Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 mai 2010 3 05 /05 /mai /2010 22:47

La semaine du vélo 2010 débutera le lundi 31mai pour se terminer par la fête du vélo le dimanche 6 juin.

 

Toute la semaine Allons-Y-A Vélo (AYAV). Salariés, écoliers, collégiens, lycéens, étudiants, commerçants déplacez-vous à vélo et prenez part à l'opération toulousaine organisée par l'association Vélo. Vous pouvez organisez un évènement dans votre entreprise/école/adminustration... et devenir référents, voire incrire votre entité au challenge inter entreprises ! voir le site web.

 

Et dimanche 6 mai, prenez part à la convergence 2010 en famille, entre amis ou seul, joignez vous à l'un des 9 parcours festifs qui irrigueront l'agglo toulousaine pour converger tous ensemble vers le village de la fête du vélo : quai de la Daurade !!!

 

Visualisez les parcours en cliquant sur la carte ci-dessous. Toutes les infos sur le site web

conv-carte.jpg

Repost 0
Published by Sébastien - dans Toulouse
commenter cet article
18 décembre 2007 2 18 /12 /décembre /2007 20:33
coteaux-001.jpgJeudi 20 Décembre aura lieu à Toulouse (centre des congrès Pierre Baudis, 20h) la conclusion du débat public relatif au grand contournement autoroutier (GCA) de Toulouse. Espèce de synthèse des débats, ce sera l'occasion d'entendre et de réentendre les arguments  portant essentiellement sur l'opportunité ou non de construire une telle infrastructure. Je ne reviendrai pas sur l'absurdité environnementale de la construction de nouvelles autoroutes (ce n'est pas moi qui le dit c'est une conclusion du Grenelle !). J'exposais mon point de vue à l'issue de la première réunion.

En fait je souhaiterais me pencher sur deux points. Le trafic de transit aux heures de pointes et les propositions  de Gabriel Jourdan exposées lors de la dernière réunion (28/11 à Labège) consacrée exclusivement à la problématique des transports  dans l'aire métropolitaine (verbatim).

Le dossier de base du débat public évoque les différents types de trafic sur le rocade toulousaine et en particulier celui de transit, le plus concerné par le GCA. Il représente entre 5% (à l'ouest) et 15% (à l'ouest) du trafic total en moyenne. Hors il me semble que le problème de congestion de la rocade existe essentiellement aux heures de points (7h30-9h30 et 16h30 - 19h). C'est à ces périodes qu'il faudrait chiffrer le trafic potentiel que le GCA retirerait du périph' , c'est à dire le transit, afin de juger de son intérêt. J'ai donc posé une question écrite à la commission. Je retranscris ci-dessous leur réponse :

"Dans le dossier, la partie du transit n'est chiffrée que par rapport aux moyennes journalières.
Avez-vous chiffré cette part aux heures de pointes car l'objectif d
e soulager le périph' actuel doit être étudié aux heures de pointes si l'on veut réduire les bouchons ?

Cette question portant sur le projet soumis au débat, elle a été communiquée à la personne publique responsable du projet dont voici la réponse telle qu'elle nous a été transmise.

Les enquêtes de circulation (cordon routier 2003- 2004) qui ont permis de calculer le trafic de transit ont été réalisées hors vacances scolaires sur des journées entières hors week-end durant des périodes "ordinaires" de circulation. Les chiffres fournis par ces enquêtes correspondent donc au trafic de transit quotidien d'un jour "ouvrable".

La méthodologie d'enquête qui respecte les règles de l'art en la matière ne permet pas d'indiquer un pourcentage précis de transit par heure avec une validité statistique suffisante.
Les marges d'insécurité sont en effet trop importantes en raison de la réduction de la taille de l'échantillon mesurée et des marges d'erreur sur les réponses des usagers enquêtés.
La répartition du trafic de transit sur la journée permet cependant d'indiquer que sa part dans le trafic global à l'heure de pointe doit être légèrement plus faible (1 à 2 %) que la part en moyenne journalière."

rocade-003.jpg Conclusion, ce chiffrage, qui me parait indispensable, n'a pas été réalisé et je pense que les 1 à 2% en moins évoqués sont très sous-estimés car les bouchons me semblent constitués essentiellement de personnes habitant l'aire urbaine et allant travailler dans celle même aire et non pas de personnes en transit (il n'y a d'ailleurs pas beaucoup de camions).

Concernant le brillant exposé de G. Jourdan (Maître de conférence, Institut d'urbanisme de Grenoble), il a rajouté de l'eau à mon moulin et à pas mal de monde je pense car son intervention a été sans conteste la plus applaudie !
Le GCA permettrait de décongestionner le périph'  temporairement et ainsi réduirait les temps de parcours sur ce dernier, donc accroîtrait  le trafic et éloignerait encore l'habitat des zones de travail ce qui fatalement conduirait à terme à une situation similaire à ce qu'elle était avant. L'offre créé en effet très rapidement la demande.
Or, la congestion est un facteur d'équilibre. La solution ? "l'autoroute apaisée" limitée à 70 km/h (rocade, autoroutes et voies rapides de l'aire métropolitaine). Cette vitesse est optimale pour la fluidification du trafic et la lutte contre les bouchons. D'autre part, elle permet de réduire le nombre d'accidents (et de polluer moins, c'est à cette vitesse que les moteurs ont leur meilleur rendement, NDLR). 
Cette vitesse est un point d'équilbre, elle "permet à la fois de maintenir une certaine accessibilité  pour les territoires périphériques mais permet aussi de ne pas avoir une accessibilité trop forte" et ainsi est un frein à l'étalement urbain. Elle donne également une chance au transports en commun en terme de temps de trajet. En effet pour que les TC soient efficaces et attractifs ils doivent concurrencer la voiture. Réduire la vitesse de ces dernières permet d'y arriver. 
A noter que seul le train est réellement concurrentiel sur des distances relativement importantes, il convient donc de créer un très bon réseau TER. 
Cette réduction de vitesse sur la rocade permettrait en outre de réduire la largeur des voies et de créer une voie réservée aux transports en commun (bande d'arrêt d'urgence élargie). Cela répondrait à la nécessité de créer une desserte entre les pôles d'habitat, de travail et d'achat, le réseau TC étant en étoile, centré sur Toulouse.

Finalement, la conclusion que j'ai retenue a été le fait d'un spectateur : "le débat a répondu à une vraie question, c’est « Que faut-il faire pour les transports dans la région toulousaine ? ». Malheureusement, la question qui est posée dans le grand débat, c’est « Faut-il ou non faire une autoroute ? » . Je pense que c’est mettre la charrue avant les bœufs. Quand on parle des problèmes de transport dans la région toulousaine, le fait est qu’on ne parle pas du grand contournement autoroutier de Toulouse." Applaudissements très fournis !! 
Repost 0
Published by Sébastien - dans Toulouse
commenter cet article
7 octobre 2007 7 07 /10 /octobre /2007 23:17
mobilib.pngConduire 5000 km par an ou moins, pour des utilisations occasionnelles, justifie-t-il de posséder une voiture ? En ville, à l'évidence non, surtout si un système d'autopartage existe. Le principe est simple. Plutôt que chacun possède sa propre auto, stationnée 95% du temps, des voitures sont mutualisées (1 pour 7 à 10 personnes) et gérées par une structure. Les avantages sont ainsi multiples :
  • - économies financières substantielles (au moins 40% du budget auto), pas de voiture à entretenir, acheter, assurer, stationner...
  • - plus de souci d'aller au garage pour des réparations, des contrôles techniques, des révisions...
  • - conduire une voiture récente, en bon état
  • - économie de place, plus la peine de posséder une place de parking chez soi
  • - moins de voitures en ville (ce système incite également à moins utiliser la voiture car ne pas avoir de voiture c'est se débrouiller autrement au maximum, surtout en ville)
  • - moins de pollution atmosphérique, sonore, visuelle
  • - une ville moins encombrée et rendue aux modes doux

Sur un plan pratique, il existe un système d'abonnement. La voiture se réserve par téléphone ou internet, 24h/24, 7J/7. Sa localisation (dans un ou des emplacements prévus, à discuter selon la localisation des adhérents), ses temps d'utilisation sont gérés automatiquement par GPS. Le système se veut  souple, rapide, facile. Presque comme le vélib' ou vélÔToulouse !

Lundi dernier avait donc lieu une réunion de présentation d'un projet coopératif d'autopartage à Toulouse baptisé Mobilib'. Le projet semble bien étudié voire même bien ficelé même si les différentes possibilités ont été présentées (association, SCIC, SCOOP ou SARL ainsi que les possibilités de partenariats tels le Sicoval ou Tisseo...).
Si j'y suis allé très intéressé, je suis sorti un peu déçu car l'autopartage ne semble pas répondre, dans l'état où il est prévu, à mes besoins. Ceux-ci se limitent pratiquement aux week-ends et à des utilisations à la journée. L'autopartage est en effet plus adapté aux emprunts de courte durée , type sortie à la soirée,  afin que la voiture soit le moins possible immobilisée. Personnellement, je ne vais jamais dans les centres commerciaux et mes sorties en banlieue toulousaine se limitent à des concerts très ponctuels (et peut-être bientôt pour aller voir ma soeur si elle s'éloigne de Toulouse, mais je le lui déconseille..). Mon vélo et les transports en commun me permettent de couvrir un rayon d'environ 15 km autour de chez moi.
Toutefois, il semble que l'autopartage puisse passer des accords avec un loueur privé pour les durées plus longues (journées , week-end ou plus).

Sur le plan des tarifs, ceux qui sont annoncés à titre prévisionnel sont de 12€ l'abonnement mensuel, 2€ à chaque utilisation, 0.2€ le kilomètre et 1.5€ l'heure (essence comprise). Ces prix peuvent varier selon que l'on soi tsociétaire, que l'on soit loueur régulier ou occasionnel, auquel cas l'abonnement serait moins élevé voire inexistant mais le prix à l'heure et au km plus élevé. Cela peut sembler élevé mais les coûts réels quand on possède sa propre voiture sont énormes mais moins visibles car on ne paye pas la totalité du service à chaque utilisation.

Sociétaire, voilà un des points importants. L'autopartage ne me semble intéressant que s'il est géré par une structure solidaire et démocratique type associative ou coopérative. Cette dernière forme semble être privilégiée. Elle suppose que des coopérateurs amènent des fonds afin d'acheter les véhicules. L'idée étant que les personnes vendent leur voiture et injectent tout ou une partie des bénéfices de cette vente dans la coopérative.

Voilà balayés en quelques lignes les principes et enjeux de l'autopartage. Avant que des sociétés multinationales type Okigo (Vinci) posent leurs tentacules sur ce secteur à Toulouse et en fassent un business, il est très important de se rapprocher du site de Mobilib' , de se faire connaître (rubrique nous contacter) et d'indiquer sa localisation. Il y a aussi possibilité d'adhérer à l'association afin de lui donner du poids dans ses démarches.

Des initiatives d'autopartage qui marchent en France: Bordeaux (Auto comm), Paris (Caisse commune), Strasbourg (Auto'trement), Lille (Lilas), Montpellier (Modulauto), Marseille (Autoparteg Provence), Lyon (Autolib'), Rennes (City roul'). Finalement il reste bien que Toulouse ...

Réseau  : France autopartage
Repost 0
Published by Sébastien - dans Toulouse
commenter cet article
22 septembre 2007 6 22 /09 /septembre /2007 08:37
tracage-043.jpgJeudi dernier avait lieu à Toulouse la première réunion du débat public sur le grand contournement autoroutier (GCA) de Toulouse. 500 personnes présentes. Ce n'est  pas ridicule mais pas non plus exceptionnel. D'ailleurs, ce projet ne semble pas déchaîner les passions à Toulouse.

La commission de ce débat public, composée de son président et de 4 membres "neutres", veille à ce que  le débat soit réel entre le public et le maître d'ouvrage (l'Etat via la direction régionale de  l'équipement- DRE). Elle retranscrit et synthétise les échanges afin qu'à l'issue du débat, le maître d'ouvrage soit annule son dossier, le modifie ou ne le touche pas. Cette procédure n'a qu'un rôle consultatif. Le débat sur le barrage de Charlas n'a pas apporté grand chose et quant au débat  sur le grand contournement de Bordeaux, l'Etat a autorisé sa construction et sa concession avant même la fin du débat ce qui a valu une annulation (provisoire)  du projet  par le tribunal administratif.
Dans le grand centre des congrès Pierre Baudis, plus de 3/4 des personnes présentes étaient contre  le projet. Les rares interventions en faveur de cette autoroute plaidaient le désenclavement de leur région (Sidobre dans le Tarn), la pollution et ses effets sur la santé (même si je n'ai pas trop compris comment...) et la croissance de l'agglomération. Le représentant de la mairie de Toulouse a ainsi évoqué son désir de voir la ville rose progresser dans le classement des villes européennes... La croissance comme fin en soi voilà qui me ravit !!!
Ces quelques arguments ne pesaient pas lourd face aux nombreuses autres contributions de l'assemblée, souvent de  qualité.

La DRE ne réussissait pas à argumenter et à répondre aux questions précises sur son dossier. J'ai d'ailleurs appris qu'ils avaient fait une simulation de débat au sein de la DRE en demandant aux agents de se lâcher sur les questions et que ceux-ci n'ont, au final, pas été convaincus par le projet.
Cela laisse transparaître également l'état d'esprit de ce projet : on balaye rapidement les alternatives mais on considère que la voiture et le camion, moyens de déplacement mais aussi mode de vie par excellence, sont la donnée invariable et incompressible.

Le chiffrage concerne en effet essentiellement l'augmentation du trafic (+70% pour le transit entre 2003 et 2020) et en nous expliquant que le maximum possible avait été pris en compte au niveau transport en commun et solutions alternatives. Pourtant, comme le faisait remarquer un intervenant, la part des transports en commun retenue est de 16% (PDU actuel, non validé par le préfet) alors même qu'un PDU plus volontariste prévoit  25% mais il a été refusé par le Grand Toulouse. De même, aucun chiffre sur le fret et le ferroutage si ce n'est pour nous expliquer que l'Etat fait tout ce qui est en son pouvoir mais que Toulouse ne semble pas être un axe privilégié au niveau national.

Quand le dossier aborde les projets à venir pour chaque mode de transport, la partie route est fournie avec des boulevards urbains, des contournements, des élargissements , des créations.... Côté transport en commun de l'agglomération, on notre 3 projets (prolongement métro B, allongement des quais du métro A et site propre vers Tournefeuille et Plaisance).  Les pages qui abordent les transports en commun départementaux ne sont qu'un constat de ce qui se fait sans aucune vision d'avenir. Enfin, les liaisons ferroviaires ont pour seules vocation d'être remises en état et entretenues sur le plan régional alors que des lignes comme Foix, Castres ou Albi sont encore à une seule voie et non électrifiées !! L'arrivée du TGV semble être le seul objectif en matière de fer (même si les financements ne sont pas encore trouvés !).
Le dossier; sous un aspect bien ficelé et attrayant est finalement assez pauvre. Il est à noter que je n'ai pas lu les études complètes disponibles sur le site du débat public.

Durant la réunion publique a été abordée à plusieurs reprises la problématique de la fin du pétrole bon marché. L'étude parle d'un baril entre 35 et 100$ servant de base aux calculs alors même qu'il est aujourd'hui à plus de 80$. Les 35$ sont à oublier au plus vite. De même, la DRE imagine en 2050 un monde où la voiture serait encore reine alors même que les prévisions les plus optimistes parlent de pic pétrolier vers 2025 et que, comme le soulignait Josée Cambou d'Uminate, l'augmentation du trafic automobile se tasse. Technologie et bio-carburants répond M. Crocherie. La fameuse fuite en avant. Il n'a donc pas été pris en compte la raréfaction des énergies fossiles et l'explosion du prix de ce qui restera comme réserve. On va donc construire une autoroute peut-être déserte de voitures, cela sera un peu grand pour une piste cyclable !

rocade.jpgSi j'étais déjà convaincu que la construction d'une autoroute était une aberration lorsque le facteur 4 est une priorité, ma perception du projet s'est affinée. Je perçois ce GCA comme une stratégie nationale de créer un axe de transit vers le sud. En effet, plus l'on creuse les chiffres, plus l'intérêt local s'amenuise. A lire le dossier, 1 seul tracé tient vraiment "la route" :  par l'Est à une trentaine de kilomètres du périph' actuel. Jugez plutôt : sur la rocade sud, le trafic augmenterait de seulement 65% avec le GCA au lieu de ... 67% sans. Sur l'est, à priori plus impacté, l'augmentation s'élèverait à 45% au lieu de 55% soit environ 11 000 véhicules/jour ce qui est peu pour une autoroute. Les gains de temps, entre 22' (voitures) et 7' (camions), si les limitations de vitesse sont les mêmes dans 20 ans, pour relier l'A61 à l'A62 vont-ils inciter réellement à utiliser le GCA et faire pas mal de km en plus (coût du péage et des kilomètres supplémentaires) ?
Ces chiffres ne veulent de plus pas dire grand chose. Quand on évoque la saturation de la rocade actuelle, il faut parler en heure de pointe. Le reste du temps, la voie est libre et l'intérêt du GCA est nulle. Le trafic de transit et une toute petite partie du trafic d'échange, seuls concernés par le GCA, représenteraient moins 3% des véhicules aux heures de pointe selon le Conseil Général (contre le projet). Les prévisions aux heures de pointe sont absentes de l'étude.

Car le soulagement du périph' le matin et le soir est bien l'argument utilisé par les communicants. Les véhicules qui encombrent la rocade chaque matin ne sont pas concernés par ce GCA.
Je n'évoque pas ici le problème de l'étalement urbain de l'agglomération, parmi les moins denses de France. D'ailleurs, tantôt on nous explique que le GCA ne le favorise pas tantôt c'est l'inverse. Il n'y a qu'à voir la carte des zones construites pour trouver un parallèle troublant avec les échangeurs autoroutiers !

La mairie de Toulouse avait communiqué massivement sur l'argument du soulagement de la rocade, avec mauvaise foi, en commandant un sondageà BVA en mai dernier. 77% des personnes interrogées avaient répondu favorablement à l'idée. La mairie avait pris soin de ne pas expliquer le projet et de jouer sur les mots "grand contournement" et "rocade". Jean-Luc Moudenc, maire, invitait même à "inventer la rocade du 21ième siècle".  
La question cruciale de ce sondage était "êtes-vous tout à fait favorable, plutôt favorable, plutôt opposé ou tout à fait opposé à  la création d'une deuxième rocade, c'est-à-dire un grand contournement routier de Toulouse ?" Tout le monde est tombé dans le panneau. Il aurait fallu demander "êtes-vous favorbale à un grand contournement autoroutier à péage de l'agglomération toulousaine ?". 
L'aspect environnemental n'était pas oublié car il était demandé aux sondés, auparavant, s'ils se sentaient concernés par la protection d l'environnement. Parmi les justifications de cette "seconde rocade", il leur était également proposé dans les réponses possibles la réduction de la pollution !
Une autre question proposait de choisir parmi les 3 propositions suivantes "vous êtes pour la construction d'un grand contournement routier quelque soit les conséquences pour l'environnement" - "vous êtes pour la construction d'un grand contournement routier si le projet prend en compte la préservation du cadre de vie et de l'environnement" - "vous êtes contre la construction d'un grand contournement routier". Pas la peine de faire un dessin pour expliquer quelle proposition recueille 83.3%....Il était également question d'un grand contournement ferroviaire dont on ne trouve pas de trace précise dans le dossier de GCA.

Je conseille à Toulouse de refaire ce sondage une fois le débat public terminé, quand la majorité des gens sauront en quoi consiste ce projet.

En résumé, la réflexion simple et significative d'un des membres de la commission consistait à se demander comment l'on peut se fixer des objectifs de réduction des GES au niveau du facteur 4 et construire en parallèle des autoroutes...
Repost 0
Published by Sébastien - dans Toulouse
commenter cet article
18 septembre 2007 2 18 /09 /septembre /2007 22:02
tlse22.jpgCe titre sous forme interrogative, c'est ce que la plupart des gens me demandaient ce matin en voyant la Garonne toute rose après son passage à travers la ville... rose. Certains, presque affolés, ont même eu peur suite à cette vision déroutante, les sirènes des pompiers résonnant par hasard à ce moment-là n'arrangeant rien ! Une personne a même cru à une performance artistique à l'occasion du Printemps de Septembre.
Heureusement, il ne s'agit que d'une simulation de pollution, beaucoup plus esthétique que dangereuse !

Le SMEAG (Syndicat mixte d'étude et d'aménagement de la Garonne) est un établissement public composé des différentes collectivités régionales et départementales riveraines de la Garonne. Dans le cadre de la protection des captages d'eau potable en Garonne, il réalise une opération à grande échelle de modélisation du parcours d'une pollution.  Un traçage consiste donc à injecter un colorant inoffensif (la rhodamaine B dans le cas présent)  en un point donné  et à suivre sa propagation temporelle et spatiale ainsi que sa dilution. Les résultats permettront aux collectivités et exploitants de stations d'eau potable de mettre en place les mesures nécessaires pour faire face à un accident (dispositifs et  stations d'alerte, délai et procédure d'intervention...).
L'Etude a été confiée au cabinet EATC et va se dérouler sur un peu plus de 2 ans. Les traçages concernent cette année la période des basses-eaux pour s'attaquer aux hautes-eaux en 2008. La zone d'étude va de Toulouse à La Réole et couvre 18 captages.

J'ai donc assisté à 2 traçages : entre Grisolles et Verdun (82) le 13 septembre, uniquement l'injection et entre Toulouse et Blagnac (31) aujourd'hui, injection et prélèvement aval. Sans plus attendre, voici le compte-rendu de ces opérations spectaculaires en images (cliquez sur les images pour les agrandir). D'autres photos sont disponibles sur Flickr (cliquez sur chaque traçage ci-dessus).
 
grisolle4.jpgL'injection se fait en 1 point au centre du pont de Grisolles.


grisolle2.jpgLa nappe, encore concentrée et de couleur soutenue, se propage assez lentement.

grisolle7.jpg
Les rives tranquilles de la Garonne à Grisolles.

tlse1.jpg
50 kg de rhodamine B dilués dans 800 L d'eau.

tlse3.jpg
Injection par temps très mauvais et vent soutenu depuis le pont des Catalans à Toulouse (le pilier à droite s'en souvient...). Le débit n'a pas trop augmenté suite aux violents orages de la veille, le traçage a bien lieu.

tlse12bis.jpg
Le Pont des Catalans et le Dôme de La Grave (que vous retrouvez sur  la bannière du blog, nous sommes ici plus sur la droite).


tlse13.jpg
La nappe continue sa propagation. Ici à Blagnac.


tlse5.jpgDigue de la Garonne à Toulouse, vue sur la rive droite.

tlse9.jpgLa nappe s'éloigne de Toulouse. Le Dôme en tout petit en arrière-plan...

tlse24.jpgLe pont de Blagnac, 1h30 plus tard. Un prélèvement manuel depuis le pont est en cours.

tlse23.jpgD'autres prélèvements sont réalisés par préleveur automatique en bord de rive (1 de chaque côté).

tlse19.jpg Prélèvement manuel depuis le pont de Blagnac. La concentration en colorant sera ensuite mesurée par fluorométrie.

Repost 0
Published by Sébastien - dans Toulouse
commenter cet article
8 septembre 2007 6 08 /09 /septembre /2007 23:04
rocade_003.jpgL'article d'avant-hier sur les changements positifs  à Toulouse en matière de place rendue aux piétons et cyclistes  a sucisté une réaction sur Naturavox, me reprochant de donner une image idyllique de Toulouse en occultant , entre autre, la place de la voiture. Je suis évidemment conscient que la politique générale du tout voiture n'est pas remise en cause.
Je le soulignais en relayant les propos d'Alternatives Economiques dans un article que j'ai écrit pour le journal de l'Association Vélo et que je publie ici avec un peu d'avance.

Alternatives Economiques publie un mensuel qui fait référence dans la presse économique. Cette SCOP (Société Coopérative Ouvrière de Production) édite des « hors-séries pratique » très documentés et faisant une large place aux initiatives locales. En juin dernier, ce guide était consacré au développement durable dans les collectivités publiques.


L’Edito plante le décor : « à un an des prochaines élections municipales, Alternatives Economiques a enquêté dans les vingt plus grandes agglomérations de France, interrogeant pour cela les élus, les fonctionnaires territoriaux en charge de ces dossiers et, bien entendu, des représentants d’associations. Résultat : Angers, Grenoble, Lille, Lyon, Nantes, Rennes et Strasbourg appliquent une politique dynamique de développement durable, tenant compte à  la fois des enjeux économiques, écologiques et sociaux. En queue de peloton : Marseille, Toulouse et Toulon»

 

Ce classement, qui se base sur des indicateurs tels la part modale de la voiture dans les déplacements ou le pourcentage de logements sociaux ainsi qu’un questionnaire sur les politiques mises en œuvre envoyé aux collectivités, permet d’attribuer 5 notes qui vont de ++++ (non décerné) à –. Toulouse se voit donc décerner la plus mauvaise note.

A première vue, il est intéressant de comparer la part modale de la voiture. Quand elle s’élève à 64% dans notre agglomération, les autres de taille comparable sont plus proches des 50%.

La rédaction n’est pas tendre avec la ville rose qui « se réveille en matière de développement durable » et montre clairement du doigt l’aberration que constitue la construction du pont sur le Canal du Midi dans le cadre de la LMSE. Naïri Nahapétian précise que « le Grand Toulouse s’obstine (…) à maintenir le projet extrêmement controversé de « liaison multimodale Sud-Est » (…). Il s’agit d’un pont routier dont la construction a été votée par l’agglomération, malgré les réserves par la commission d’enquête publique. Il est inscrit au plan de déplacements urbains comme prioritaire et devrait être réalisé en 2008 (…). Ce pont routier sur le canal du Midi défigurerait un écosystème unique, alors que des solutions alternatives de transport plus respectueuses de l’environnement ont été proposées par des associations. ».

Ce projet, que l’association Vélo ainsi que Véracruz, et les Amis de la Terre dénoncent depuis longtemps, fait actuellement l’objet d’un recours au tribunal administratif. 


Voilà qui a le mérite d’être clair et qui montre bien la bivalence du Grand Toulouse. D’un côté un affichage développement durable et une démarche Agenda 21 et de l’autre cette fuite en avant vers le toujours plus de voitures, sans véritable volonté de changement radical sur le fond. Un chiffre illustre bien ce propos : « alors que la part de la voiture dans les modes de déplacement n’a baissé que de… 2% entre 1996 et 2004, celles de la marche à pied et des deux-roues ayant respectivement augmenté de 1% ». Pour Alternatives Economiques,  « Toulouse reste une ville où la voiture est reine ».


Photo : rocade Toulousaine (pont du Chemin de la Salade Ponsan)

Repost 0
Published by Sébastien - dans Toulouse
commenter cet article
6 septembre 2007 4 06 /09 /septembre /2007 23:27

metro-033.jpgToulouse en en train se métamorphoser doucement. Juin avait vu la mise en service de la ligne B du métro mais cela se passe essentiellement sous terre. Les aménagements de surface ne concernent que quelques mètres de voirie à l'image des Carmes (ci-contre) où les voies de bus, également voie cyclables ont été rendues aux voitures, créant une discontinuité dans la rue du Languedoc.

Toutefois, en cette rentrée, les choses bougent et le réaménagement de l'artère principale, la rue Alsace-Lorraine, est une grande avancée. Cet axe très fréquenté sera désormais coupé en son milieu pour laisser la part belle aux piétons. Voici les photos prises ce soir, en comparaison du même endroit il a y 3 mois. Ca change et c'est une évolution importante vers la fin de la bagnolle au coeur de la ville rose. La Mairie parle de plus grand plateau piétonnier d'Europe (ça m'étonne et ces superlatifs m'énervent). On pourrait regretter la perte d'une voie cyclable (faudra partager la route avec les voitures sur la chaussé restante à droite), on peut aussi regretter l'interpellation du président de l'association Vélo pour "entrave à la circulation" alors qu'il manifestait pour protester contre cette perte pour les cyclistes (il passe au tribunal le 26 septembre). On pourra regretter également le manque d'audace de ne pas interdire carrément la voiture. 

Cliquez sur les photos pour les aggrandir

alsace0.jpgAvant...

alsace2.jpg... maintenant

 virgin1.jpg

 virgin2.jpg

 
Ne boudons tout de même pas notre plaisir. Toute la ville intra-boulevards va être limitée à 30km/h et les rues "à priorité piétonne", autrement dit les rues pavées, à 10km/h et, c'est énorme, le contre-sens cyclable autorisé !!!

alsace2.jpg

Cette évolution doit prendre effet dès septembre, je l'ai donc testé même si les panneaux ne sont pas en place. Cela entérine une situation existante mais les voitures ne semblaient pas trop apprécier de me voir arriver en face, quant aux 10km/h... autant dire qu'on touche du doigt la fin de la voiture dans l'hypercentre même si l'on n'y est pas, il y a un blocage psychologique chez les commerçants, certains élus et dans l'inconscient pétrole-voiture dépendant !!!

Et puis ce soir, j'ai été agréablement surpris par le nombre de cyclistes. Les étudiants commencent à rentrer (1/4 de la population toulousaine)  et ils se déplacent beaucoup en vélo. Qu'est-ce que cela va être en janvier quand les vélostations vont être installées : 135 stations automatiques et 1470 vélos dans un premier temps ! Le contrat a été passé avec le spécialiste des panneaux de pub J.C. Decaux pour 4 188 300 €. On regrettera peut-être que les vélos soient, semble-t-il, revêtus de pub, une première en France... Bref, des vélos partout, une ville calme... on est loin des autoroutes sur les berges de la Garonne ou sur le Canal du Midi. Que du bonheur !!

Repost 0
Published by Sébastien - dans Toulouse
commenter cet article
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 08:12
pdb-055.jpg Le 3 juillet dernier, le Tribunal Administratif de Toulouse remettait son jugement quant à une série de plaintes déposées par Eau Secours 31 et 9 usagers par rapport au contrat qui lie Véolia (ex CGE) et la ville de Toulouse depuis 1990. l'association pointe de nombreuses irrégularités dont, entre autre, l'augmentation du prix de l'eau et de l'assainissement ou le remboursement des "droits d'entrée" , aujourd'hui illégaux, d'un montant de 437,5 millions de francs à l'époque. Cette somme permit ainsi à la ville de se désendetter et d'afficher fièrement une "dette zéro" alors même que les usagers remboursaient, via la facture d'eau, des intérêts à des taux de 10, 12 et même 13% aujourd'hui. Malheureusement, un amendement est passé in extremis à l'occasion du vote de la LEMA (Loi sur l'eau et les Milieux Aquatiques) en décembre 2006. Il protège rétroactivement ce genre de contrat bancal... M. Diebold, adjoint en charge de l'eau et de l'assainissement et député, n'est pas étranger à cet arrangement.

Je vous retranscris le communiqué de presse  

CONTRAT DE L’EAU A TOULOUSE : SCANDALE D’UNE LOI SUR MESURE.

Comment régulariser de manière rétroactive c'est-à-dire illégale,des irrégularités avérées, par un amendement de circonstance totalement scélérat.

Notre association vient de prendre connaissance du jugementprononcé par le tribunal administratif de Toulouse le 3 juillet 2007. Le tribunal a retenu la recevabilité de notre plainte et nous a donné raison sur la rétroactivité des tarifs. Il a rejeté la demande de dédommagement des frais de justice de la ville et a condamné celle-ci à verser une somme de 150 euros à l'association.

Sur tous les autres points, et en particulier sur le droit d'entrée et la redevance annuelle, Eau Secours 31 a été déboutée, au motif qu'elle était habilitée à contester des dispositions réglementaires mais pas des dispositions contractuelles. Cela revient à dire que notre plainte n'a pas été jugée sur le fond puisque celle-ci portait sur les factures et non pas sur le contrat.

Par ailleurs, la plainte établissait aussi, sans contestation possible, que les conditions dans lesquelles avait été signé le contrat de concession des services d’eau et d’assainissement liant la ville à la CGE, étaient entachées d’irrégularités. Compte tenu de la jurisprudence constante des tribunaux administratifs, ce contrat courait le risque d’être cassé par le Tribunal, ce qui aurait entraîné automatiquement la remise à plat du mode de gestion de ces services et en particulier, en cas de nouveau contrat avec le même délégataire, l’application de la Loi Sapin qui interdit tout droit d’entrée et autre redevance annuelle.

C’est pour parer à cette éventualité qu'un amendement de circonstance, présenté entre autre par le député UMP Jean Diébold, a été adopté en catimini, à quinze minutes de la fin des débats de la Loi sur l’eau dans la nuit du 13 décembre 2006.

Ce qui frappe dans le contenu de cet amendement c’est qu’il reprend le contenu du mémoire envoyé au tribunal administratif le 11 juillet 2006, et transmis la semaine suivante à la ville de Toulouse. Circonstance aggravante, Jean Diébold, conseiller municipal de Toulouse en charge de l’eau et de l’assainissement, était en 1990 maire adjoint chargé des mêmes services et donc directement partie prenante de ce fameux contrat.

Or c'est sur cet amendement que le tribunal administratif s'est appuyé pour rejeter cette partie de notre plainte tout en admettant : " l'illégalité du contrat de concession du 23 février 1990 résultant de la circonstance, non contestée, que sa signature est intervenue avant la transmission au représentant de l'Etat de la délibération du conseil municipal l'autorisant." (1)

Les usagers d’EAU SECOURS n’ont guère été surpris par de telles pratiques législatives.

Un an avant, dans des circonstances analogues, alors que les transports urbains,( à la suite d’une longue bataille à laquelle avait participé de manière très active notre association,) étaient revenus en régie directe le 17 novembre 2005, un amendement UMP de circonstance voté en janvier 2006, décidait au mépris de la Constitution et de toute pratique démocratique, que dans tout syndicat mixte, une Communauté d’agglo de plus de 400 000 habitants aurait automatiquement la majorité dans les décisions concernant les transports urbains. Cela d'ors et déjà, pourrait permettre à la communauté d’agglo de Toulouse de remettre en cause le choix démocratique du syndicat mixte en faveur du retour en régie. (Loi2006-10 du 5 janvier 2006)

Inutile de souligner que nous récusons les conclusions de ce jugement : il est certain que notre action ne s'arrêtera pas là. Nous avons deux mois pour saisir la Cour d'Appel de Bordeaux de ce jugement. Sans préjuger de notre décision, nous allons étudier de très près cette éventualité, mais aussi celle qui consiste pour des usagers individuels, de saisir le Tribunal d'instance pour "charges indues sur leurs factures". Cette juridiction ne fait pas le distinguo entre "contractuel et réglementaire."

Nous estimons que le Tribunal, dans ses conclusions, n'a pas réellement pris en compte le contenu de notre plainte qui portait exclusivement sur les factures et les « charges indues » générées en grande partie par le remboursement du droit d'entrée et de la redevance annuelle affectés au budget général de la ville. Bien que la plupart des points soulevés par notre plainte, aient été épinglés par la Cour Régionale des Comptes, le Tribunal a préféré suivre les plaidoiries des avocats de Véolia et considérer que nous attaquions le contrat.

(1) « … Selon la loi du 5 mars 1803, reprise par le Code Civil : "La loi ne dispose que pour l’avenir ; elle n’a point d’effet rétroactif". L’article 101-7 de la LEMA prétend s’appliquer aux contrats passés avant 1996, et a donc un effet exclusivement rétroactif. Elle va donc s’appliquer par ailleurs à la grande masse des contrats de délégation de service public signés précipitamment, ou prorogés par voie d’avenant pour les contrats pré-existants, juste avant le 29 janvier 1993 (et pour certains un peu après), pour anticiper et donc échapper aux dispositions de la loi Sapin. Il est patent qu’un grand nombre de ces contrats, plusieurcentaines, présentent des irrégularités, désormais « effacées » par la LEMA. Le juge administratif ne peut qu’appliquer la LEMA. Mais la contestation de l’article 101-7 ne devrait pas manquer d’être portée devant les juridictions administratives dans les mois et les années qui viennent. »

Plus d'infos :

De plus amples explications sur les liens suivants : http://citron-vert.info/spip.php?article927

et le site de Marc Laimé, journaliste au "Monde diplomatique "et au "Canard enchaîné", auteur du livre « Le dossier de l'eau : Pénurie, pollution, corruption » où est détaillé la discussion à l'Assemblée nationale de l'amendement que reprend l'argumentaire de notre mémoire : http://www.eauxglacees.com/Scandale-a-Toulouse-le-contrat

En fin de cet article, Marc Laimé publie le court mémoire concernant les irrégularités de la passation de ce contrat.

Et le fameux lien qui atteste de l'intervention de J. Diébold sur la validation des contrats de l'eau et de l'assainissement passés avant 10/06/1996 lors de l'adoption de la loi sur l'eau en décembre 2006 :
http://www.assemblee-nationale.fr/12/cri/2006-2007/20070094.asp

Photo : dégazeur en sortie de bassin d'aération
Repost 0
3 juin 2007 7 03 /06 /juin /2007 22:18
fil-002.jpgLe Fil Vert avait donc lieu ce week-end. Nous sommes allés "sur les chemins du développement durable" car il s'agit du thème de cette année. Quoi de plus normal pour la fête du vélo ?
Pourtant, je ne pense pas avoir la même conception de la notion de développement durable que le Grand Toulouse.

A l'heure où So-Ann ramassait de beaux fruits bios, je mangeais de dégueulasses sandwiches chimiques (jugez sa composition sur la photo). Voilà l'anti-thèse du développement durable me semble-t-il : alimentation de mauvaise qualité (issue de l'agriculture intensive), beaucoup de produits chimiques, emballée dans un blister plastique non recyclable, conditionnée loin de Toulouse (dans la Somme)... Avec cela des micro-bouteilles de jus d'orange, une tranche de fromage sous plastique... Les ravitaillements étaient constitués de petites bouteilles d'eau embouteillées en Italie. Le plastique est recyclable mais seulement dans la théorie car pas de tri sélectif sur le Fil Vert malgré un stand de la mairie de Toulouse qui communiquait sur ce sujet !!!. A l'arrivée le speaker parlait de grand-prix de moto et il y avait de la pub pour une station de ski andorane, du grand n'importe quoi...
J'ai également été choqué par le fait que la rando empruntait les trottoirs, ce que la mairie combat (à juste raison). C'est en effet plus facile de ne pas faire passer les cyclistes sur la route, ça donne l'impression qu'il n'y pas de problèmes de sécurité voiture-vélo.

Pour ne pas rester complètement négatif, parmi les stands, celui de l'ADEME - espace Info-énergie avait une belle place, l'association Vélo était également présente tout comme une exposition pédagogique sur l'énergie solaire et bien entendu le vélo est en lui-même un moyen de déplacement et un sport durable (à condition de ne pas se rendre à la rando en voiture...).
Repost 0
Published by Sébastien - dans Toulouse
commenter cet article
4 avril 2007 3 04 /04 /avril /2007 22:42
Samedi je manifestais avec l'association Vélo pour le respect de la loi sur l'air. Cette loi précise que toute rénovation de rue en ville doit s'accompagner de la création d'aménagement pour les cyclistes. La manif se terminait par une occupation du carrefour rue Lafayette - Rue Alsace Lorraine avec les vélos couchés au sol. Christophe était juste au-dessus et prit cette photo un peu par hasard, pour le côté original de la chose !
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Toulouse
commenter cet article

A visiter

Citoyenneté


Association Vélo
La voix des cyclistes de l'agglomération toulousaine

Vélo à St-Go
Pour que Saint-Gaudens soit cyclable !

Collectif citoyen Portes de Gascogne
Contre un nouveau centre commercial proche de Toulouse

Manicore.com (J.M. Jancovici)
Les réponses à (presque) toutes les questions sur l'énergie et le réchauffement climatique

Le Magret diplomatique
L'actualité éclairée par l'histoire

Mon Toulouse
Une autre vision de l'actualité toulousaine

Toulouse décroissance

Il y a une vie après Colomiers
Association de défense de la ligne SNCF Toulouse - Auch

L'air de rien
Groupe Toulousain de musique impitoyable

Amis
Entre noir et blanc, je suis jaune
Danyung, entre Asie Afrique et Europe

Les bons plans de la Vir
Virginie, sa vie, son oeuvre !

Arctic 2007
Nico et Jean, 2 frères qui traversent Canada et Alaska à vélo

Autres
Pataphysique
L'agrégateur des blogs toulousains

Le webzine alternatif sur le cyclisme

Vélo coqué
Roulez couverts !

Avenir Cycliste Rabastinois

Autres liens intéressants


Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que 1) le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique 2) s'attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance». Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle «chaîne», un nouveau «journal», chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

146 Freemen au 02/12/2007


2 plus n
A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Argent facile
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Dialogue citoyen
Duplex
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Démocratie sans frontière
Dérapages
Développement durable
Développement durable et communication
Eco-echos
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Europeus
Exdisciplesleblog
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Francesco : l'objectif dans l'oeil
Fred de Mai
Freya Finker
Fsens
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Géoclic
Imagine 2012
Imagine 2050
Isegoria, (re)prenons la parole
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La politique du chacal
La rage du peuple
Le Barrablog
Le Blog de Guyom
Le Blog à Rythme
Le Mague
Le Monde citoyen
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Le grand ménage
Le site de la pauvreté intérieure
Les méditations du sauvage
Lespacearcenciel
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mimiland
Miss Ecolo and Cie
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Mr Moon
Muad'ib Ginkgo
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
Olivox
Ombres et Lumières
On refait le blog
Ostende
Ouvertures
Penser paysage
Pile freemen 2.0
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
SDF
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Un oeil sur la planète
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vert chez moi
VideoBlog Ecoabita
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002
dieu des chats

Rédacteur Agoravox
TV5
Rédacteur Naturavox
Creative Commons License
Wikio - Top des blogs - Politique
  
blogCloud
PageRank Actuel
Technorati

Rechercher