Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 21:18

La décroissance, voilà un sujet passionnant et polémique. L’Alternative Midi-Pyrénées invitait Serge Latouche, économiste et décroissant, vendredi 3 novembre à la salle du Sénéchal à Toulouse. L’homme, la soixantaine, est à l’aise devant une salle comble. Le public, hétéroclite, a bien répondu au rendez-vous diffusé principalement dans les milieux décroissants et de la gauche toulousaine. Compte-rendu

L’Alternative Midi-Pyrénées avoue ne pas s’être positionnée sur la logique de décroissance même si elle est consciente que les sociétés occidentales vivent à crédit sur la planète car notre empreinte écologique est supérieure aux capacités de la planète (si toute l’humanité vivait comme les Français il faudrait 3 planètes Terre). La croissance a même été remise en cause par le Club de Rome en 1970 et avec un objectif affiché de croissance « 0 » à terme. Serge Latouche va donc tenter de balayer les tenants et l'aboutissement de la décroissance.

La décroissance constitue à la fois une évidence mais aussi un blasphème. La phrase de l’économiste américain Kenneth Boulding « Toute personne croyant qu'une croissance exponentielle peut durer indéfiniment dans un monde fini est soit un fou, soit un économiste» est admise par beaucoup alors que la sortie d’un système basé sur le toujours plus, la croissance, est inconcevable pour une grande majorité et le terme décroissance est encore un gros mot.

« Nous ne voulons pas savoir ce que nous savons » résume Latouche. Tout est organisé dans notre économie autour de la production et de la consommation et cela dans une logique de toujours plus. Le système s’appuie en particulier sur la publicité qui crée des besoins, crée l’insatisfaction permanente, le jetable et ce qui conduit finalement à une accumulation de déchets. La société de croissance est donc insoutenable !!!

L’empreinte écologique en est une preuve. La terre c’est 51 milliards d’ha dont 12 bioproductifs soit 1.8 ha /terrien. Or en ce moment on utilise plus que cela au Nord mais beaucoup moins au Sud. Globalement nous entamons le capital de la terre au lieu de se contenter de ce qu’elle produit. Pour avoir un ordre de grandeur, tout le pétrole qu’on utilise sur une année représente le produit de la photosynthèse sur terre pendant 100 000 ans !!!

Nous vivons dans une société non soutenable on l’a vu mais aussi non souhaitable car au-delà des dégâts environnementaux, cette société est créatrice d’inégalités. On nous la présente comme une société de bien-être et d’abondance mais elle ne génère que stress et mal vivre.

La croissance engendre plus de dépenses qu’elle ne rapporte d’argent à cause des coûts cachés, de tous les dégâts sur la planète et sur les inégalités que l’on paiera bien un jour.


Le cercle vertueux de la décroissance


Les économistes actuels nous parlent des cercles vertueux de la croissance, il faut créer le cercle vertueux de la décroissance, créer l’utopie d’une société de décroissance. Le schéma présenté est issu d’un transparent qui mit presque le feu à la salle, au 1° degré !!! Voici le détail de chacune des 8 étapes :

Réévaluer : la société actuelle de compétition doit devenir une société de coopération. Les valeurs doivent changer : finis les héros de série TV qui sont de riches ambitieux, finis ces autres héros des temps modernes, les cost killers, ceux qui cassent les coûts en « laissant l’éthique dans leur poche ».

Reconceptualiser : un nouveau concept doit être impulsé au terme de richesse. La pauvreté doit également être reconsidérée et être bien différenciée de la misère. Le couple qui mène l’économie : rareté et abondance doit être revu. La rareté est créée par la technologie et la privatisation du vivant (OGM…) et des richesses naturelles (eau…).

Restructurer : il s’agit de sortir du capitalisme mais conserver la monnaie et les marchés qui peuvent avoir des vertus et créer du lien humain. Par exemple on pourrait transformer les usines d’automobile en usines de cogénération pour produire de l’énergie.et de la chaleur. Bref, recoloniser notre imaginaire.

Redistribuer : les différences de revenus sont monstrueuses à travers le monde et même au sein d’un même pays ou d’une même entreprise. Il faut partager mais également redistribuer un droit de tirage écologique c’est-à-dire utiliser moins de ressources naturelles au Nord pour que les pays du Sud produisent plus.

Relocaliser : penser global, agir local. L’économie doit être démondialisée, le démantèlement des services publics freiné, les circuits courts encouragés et la grande distribution contrée(alternative = AMAP par exemple). On ne peut plus admettre que le yaourt à la fraise ait parcouru 9000 km.
Relocaliser c’est aussi valable pour l’énergie en développant les apports énergétiques locaux (mini éoliennes individuelles, solaire, micro centrales de cogénération).
La réappropriation de la monnaie au niveau local doit être entreprise par la création de monnaies locales.
Pour un local vivable il faut réduire les tailles des villes, au besoin créer des municipalités dans les municipalités afin de ne pas dépasser des entités de 60 000 individus(slow cities).
Mais le local n’est pas un enfermement et ne doit pas être un repli. Cela signifie au contraire développer une culture locale, se réapproprier une langue, tisser des liens et c’est bien différent du communautarisme.
Concernant les voyages, il s’agit souvent d’un besoin créé récemment, ce besoin n’est pas incompressible ; l’ouverture d’esprit ne passe pas que par les voyages.
La relocalisation implique enfin une autonomisation du Sud. Une rupture entre Sud et Nord, rupture culturelle, pour que chacun retrouve ses repères culturels sans que le Nord n’impose ses vues et que le Sud se cale sur ce modèle. Toutefois le partenariat Nord Sud doit conduire le Sud à augmenter son empreinte écologique jusqu’à un niveau légitime.

Réduire : le programme Négawatts
prévoit la réduction de la consommation d’énergie, l’amélioration de l’efficacité de son utilisation. C’est d’ailleurs cette association qui a lancé le fameux facteur 4. de CO2.
La réduction du temps de travail est également une priorité pour permettre à tous de travailler. L’augmentation de productivité permet non pas d’accroître la production mais de libérer du temps libre.Ce gain sensible de temps doit être synonyme de vie contemplative (à opposer à vie active), culture, art, rêve mais aussi vie citoyenne.

Recycler et réutiliser : en finir avec le jetable.

Un programme aux présidentielles en 9 points

  

Latouche s’imagine alors en présidentiable et pour cela il nous livre son programme en 9 points :

 - Revenir à une empreinte écologique correspondant à une seule planète ce qui signifie pour la France à revenir aux années 60-70. On consommait des produits fabriqués localement, avec moins de transport et d’emballage, des matériaux réutilisables.

 - Internaliser les coûts : l’énergie n’est pas chère aujourd’hui et pour le transport aérien il n’y a pas de TIPP ! Il faut faire payer le coût des infrastructures, leur destruction, la destruction de l’environnement et de la santé engendrées par le transport. Ils sont responsable de 30% des émissions de CO2. Il faut multiplier par 20 le prix des transports.

 - Relocaliser : voir plus haut

 - Mise en place d’un agriculture paysanne et biologique avec pour objectif 10% d’agriculteurs en France dans la population active.

 - Transformer les gains de productivité en réduction du temps de travail. Pour produire autant on a besoin de moins de temps de travail.

 - Biens relationnels : convivialité de l’échange

 - Programme Négawwatts

 - Moratoire et inventaire de la recherche scientifique et technologique avec pour but de revoir les priorités et les réorienter dans l’intérêt de l’homme et de la planète. La technologie n’est pas mauvaise en elle-même mais elle ne doit pas servir les profits.

 - Pénaliser les dépenses de la publicité (aujourd’hui 500 milliards de $ de budget annuel juste derrière… les dépenses d’armement). La pub est une pollution matérielle, visuelle, auditive, spirituelle et mentale.

 Seulement, au bout de quelques jours, si Latouche est élu, il est assassiné. En effet la mise en œuvre de ce programme dans notre logique actuelle est impossible. Il faut réunir les conditions d’application, inverser les rapports de force, contrer les lobbies. Une société de croissance sans croissance c’est la catastrophe il faut donc sortir de la société actuelle et en construire une nouvelle.

Nous sommes des toxico dépendants de la croissance et de la société de consommation. La croissance est une drogue : elle conduit à la perte mais, conscients de cette impasse, on continue malgré tout, à la recherche du bien-être éphémère qu’elle provoque. Il faut donc en sortir et la décroissance est un pari. Un autre monde est en effet possible. Il faut basculer vers une éco-démocratie.

 

 Décroissance et anti-capitalisme

La séance des questions aborda inévitablement l’approche sociale et anti-capitaliste de la décroissance, le collectif portant une alternative anti-libérale. Pour ce qui est de la question des protections sociales, il ne s’agit pas pour Latouche de soigner toujours plus de maladies créées par l’homme, par son mode de vie mais plutôt soigner autrement en créant un milieu de vie sain.
Latouche se place clairement à gauche de la gauche mais interroge sur le sens du mot anti-capitalisme. La priorité numéro 1 est sauver la planète et en ce sens il faut remettre en cause le productivisme, ce que la gauche anti-libérale a du mal à concevoir [mon avis : les anti-capitalistes, dont je suis, ont un idéal et sont en ce sens utopistes, il est donc étrange qu’ils n’arrivent pas pour beaucoup à concevoir l’utopie d’une société qui ne repose pas sur le toujours plus. L’alternative n’est peut-être pas assez alternative en restant prisonnière du dogme consumériste et productiviste…].  

Cette logique productiviste se lit dans les propositions du collectif  selon un spectateur, on y voit 50 fois le mot développement. C’est un mot séduisant mais toxique et qui sous-entend développement économique. La croissance (quantité) est en effet l’infrastructure du développement (qualité) qui conduit à l’accumulation du capital de Marx. Le développement est une conception des pays du Nord qui se traduit dans certains pays par « rêve du blanc ». Aujourd’hui on en a fait du développement durable mais il n’y a pas de bon développement. Il ne faut également pas tomber dans le piège d’une autre croissance, plus humaine… c’est un leurre.

La décroissance est une utopie nécessaire !

Photo : Serge Latouche (source : http://bdm.typepad.com) - cartes des Casseurs de Pub

Partager cet article

Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Economie
commenter cet article

commentaires

Betrand 01/12/2009 01:33


..finalement, quelle est la différence entre le monde de Latouche et celui de Lénine ? le label "bio" ?


Ennairam 06/11/2006 16:05

Ouià la décroissance comme utopie nécessaire...

A visiter

Citoyenneté


Association Vélo
La voix des cyclistes de l'agglomération toulousaine

Vélo à St-Go
Pour que Saint-Gaudens soit cyclable !

Collectif citoyen Portes de Gascogne
Contre un nouveau centre commercial proche de Toulouse

Manicore.com (J.M. Jancovici)
Les réponses à (presque) toutes les questions sur l'énergie et le réchauffement climatique

Le Magret diplomatique
L'actualité éclairée par l'histoire

Mon Toulouse
Une autre vision de l'actualité toulousaine

Toulouse décroissance

Il y a une vie après Colomiers
Association de défense de la ligne SNCF Toulouse - Auch

L'air de rien
Groupe Toulousain de musique impitoyable

Amis
Entre noir et blanc, je suis jaune
Danyung, entre Asie Afrique et Europe

Les bons plans de la Vir
Virginie, sa vie, son oeuvre !

Arctic 2007
Nico et Jean, 2 frères qui traversent Canada et Alaska à vélo

Autres
Pataphysique
L'agrégateur des blogs toulousains

Le webzine alternatif sur le cyclisme

Vélo coqué
Roulez couverts !

Avenir Cycliste Rabastinois

Autres liens intéressants


Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que 1) le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique 2) s'attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance». Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle «chaîne», un nouveau «journal», chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

146 Freemen au 02/12/2007


2 plus n
A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Argent facile
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Dialogue citoyen
Duplex
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Démocratie sans frontière
Dérapages
Développement durable
Développement durable et communication
Eco-echos
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Europeus
Exdisciplesleblog
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Francesco : l'objectif dans l'oeil
Fred de Mai
Freya Finker
Fsens
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Géoclic
Imagine 2012
Imagine 2050
Isegoria, (re)prenons la parole
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La politique du chacal
La rage du peuple
Le Barrablog
Le Blog de Guyom
Le Blog à Rythme
Le Mague
Le Monde citoyen
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Le grand ménage
Le site de la pauvreté intérieure
Les méditations du sauvage
Lespacearcenciel
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mimiland
Miss Ecolo and Cie
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Mr Moon
Muad'ib Ginkgo
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
Olivox
Ombres et Lumières
On refait le blog
Ostende
Ouvertures
Penser paysage
Pile freemen 2.0
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
SDF
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Un oeil sur la planète
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vert chez moi
VideoBlog Ecoabita
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002
dieu des chats

Rédacteur Agoravox
TV5
Rédacteur Naturavox
Creative Commons License
Wikio - Top des blogs - Politique
  
blogCloud
PageRank Actuel
Technorati

Rechercher