Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 décembre 2007 7 02 /12 /décembre /2007 13:30

10-06pds1.jpgLa rando que j'ai faite dans le désert sud-marocain s'est conclue par 2 jours de nettoyage. Les  personnes intéressées du groupe de touristes, une bonne partie des guides de l'agence au Maroc , les équipes de chameliers, et des cuisiniers, soit une bonne trentaine de personnes, ont pris part à ces 2 jours très chaleureux et conviviaux. 
Ce type d'opération avait déjà été réalisé sur le mont Toubkal (sommet du Maroc) il y a quelques années. Le tourisme randonnée est en effet de plus en plus important dans ces régions de l'Atlas, Anti-Atlas et du désert. Les campements et bivouacs se multiplient et par conséquent l'environnement est impacté.

Les motivations de l'agence de voyage pour organiser cette opération sont donc de 3 ordres selon moi :

- préserver la propreté  de ces régions afin de pérenniser l'accueil des touristes et l'activité économique liée.
- communiquer autour du développement durable afin de montrer que l'agence est exemplaire par rapport à ses concurrents (marketing)
- préserver l'environnement

Chacune de ces motivations est importante, y compris la troisième pour laquelle j'ai ressenti de la sincérité dans les mots et l'attitude de l'organisateur marocain.
L'agence veut aussi sensibiliser son personnel et ses prestataires (guides, chameliers et cuisiniers) à travers leur participation afin qu'ils soient respectueux durant les randonnées.

Concrètement (photos), nous avons marché aux endroits où se font les campements. Nous ramassions toutes les ordures trouvées . Les papiers et plastiques étaient brûlés sur place  (c'est la moins mauvaise solution) et le reste rassemblé pour être ensuite ramené à Marrakech et Ouarzazate où les ordures ménagères sont prises en charge et où des ferrailleurs reprennent les métaux.
Ce que nous ramassions avant tout sont les poches en plastique noir hyper répandues. Ce plastique est préféré au blanc, plus fin et plus rapidement dégradable, car meilleur marché. Les sacs plastiques ne sont arrivés au Maroc qu'il y a 20 ans. Avant les sachets papiers posaient peu de problème car ils se biodégradent vite mais le progrès est passé par là.... Maintenant, les sorties de villes telle Tanger sont des étendues impressionnantes de poches plastiques.

J'ai moins apprécié le ramassage  à proximité des villages, cela ressemble à de l'ingérence et à une moralisation par l'Occident... Si effectivement l'abord des villages est souillé de sacs poubelles (il n'y a pas de filière ordures ménagères et les populations n'y peuvent rien), l'impact sur l'environnement des populations est tellement faible par rapport au nôtre que nous n'avons aucune leçon à leur donner. Le simple voyage (en avion et dans une moindre mesure en train) est énorme par rapport au mode de vie de ces populations.

En revanche, les pollueurs du désert sont des touristes, directement ou indirectement (les accompagnateurs locaux). Il n'y a pas de tolérance à avoir envers eux. Les Européens en quête de soleil mais aussi de riches Saoudiens venant chasser la palombe les constituent.

J'ai bien entendu été particulièrement attentif à l'écologie lors de mon voyage. La prise de conscience semble moins évidente que chez nous. J'ai entendu une personne m'expliquer que le réchauffement climatique n'était pas si grave que ça puisque provoqué en grande partie par les vaches (ce discours existe aussi France...). Il est vrai que l'éducation, la santé, l'alimentation en eau semblent des priorités. Toutefois, les problèmes environnementaux sont à la source de problèmes sociaux mais restent considérés comme des soucis parallèles aux autres, un problème parmi d'autres....
Pourtant, les difficultés d'alimentation en eau récurrentes en sont la 10-06pds2.jpgconséquence la plus flagrante. J'ai pu constater que la palmeraie de la vallée du Drâa était en train de mourir par manque d'eau. D'une part le barrage de Ouarzazate retient trop d'eau (entre autre pour alimenter les nombreux hôtels luxueux situés près de cette ville) mais  il y a aussi l'avancée du désert, galopante et très nette depuis 10 ans selon notre guide. Entre Ouled Driss et M'Hammid (donc aux portes du désert) de somptueux hôtels très luxueux avec piscine, spa et "direction européenne" narguent la population. Ils pompent dans la nappe et traitent l'eau tandis que le puits du village ne peut plus être utilisé car le niveau de l'eau baisse et la qualité de celle-ci se dégrade.
Si le tourisme apporte des emplois, il impacte gravement  l'environnement et au final il détruit la ressource et la vie locale. Le conflit d'usage tourne rarement au profit des populations locales.

Je crois qu'il serait faux de croire que les pays pauvres sont pollués parce que sales en apparence ou parce que les grandes villes sont pleines de vieilles voitures... L'agriculture y est bio (il n'y a souvent pas de tracteur...), les déplacements peu importants (les Marocains ne viennent pas en masse faire du tourisme chez nous, de toute façon les frontières sont ouvertes à sens unique...), il n'y a pas de surconsommation . Les vrais pollueurs sont bien nous, pays riches, avec nos villes propres, nos pistes cyclables, nos tramways.... et nos hypermarchés, nos voyages en avion et hôtels de luxe !! 
Lors de nos voyages, il est important de réfléchir à l'impact engendré. Moins visiter les pays pauvres et lointains n'est pas forcément les priver de "développement". D'une part la fin de l'énergie bon marché rendra les voyages moins faciles et plus rares et puis aider ces pays peut se faire de d'autres manières, sans les rendre dépendants de nous. 

Une partie de ces populations espère elle aussi pouvoir parcourir le monde en avion en quête de sensations et "d'ouverture aux autres", d'autant plus en nous voyant nous amuser chez eux. Ce sera certainement insoutenable pour la planète et tout simplement impossible (plus de pétrole bon marché). Alors le développement que l'on doit encourager pour les pays pauvres, est-il un développement à l'occidental basé sur le gâchis, donc non durable et non soutenable ou bien est-ce un développement orienté vers la satisfaction des besoins tels la nourriture, la santé, l'éducation, un développement axé sur la culture, la coopération, le lien entre les gens ? Les relations  nord-sud doivent assurément veiller à faire ce discernement et à mettre en garde les pays pauvres contre nos erreurs.

Me revient la réflexion d'une personne rencontrée dans le train Marrakech - Fès. L'Occident s'en sort mieux dans la guerre économique mondiale, la mondialisation libérale, car c'est une société fondée sur l'individualisme, donc apte à la compétition. L'Afrique, quant à elle, a des valeurs basées sur le groupe, la famille, l'entraide et l'interdépendance des gens.

Repost 0
Published by Sébastien - dans Voyages
commenter cet article
27 novembre 2007 2 27 /11 /novembre /2007 23:06
maroc07-246.jpgLe slogan écrit au bas de ce ticket n'est que pure coïncidence avec le slogan électoral d'un chef d'Etat. La ressemmaroc07-314.jpgblance du nom de la banque marocaine qui utilise ce slogan avec celui d'une autre banque française n'est aussi que pure coïncidence.
En tout cas, Sarkozy a vendu au Maroc un TGV Tanger-Marrakech que des Marocains m'ont qualifié d'inutile et de gâchis. Comme me l'a suggéré un ami, la centrale nucléaire pour l'alimenter va bientôt arriver !!   Avec Sarko "tout devient possible".
Repost 0
Published by Sébastien - dans Voyages
commenter cet article
19 juin 2007 2 19 /06 /juin /2007 09:00
Le titre de cet article est le slogan de la SNCF.  Le train parait être l'avenir sur le plan des transports aux niveaux national et européen. Coût, réchauffement climatique, densité du réseau, il a plein d'attout. Le TGV Est mis en service depuis peu en est l'exemple. La France serait donc à la pointe dans le ferroviaire. Cette image presque idyllique, portée par les médias, est un cache-misère. Si le TGV est le fleuron ferroviaire , le réseau régional voire interrégional se dégrade dangereusement.

Le service minimum que Sarko veut  imposer  vise essentiellement la SNCF mais au dire de nombreux usagers de TER ou de réseaux de banlieue, les embêtements sont bien moins dus aux grèves qu'aux annulations de trains, retards, lenteurs causés par la vétusté et le manque de maintenance du matériel et des voies. En Midi-Pyrénées c'est flagrant et la Région pallie à RFF (réseau ferré de France) par un emprunt de 500 millions d'euros qu'elle rembourse en partie sur la part régionale de la TIPP.

La politique ferroviaire française semble donc s'orienter vers la recherche de la rentabilité et du profit. Des lignes comme Toulouse-Auch, un temps menacée suite à la fin des 3 jours de l'armée dans la capitale Gasconne, en sont l'exemple. Quand la SNCF bat un rcord à 575 km/h, ce TER est parfois limité à 40km/h en raison du délabrement de la voie !

Le TGV est attendu impatiemment dans la ville rose pour 2017. Paris (puisque c'est la référence) sera à 3h30 de la ville rose au lieu de 5h15 aujourd'hui. L'aéroport, dont une bonne part du trafic se fait avec Paris, serait alors soulagé et le projet définitivement inutile. Le TGV est le type de train le plus rentable pour notre compagnie publique de chemins de fer. D'ailleurs les prix du TGV Est sont indexés sur les prix du marché (donc par rapport à l'avion) alors que le prix des autres trains est proportionnel au nombre de kilomètres. Serait-ce faux que de dire que la SNCF est dirigée dans une optique de privatisation ? Tout laisse à croire en tout cas qu'elle la prépare activement. D'autre part, une amie a passé un entretien pour intégrer cette structure publique comme cadre technique il y a quelques années, à l'entretien il lui a été demandé d'expliquer comment elle choisirait les agents en cas de réduction d'effectifs  ! On peut imaginer l'état d'esprit des "managers"... Voilà qui doit faire plaisir aux partisans de Sarkozy  : la fin du service public et la réduction du nombre de fonctionnaires...

sncf.jpgCe petit article m'est venu en voyant une publicité (photo ci-dessus) près de chez moi sur un lieu public (abri bus). Il semble qu'elle fasse partie d'une campagne nationale massive d'affichage. Si j'ai bien compris, la SNCF vend des billets d'avion. Bien évidemment pour aller à "Nouillorc" le train c'est difficile mais à voir cette image c'est quand même plus chic d'aller au vrai New-York que de rester en France. J'avais déjà vécu la difficile expérience de vouloir aller en Autriche en train et là je comprends mieux. La SNCF joue sur plusieurs fronts et va nous vendre un Paris-Strasbourg en avion ou en train.

A l'heure de l'urgence du réchauffement climatique, à l'heure où l'Etat dit mesurer la gravité des enjeux et préparer une série de réformes très ambitieuse (Grenelle), comment peut-il encourager le voyage en avion, par l'intermédiaire de sa compagnie de chemins de fer dans laquelle il met de l'argent ? Personnellement ça me choque.
La SNCF organise pourtant les trophées du tourisme responsable. Malheureusement il n'est nullement question du transport mais du "développement culturel, social, écologique et économique" des pays. Je n'ai pas l'impression qu'il soit question de la France... Heureusement, elle participe au programme de compensation du carbone, peut-être pour les lignes qui ne sont pas encore électrifiées comme Toulouse-Auch...

Pour l'anecdote, selon le Canard Enchaîné, notre super ministre de l'environnement M. Juppé* et son ami M. Fillon, fan de course automobile et des 24h du Mans, sont allés à l'inauguration du TGV Est ... en avion. Comme le rapporte le Monde, le service de presse ministériel expliquait que les deux ministres* travaillaient dans le wagon de tête alors que le train s'est arrêté à Nancy pour embarquer les deux compères venus de Paris en jet ministériel.

* Alain Juppé a démissionné le 18 juin suite à sa défaite aux législatives
ti_bug_fck
Repost 0
15 octobre 2006 7 15 /10 /octobre /2006 14:29
Un peu trop facile le titre de la chanson de Joe Dassin pour illustrer mon expérience de découvrir Paris à vélo pendant mes dernières vacances.

Donc voilà, après avoir tenté Marseille et Toulouse, pourquoi ne pas se faire une opinion sur la capitale ? Pour beaucoup de gens il faut être un peu inconscient pour rouler à vélo dans Paris. Ce sont des propos qui en général ne sont pas issus de l'expérience des gens et sont sortis directement d'une façon de penser qui place l'auto comme la reine de la chaussée. Même pas peur !!!

Je me rends donc à l'association Roue Libre qui loue des vélos en partenariat avec la RATP. Pour la forte somme de 10€ (c'est vraiment le moins cher que j'ai trouvé) je peux emprunter un vélo entre 9h et 19h.
Mon but à Paris ? Découvrir les coins sympas, relier des quartiers tous différents. Je me suis juste fixé comme objectif une exposition sur l'énergie au Parc Bagatelle dans le bois de Boulogne. Dans ce cas pourquoi ne pas sillonner tous les arrondissements du 1 au 20 ? mais cela s'avère rapidement mission impossible, au bout de 3h je n'en suis qu'au 5°. Je flâne, je m'arrête, je visite, je passe d'avenues en petites rues...

Cette vision idyllique est tout de même à nuancer. S'aventurer sur la chaussée nécessite de ne pas avoir trop peur, d'être un minimum expérimenté en ville... que l'on soit à vélo, en voiture ou en 2 roues. Paris sur la chaussée c'est un coup de speed poussé à son paroxysme pour les usagers d'engins à moteur, surtout les 2 roues qui sont plus mauvais et agressifs que les automobilistes. Les gens y sont tout de même expérimentés, beaucoup moins hésitants et cools qu'à Toulouse. Ca ne tergiverse pas, la moindre hésitation est sévèrement réprimandée. Le flot de véhicules est élevé, ça trace ou ça bouchonne...

Tout cela semble être une énorme galère à vélo me direz-vous. Seulement la ville de Paris a construit des aménagements qui sont tout de même assez nombreux et mieux que dans la ville rose : pistes cyclables bien séparées, continuité, rues exclusivement cyclistes (si, si !!, voir photo ci-contre dans le 1° arrondissement)) contre-sens cyclables. Toulouse est une ville aux rues étroites et je conviens qu'il est plus difficile d'y faire cohabiter tout le monde.
J'ai toujours pu aller où je voulais sans problème. Il est un peu impressionnant de passer à certains endroits mais en fait ça se passe plutôt bien... si l'on sait où l'on va et que l'on n'hésite pas. J'ai ainsi pédalé dans le Rond-Point de l'Etoile, descendu les Champs-Elysées, traversé les places de la Concorde, de la Bastille, de la Nation. Le tout dans un état de relaxation bien loin de l'état d'esprit des "motorisés".

Assez parlé, passons aux illustrations !!


Une piste comme i
l y en a pas mal. Bien séparée du trottoir et de la chaussée. C'est mieux que la simple bande.
Voilà un carrefour intéressant. La piste cyclable est sur le trottoir mais bien délimitée des piétons. Au niveau de l'intersection il y a un "cédez le passage" alors que voitures et piétons sont régulés par un feu. Les pictogrammes sur la chaussée mettent en garde les voitures et 2 roues.
Cette photo a été difficile à prendre. Il s'agit des Champs-Elysées vers la Concorde. Le vélo mettait en grosse colère les 2 roues qui ne pouvaient pas passer au milieu... Qu'est-ce qu'ils sont nerveux les 2 roues à Paris !!! Rien à voir avec le vélo tranquille. Là aussi les voies de bus sont ouvertes au vélo et il y en a beaucoup. C'est vraiment appréciable sur les grands axes comme ici vers Nation. Une bordure plutôt qu'un simple coup de peinture la délimite. Ces voies de bus sont empreintées par les taxis qui sont très agressifs...


 Il semble que la politique de déplacement à Paris soit un enjeu pour la prochaine campagne électorale. C'est vrai qu'il y a beaucoup de bagnolles à Paris, surtout des grosses voitures, mais j'ai du mal à comprendre pourquoi. Je n'ai jamais vu une ville aussi bien desservie par les transports en commun. Où que l'on aille il y a métro ou bus. Pourquoi prendre sa voiture ? Peut-être les gens ont-ils peur de paraître pauvres en prenant le métro ? Ca parraît ridicule comme explication mais je pense que c'est la vérité.
J'ai trouvé un prospectus critiquant la politique Delanoë à cause des voies de bus, de la réduction faite aux voitures avec comme argument que ça créait des bouchons générateurs de pollution... Stupide. On trouve aussi une vidéo comme celle ci-contre émanant de Claude Goasguen qui semble briguer la mairie en 2008. Affligeant ce niveau argumentaire !!

Bref, Paris à vélo c'est une autre approche de la ville, décontractée, humaine, douce, silencieuse et mon expérience m'a tellement plue que j'ai loué à nouveau un vélo le jeudi pour faire cette fois-ci l'est. Que du bonheur !
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Voyages
commenter cet article
18 septembre 2006 1 18 /09 /septembre /2006 21:11
Je viens de réaliser que cette semaine se déroulait la semaine de la mobilité. Quelle belle façon de la débuter par un week-end à Marseille !! Je suis donc aller courir une cyclosportive (les Bosses du 13, course cycliste de masse pour les non-initiés) autour de la cité Phocéenne. N'importe qui aurait mis son vélo dans sa voiture et serait parti tranquillement par l'autoroute. Pour ma part pas de véhicules à pétrole (sauf quelques kilomètres en bus samedi soir...) mais peu de gens peuvent comprendre ça.

Je suis parti de chez moi sur mon vélo de course et sur mon dos se trouvait mon gros sac à dos, gros parce que s'y trouvait... la housse du vélo. A la gare il a suffit de mettre le vélo dans la housse et le tour était joué. Considéré comme un bagage standard, donc pas de surtaxe, il se place sur la plateforme prévue à cette effet et présente dans chaque wagon. A Marseille, opération inverse et direction Mazargues sur le vélo (je logeais là, près du départ/arrivée).

Et c'est là où les choses se compliquent. On dit que le vélo c'est galère à Toulouse... c'est ne pas connaître Marseille. Il est déjà très rare d'y voir des vélos. Beaucoup de scooters en revanche. Les rues sont très larges, à plusieurs voies, des ronds points très difficiles à négocier à vélo quand on ne prend pas la première sortie. Les conducteurs y sont nerveux, pressés. Il faut dire aussi que Marseille est une ville où le paraître est primordial, d'où l'utilité de la frime, des 4X4, de la vitesse, des imprudences et le tempérament méditerranéen doit inciter à dépasser les interdits ! J'ai ressenti une oppression perpétuelle des automobiles par leur bruit et leur agressivité.
Pour ne rien arranger, les pistes cyclables sont rares et quand elles existent, elles sont  discontinues voire ignorées. Pour l'anecdote, je redescendais le boulevard Michelet et la piste, sur trottoir côté gauche, s'arrête nette. Je demande alors à une dame si cette piste reprend plus loin, elle me répond que non. Je lui dis alors "c'est galère le vélo à Marseille", elle d'acquiescer "ça fait quelques temps que je ne fais plus de vélo en ville".

Les couloirs de bus sont également interdits aux cyclistes (les chauffeurs le font vite comprendre !!). Quant aux panneaux de signalisation, ils s'adressent exclusivement aux bagnolles. Par exemple ce matin en retournant  à la gare j'ai suivi "centre ville" mais la route me conduisait sur une voie rapide. J'ai donc du improviser pour trouver mon chemin... Bref, peureux et maladroits à vélo s'abstenir, Marseille est une ville pour la bagnolle.

Pourtant c'est une entière satisfaction que cette expérience, j'ai enfin pû trouver une solution à ma frustation d'aller faire des courses de vélo... en voiture, pourvoir mêler ma passion du vélo sportif, mon attachement au vélo en ville, le plaisir du train et son impact polluant bien moindre que la voiture ainsi qu'un tarif imbattable (52€ A/R). Se passer de sa voiture c'est possible mais il ne faut pas avoir craindre la vie en collectivité.

Photo : voie de bus sur la Canebière, on y voit de tout... sauf des vélos !
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Voyages
commenter cet article
6 juin 2006 2 06 /06 /juin /2006 21:55
En rentrant de mon voyage en Autriche (fin mai), ma vision de Toulouse, depuis le bus, est une espèce de bordel. Voitures partout et n'importe où, les vélos, finalement assez nombreux, font un savant gymkhana tandis que les piétons slaloment dans tout ça. C'est bien une impression de joyeux merdier, plein de vie mais sacrément bordélique. L'Autriche offre une image inverse. Le cliché est en fait vérifié. Les Autrichiens sont quelque part les cousins des Allemands même s'il convient de ne pas les confondre. Tout est au carré, propre, aligné, ordonné, rangé et tout le monde est discipliné.

Pour découvrir les photos du voyage cliquez sur l'image ci-contre à gauche.

Autant commencer par ma première impression en arrivant à Leoben, ville moyenne nichée dans la vallée de la Mur (prononcer l'amour...) et entourée de très vertes petites montagnes. J'arrive donc à la gare (impeccable) à 5h31 (à la seconde près). Il fait déjà jour depuis une heure, et le carrefour devant la gare est désert de voitures. Quelques lycéens (?) arrivent mais s'arrêtent au niveau du passage piétons en attendant que le "petit bonhomme" passe au vert alors qu'aucun véhicule n'est en vue à 500 m à la ronde. Et oui les Autrichiens sont hyper respectueux de la signalisation piétons. Mais attention autant les piétons attendront leur tour, autant les voitures les laisseront systématiquement passer quand ils auront priorité (bonhomme vert ou passage piétons non régulé par des feux). Car en Autriche la priorité des piétons et des vélos est inscrite dans le code de la route et est une réalité !!
En ville point d'énervement, point de coups de klaxon, on a l'impression que tout baigne dans l'huile...Pour un Français, toulousain de surcroît, pas évident. Il faut se forcer à attendre au passage mais je respecte leur discipline et puis j'apprécie cette autre philosophie de la ville. On apprend la patience, on prend le temps et ce n'est pas si mal !!!

On aura compris, l'Autrichien est discipliné. Deux autres "détails" m'ont interpelé. Tout d'abord les journaux en vente libre (voir photo). Une pochette est accrochée à un panneau. Elle contient des journaux que l'on peut prendre comme ça sans que personne ne dise rien. Seulement ces journaux, "Die Kleine Zeitung" ou "der Standart", c'est-à-dire nos "Le Monde" ou notre "Dépêche du Midi". Des journaux payants donc. Un petit tronc en plastique sur lequel est précisé le prix avec l'incription "danke" (merci) est fragilement cadenacé. Les gens payent puis prennent leur journal. Ca marche, pas de vols ou très peu. Imaginez en France !!! Il y aurait le Monde Diplomatique ainsi vendu, les gens (et pas que les "pauvres", loin de là) le voleraientt tout en sachant qu'ils ne le liraient jamais, le mythe du gratuit... et en plus ils prendraient le tronc ! Inconcevable chez nous...

Le deuxième détail est l'absence de vélos pourris et vieux. Que des VTT suspendus, pas forcément du haut de gamme, mais des vélos neufs. Là encore impossible à Toulouse. Ces vélos sont la plupart du temps attachés par un très fragile antivol (presque jamais accrochés au mobilier urbain mais juste sur la roue arrière) et il n'est pas rare d'en voir sans aucun antivol en pleine ville comme à Graz (250 000 hab.).
En changeant de train j'ai eu à attendre à Mürzzuschlag, petite ville. Il était 1h du matin et je vois un beau vélo posé comme ça. Je m'étonne et je le prends même quelques mètres pour être certain qu'il n'est pas attaché... Je me dis "il est fou de laisser son vélo comme ça..." J'ai compris ensuite.... L'Autrichien n'est pas voleur. J'ai également vu une statistique sur un magazine. 46% des logiciels en France sont piratés quand c'est moins de 25% en Autriche. Une question de mentalité, de culture ou d'état d'esprit...
Et puis devant les boutiques, sur le trottoir, le panneau publicitaire est souvent... un porte vélo à l'image de celui ci-contre pour un serrurier. Sans parler des pistes cyclables... là-bas on ne mélange pas piétons, cyclistes et voitures et il y a intérêt à respecter et à être attentif sous peine de se faire sévèrement engueuler !!!!

Ce qui marque ensuite c'est le tri sélectif. Tout un tas de containers partout. Il n'est d'ailleurs pas facile de s'y retrouver (photo ci-contre). On sépare les plastiques (même les poches de supermarché et les blisters), les métaux avec parfois la distinction pour l'aluminium, les restes de repas et les fermentescibles, les cartons et papiers et les verres mais attention, il y a les verres blancs et les autres, les containers sont toujours séparés en deux. L'Autriche est un pays montagneux et les Autrichiens ont sans doute une sensibilité accrue pour la protection de la nature. D'ailleurs les forêts sont entretenues de manière impressionnante (j'aimerais savoir à qui appartiennent ces forêts car elles sont très bien exploitées). Pas de déchets à terre, tout est nickel. Ca fait un peu aseptisé, il est vrai.

Le lobby automobile est très puissant en Autriche (sous-traitants BMW et Mercedes bien implantés). Il y a pas mal de 4X4, autant qu'en France à vue d'oeil. Les deux marques allemandes sont bien présentes mais de manière moins ostensible qu'en Bavière ! Le gouvernement vient ainsi de relever les limitations de vitesse sur certains tronçons d'autoroutes à 160km/h (certaines 2X3 voies et excellente visibilité). Pourtant la première impression est qu'il n'y a pas beaucoup de voitures en ville. C'est fluide. Même Vienne paraissait ne pas être saturée. Il faut dire que leur réseau de trains est extra. La France paraît à ce sujet très en retard et prend même une direction opposée puisqu'elle réduit son réseau. Là-bas il y a un trafic terrible sur les chemins de fer. Ferroutage (photo), trains de voyageurs partout et hyper fréquents. Il y des gares (très bien entretenues) partout avec pour chacune un chef de gare, des panneaux d'affichage très précis. Je crois aussi que pour être contrôleur il faut être physionomiste. En effet, il passe régulièrement dans les wagons et contrôle uniquement les dernières personnes montées !!!

Tout ceci n'est évidemment qu'observations locales (Leoben, Graz et Vienne). Il n'y a rien de statistique... Et puis même si on ne voit jamais la Police en Autriche (il paraît que Leoben possède pourtant le plus fort taux de criminalité de l'Autriche car le taux de chômage y est très important, c'est un bassin minier en perte de vitesse) il ne faut pas oublier que l'extrême droite a été à la tête de ce pays avec la fameux Jorg Haïder. Rien ne remplacera le respect entre les Hommes.
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Voyages
commenter cet article
14 mai 2006 7 14 /05 /mai /2006 23:28
La semaine prochaine je suis en congés et je vais en Autriche. Je me rends dans une petite ville, Leoben, située dans le sud-est du pays à une soixantaine de kilomètres de Graz.

Pour des raisons de respect de l'environnement, j'étais bien motivé pour y aller en train. 25 heures de voyage dont une nuit en couchette ce n'est pas la mort même si ça paraît inconcevable dans notre société qui doit aller toujours plus vite.

Ma première prise de renseignements se fait par le site web sncf.com. Mauvaise surprise, si le voyage comporte plus de 3 changements, le site refuse de chercher les horaires. Le problème de l'Autriche c'est qu'on peut s'y rendre par une multitude de chemins : l'Italie, la Suisse, l'Allemagne... Difficile donc de fractionner les recherches.
Je tente alors ma chance sur le site web oebb.at (les chemins de fer autrichiens). J'ai bien des horaires, dont certains me conviennent, mais on ne peut pas passer commande (car c'est un trajet international si j'ai bien compris). Je décide donc de me rendre dans une gare. Après une tentative infructueuse à la gare Matabiau de Toulouse (va falloir embaucher, 3 guichetiers pour tant de monde... mais je ne pense pas que ce soit à l'ordre du jour !), je profite donc de mon week-end à St-Gaudens pour (tenter) de réserver mon billet. A la gare dès que je prononce le mot Autriche le gars me dit que ça va être difficile... Je l'aide pourtant avec mes horaires issus du site autrichien...  Lui aussi ne peut pas trouver de trains avec trop de changements. Il tente donc depuis Paris mais les horaires ne coïncident pas. Je repars avec le prix, voilà tout.

Dernière chance, une agence de voyages. J'explique mon cas, priorité au train. La fille, après m'avoir expliqué que pour le train il fallait aller à la gare (je compris à cet instant que j'irais en Autriche en avion), s'étonne que je veuille m'y rendre en train. La discussion part sur l'environnement, l'impact des différents moyens de transport... La personne semble sensible à mes arguments et sensible tout court à l'impact des déplacements en matière de pollution et de gaspillage d'énergie. Je suis certain qu'une telle discussion en agence de voyages doit être extrêmement rare ! J'achète donc un billet d'avion, après avoir vainement tenté le train...

Le train, je le prendrai tout de même entre Vienne et Leoben. Le récapitulatif de mon billet électronique autrichien (acheté sur oebb.at) comporte même l'information suivante "Mit dieser Bahnfahrt entlasten Sie unser Klima um 32,9208 kg CO2" ce qui doit se traduire par "Avec ce trajet en train vous soulagez notre climat d'environ 32, 9208 kg de CO2". J'imagine que c'est par rapport à la voiture.Tout pour mieux me faire regretter mon choix qui n'en est finalement pas un...

Je m'en sors donc pour 13 h de voyage (au lieu de 25), dont une partie de la nuit dans une gare et un prix Toulouse - Leoben de porte à porte identique entre les deux formules.

Aller en Autriche en train, il faut à la base être motivé mais réussir à réserver un billet, la motivation doit être encore plus importante !!!! S' il y a une partie "vols" sur le site de la SNCF c'est bien qu'elle abandonne la partie sur les longues distances, dommage... On n'est donc pas encore au stade où l'on privilégie les transports les plus respectueux de l'environnement. Mais ça viendra de gré ou de force !!!
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Voyages
commenter cet article
7 janvier 2006 6 07 /01 /janvier /2006 23:12
Mon voyage au Cap-Vert du 24 octobre au 7 novembre me laisse un souvenir indélébile.

J'ai été marqué par l'accueil des capverdiens, par ce peuple tellement tolérant. La vie y est pourtant difficile, le pays est pauvre car sans ressources naturelles. J'essayais d'imaginer l'inverse... un Capverdien en vacances en France ; je ne suis pas sûr que tant de monde que ça irait vers lui comme on est venu vers nous. En France on a peur de l'autre, on se cache plutôt que d'aller vers lui.

J'ai enfin mis le site à jour avec 4 galeries photos, de la musique (des extraits afin d'éviter le piratage...). J'espère vous faire partager la beauté de ce pays tellement attachant !
Voir la page cap-Vert
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Voyages
commenter cet article

A visiter

Citoyenneté


Association Vélo
La voix des cyclistes de l'agglomération toulousaine

Vélo à St-Go
Pour que Saint-Gaudens soit cyclable !

Collectif citoyen Portes de Gascogne
Contre un nouveau centre commercial proche de Toulouse

Manicore.com (J.M. Jancovici)
Les réponses à (presque) toutes les questions sur l'énergie et le réchauffement climatique

Le Magret diplomatique
L'actualité éclairée par l'histoire

Mon Toulouse
Une autre vision de l'actualité toulousaine

Toulouse décroissance

Il y a une vie après Colomiers
Association de défense de la ligne SNCF Toulouse - Auch

L'air de rien
Groupe Toulousain de musique impitoyable

Amis
Entre noir et blanc, je suis jaune
Danyung, entre Asie Afrique et Europe

Les bons plans de la Vir
Virginie, sa vie, son oeuvre !

Arctic 2007
Nico et Jean, 2 frères qui traversent Canada et Alaska à vélo

Autres
Pataphysique
L'agrégateur des blogs toulousains

Le webzine alternatif sur le cyclisme

Vélo coqué
Roulez couverts !

Avenir Cycliste Rabastinois

Autres liens intéressants


Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que 1) le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique 2) s'attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance». Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle «chaîne», un nouveau «journal», chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

146 Freemen au 02/12/2007


2 plus n
A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Argent facile
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Dialogue citoyen
Duplex
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Démocratie sans frontière
Dérapages
Développement durable
Développement durable et communication
Eco-echos
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Europeus
Exdisciplesleblog
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Francesco : l'objectif dans l'oeil
Fred de Mai
Freya Finker
Fsens
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Géoclic
Imagine 2012
Imagine 2050
Isegoria, (re)prenons la parole
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La politique du chacal
La rage du peuple
Le Barrablog
Le Blog de Guyom
Le Blog à Rythme
Le Mague
Le Monde citoyen
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Le grand ménage
Le site de la pauvreté intérieure
Les méditations du sauvage
Lespacearcenciel
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mimiland
Miss Ecolo and Cie
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Mr Moon
Muad'ib Ginkgo
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
Olivox
Ombres et Lumières
On refait le blog
Ostende
Ouvertures
Penser paysage
Pile freemen 2.0
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
SDF
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Un oeil sur la planète
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vert chez moi
VideoBlog Ecoabita
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002
dieu des chats

Rédacteur Agoravox
TV5
Rédacteur Naturavox
Creative Commons License
Wikio - Top des blogs - Politique
  
blogCloud
PageRank Actuel
Technorati

Rechercher