie des objecteurs de croissance". Ce titre ne passe pas inaperçu !

Avant d'évoquer ce papier, je tiens à citer quelques phrases de ce monsieur  qui est un prophète de la croissance "La croissance profite à tous, mais plus aux nations pauvres qu'aux riches" (Le Monde 05/08/06) ; "Au-delà des ajustements de l'offre et de la demande et des incertitudes géopolitiques, les économistes s'accordent pour reconnaître le rôle majeur joué par les fonds spéculatifs dans l'envolée des cours du pétrole" (Le Monde  22/08/06). En somme la croissance est la seule chose qui puisse tirer l'humanité vers le haut, seule la lourdeur étatique et les avantages sociaux peuvent la ralentir.

Dans l'article, Delhommais semble réfuter le fait que la croissance ait besoin d'énergie car il tourne en dérision la logique qui veut que la limitation des ressources naturelles soit une limite à la croissance. C'est pourtant aussi simple que 2 et 2 font 4 !

Il critique également une absence de confiance qu'ont les décroissants en l'homme. Pour lui l'homme est cet être supérieur qui se sortira toujours de toutes les situations, celui qui inventera en moins de 50 ans l'énergie miracle et qui stoppera le réchauffement climatique comme par magie. Les décroissants sont effectivement des humanistes car ils croient que les hommes sont capables de cohabiter harmonieusement entre eux et avec la terre, la croissance constituant une mauvaise voie.

Son argument pro-croissance est la réussite de la Chine, ce pays où il n'y aura plus de très pauvres d'ici 15 ans avec un PIB à +10% par an. Sauf que la Chine est une dictature, un des pays où la richesse est la moins bien répartie, où il n'y a aucune protection sociale, où les inégalités sont criantes et où sont exécuter plus de 80% des condamanés à mort de la planète.

Delhommais fait l'amalgame écologie - décroissance en incluant Nicolas Hulot qui est au contraire plutôt développement  et croissance durable.

Là où la décroissance, qui n'est pas une solution précise en soi, pose le problème du fourvoiement de la croissance, de l'étroitesse des indicateurs tel le PIB (cité à chaque paragraphe), ne fait qu'installer un débat la viabilité d'un système économique, l'auteur refuse de tourner la tête et pense qu'il n'y a pas de débat possible par rapport à nos réalités économiques. Delhommais n'est pas un humaniste, c'est un scientiste qui préfère la fuite en avant.

Sa conclusion, très arrogante et prétentieuse, tend à dire que les décroissants sont des doux rêveurs riches et que lui est en train de sauver l'humanité. Mais la décroissance n'est autre que la prise de conscience que les pays riches sont sur la mauvaise voie et une mise en garde envers les pays pauvres pour un développement plus harmonieux et plus équitable.

Photo : Larzac 2003 "Choix de société"
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Economie
commenter cet article
9 mai 2006 2 09 /05 /mai /2006 23:15
A l'occasion de la quinzaine du commerce équitable, l'ARPE Midi-Pyrénées( Association Régionale pour l'Environnement) prêtait ce soir ses locaux à l'association Max Havelaar pour une soirée sur le commerce équitable. Celle-ci donnait la parole à des représentants de coopératives venant de Bolivie, du Pérou, d'Haïti et des Comores. Ils étaient, je pense, invités par la société Lobodis et la SCOP Ethiquable qui achètent leur production et la vendent essentiellement en grandes surfaces. Bien entendu la présentation était une publicité pour le commerce équitable donc pas de polémique et puis les invités n'allaient pas critiquer leurs clients, ceux qui les font vivre, et ça se comprend !!! Les sujets abordés ont donc été assez superficiels.

Tous ont relevé les bénéfices indéniables du commerce équitable, tant financiers que sur le plan de l'aide au développement. J'ai vraiment ressenti leur soulagement d'intégrer un circuit court et ne plus traiter avec les "coyottes" qui sont des intermédiares peu scrupuleux et qui agissent pour le compte de multinationales et donc en situation de supériorité dans le rapport de force avec le producteur.
Leur autonomie est également assurée par la filière. Ainsi 60% des bénéfices vont en direction d'oeuvres sociales qui profitent à tous les membres d'une des coopératives représentées, comme par exemple payer l'université aux enfants des producteurs. Le responsable d'une coopérative de café au Pérou a souligné par ailleurs que sans le commerce équitable, bon nombre de petits producteurs ne seraient pas autonomes mais seraient contraints de travailler pour un grand patron terrien et dépendants de lui.

Mais l'intégration d'une filière équitable impose une qualité accrue du produit (contrôles qualité plus rigoureux), une protection de l'environnement et en particulier des sols quand la principale contrainte reste le paiement d'une taxe à FLO-Cert (Max Havelaar international) pour être certifié. Un des intervenants a bien souligné le coût élevé de ce "droit". D'autre part il était perceptible que ces coopératives travaillent pour exporter un produit "spécial riches" qui n'est pas viable économiquement dans leur propre pays.

Les multinationales restent encore timides dans cette filière et s'attachent à lutter contre l'équitable sur le terrain. Ainsi l'un de ces petits producteurs m'a expliqué qu'elles contrent les éventuelles prises de marché vers l'équitable en augmentant les prix ponctuellement afin de  conserver ces marchés en traditionnel. Pour lui il est nécessaire qu'il y ait transparence et que les consommateurs aient l'assurance que les bénéfices en bout de chaîne soient réels.

Par rapport à la labellisation en France, un membre de l'association MH m'a indiqué que la loi récente donnait une garantie à minima et donc la crainte de voir une société ou une grande surface s'emparer du terme commerce équitable en créant son propre logo avec des exigences minimums était entière. Un commerce équitable au rabais est donc à craindre.

Cette soirée, même si elle n'a pas répondu à nombre de mes interrogations de fond (voir ici...), m'a éclairé sur la réalité. La sincérité et la passion de ces producteurs m'ont montré que le commerce équitable ne doit surtout pas être une oeuvre de bienfaisance comme beaucoup le perçoivent (faire sa bonne action en achetant son paquet de café équitable est une réflexion que j'entends très souvent...) mais bien une alternative qui pèse dans le commerce mondial et que sa crédibilité et sa viabilité doivent absolument être garanties. La démarche équitable doit être incluse dans un processus alternatif éco-citoyen : l'équitable ne se limite pas qu'au sud-nord comme on veut bien nous l'expliquer encore trop souvent mais à la recherche de circuits courts (AMAP, coopératives, petits magasins...), de produits dont la production mais aussi la transformation, le transport et la distribution sont  respectueux de l'environnement et des Hommes.

Un autre monde est possible assurément et le témoignage de ces petits producteurs en est l'illustration et le tout petit commencement. Cet article se conclut sur une note optimiste, c'est assez rare pour être souligné ;-)

Photo : production de café (caféier sur la gauche de la photo) sur l'ïle de Fogo au Cap-Vert
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Economie
commenter cet article
24 mars 2006 5 24 /03 /mars /2006 00:04
Depuis quelque temps je cherche à m'engager plus activement dans une association citoyenne. J'ai rencontré Artisans du Monde mercredi.

Le commerce équitable m'est venu à l'esprit assez rapidement. Seulement voilà je suis partagé. Mon côté "radical" et idéaliste me déconseille d'aller dans cette voie car le commerce équitable ne remet pas en cause le libéralisme, il incite les paysans locaux à exporter et à se spécialiser dans des produits pour pays riches plutôt que développer une agriculure variée et tisser les liens pour un réseau local. D'autre part il ne remet pas en cause la mondialisation et n'encourage pas le local. On est à l'opposé de la décroissance.

En effet je vois dans l'économie trois approches :
- la croissance pure et dure (par exemple j'achète du jus d'orange, je ne sais pas d'où il vient mais les conditions de travail et écologique ? je m'en fous c'est le moins cher, ),
-le développement durable (j'achète du jus d'orange qui vient du Costa Rica et qui est bio et équitable, ma conscience est sauve, je participe à la réduction des inégalités)
- la décroissance (j'achète du jus de pomme local à un petit producteur de ma région).

Il est clair que mon idéal me conduit vers la décroissance, qui me paraît même une voie obligée avec la fin du pétrole bon marché puis sa fin pure et simple mais aussi les dégâts environnementaux que subit la planète. Le commerce équitable ne se situe pas dans cette logique. Et puis dans le commerce équitable n'est souvent équitable que la matière première, d'autant qu' Artisans du Monde ne fait que du sud-nord. Le transport, la transformation, la distribution ne sont pas équitables. Enfin il y un aspect néo-colonisateur à penser l'économie pour les pays pauvres, à leur imposer des cahiers des charges, le commerce équitable est fait et piloté par les riches.

Idéalisme ou pragmatisme ?

La personne qui m'a présenté l'assoc. et son fonctionennement est consciente de ces problèmes et semble même s'intéresser à la décroissance. Selon elle la philisophie d'Artisans du Monde est à terme de ne plus faire de commerce équitable nord-sud mais de le développer en local, sud-sud, nord-nord. Concernant une vision sur l'intégralité de la chaîne , ADM réfléchit à un fonctionnement en coopérative (il faut vivre de l'équitable, que ce soit une vraie alternative) et essaie de reprendre le contrôle sur la plate-forme d'import qu'elle a fondée (Solidar'monde) et qui est aujourd'hui une SA.
Ces arguments rassurent évidemment mon côté plus "pragmatique". On ne changera pas le monde par une révolution et il faut s'attaquer au système libéral et marchand comme le fait le commerce équitable. Essayer d'être une vraie alternative, proposer autre chose. Car ne pas faire du commerce équitable c'est faire du commerce traditionnel... Les AMAP sont un très bon exemple d'équitable nord-nord mais quid de la solidarité entre les peuples ? Quid du partage des richesses ? Quid des pays du sud ?
ADM s'inscrit pleinement dans cette démarche de faire changer les choses, elle interpelle et dénonce la grande distribution et ses pratiques, elle sensibilise différents publics aux dérives du traditionnel, elle informe, elle développe le sens éco-citoyen qui finalement sont une ouverture à la décroissance. La prise de conscience débute par là.

J'attends vos remarques, conseils, expériences, votre vision des choses. Réagissez en cliquant sur "commentaire(s)" ci-dessous.

Photos : l'agriculture diversifiée du Cap-Vert est avant tout à destination des Capverdiens (en haut) mais ne seront-ils pas tentés de spécialiser leurs cultures pour faire du commerce équitable, à destination des riches, à l'image du café (en bas) ?
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Economie
commenter cet article

A visiter

Citoyenneté


Association Vélo
La voix des cyclistes de l'agglomération toulousaine

Vélo à St-Go
Pour que Saint-Gaudens soit cyclable !

Collectif citoyen Portes de Gascogne
Contre un nouveau centre commercial proche de Toulouse

Manicore.com (J.M. Jancovici)
Les réponses à (presque) toutes les questions sur l'énergie et le réchauffement climatique

Le Magret diplomatique
L'actualité éclairée par l'histoire

Mon Toulouse
Une autre vision de l'actualité toulousaine

Toulouse décroissance

Il y a une vie après Colomiers
Association de défense de la ligne SNCF Toulouse - Auch

L'air de rien
Groupe Toulousain de musique impitoyable

Amis
Entre noir et blanc, je suis jaune
Danyung, entre Asie Afrique et Europe

Les bons plans de la Vir
Virginie, sa vie, son oeuvre !

Arctic 2007
Nico et Jean, 2 frères qui traversent Canada et Alaska à vélo

Autres
Pataphysique
L'agrégateur des blogs toulousains

Le webzine alternatif sur le cyclisme

Vélo coqué
Roulez couverts !

Avenir Cycliste Rabastinois

Autres liens intéressants


Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que 1) le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique 2) s'attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance». Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle «chaîne», un nouveau «journal», chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

146 Freemen au 02/12/2007


2 plus n
A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Argent facile
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Dialogue citoyen
Duplex
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Démocratie sans frontière
Dérapages
Développement durable
Développement durable et communication
Eco-echos
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Europeus
Exdisciplesleblog
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Francesco : l'objectif dans l'oeil
Fred de Mai
Freya Finker
Fsens
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Géoclic
Imagine 2012
Imagine 2050
Isegoria, (re)prenons la parole
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La politique du chacal
La rage du peuple
Le Barrablog
Le Blog de Guyom
Le Blog à Rythme
Le Mague
Le Monde citoyen
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Le grand ménage
Le site de la pauvreté intérieure
Les méditations du sauvage
Lespacearcenciel
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mimiland
Miss Ecolo and Cie
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Mr Moon
Muad'ib Ginkgo
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
Olivox
Ombres et Lumières
On refait le blog
Ostende
Ouvertures
Penser paysage
Pile freemen 2.0
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
SDF
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Un oeil sur la planète
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vert chez moi
VideoBlog Ecoabita
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002
dieu des chats

Rédacteur Agoravox
TV5
Rédacteur Naturavox
Creative Commons License
Wikio - Top des blogs - Politique
  
blogCloud
PageRank Actuel
Technorati

Rechercher