Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2006 6 21 /10 /octobre /2006 13:02
Cet été en me promenant en Espagne j'ai eu de la peine en voyant des Français s'entasser dans des supermarchés construits spécialement pour eux pour y acheter de l'alcool moins taxé. Gagner également 10 centimes sur le litre de gazoil par rapport à la France soit 5€ sur un plein (ce qui suppose d'habiter à moins de 16 km pour le rentabiliser !).  Cela m'a fait réfléchir sur le sens du prix des choses et la portée politique de l'acte d'acheter. Voilà ce que j'ai cogité...

Le prix n'est autre que cet artifice qui permet de réguler l'offre et la demande. La valeur d'un objet, d'un service .... ou d'un homme est donc très arbitraire. Cette simplicité ne représente pas les vrais coûts, sociaux, environnementaux, énergétiques... C'est pourquoi il est primordial d'analyser ce qui se cache derrière un prix .

Cartier ou Lidl, on ne connaît pas le coût réel

Fabriquer un produit coûte de la main-d'oeuvre, de l'énergie, du transport, des intermédiaires... ces éléments étant eux-mêmes régis par le rapport offre/demande. En revanche, certains coûts ne sont pas inclus et sont d'ailleurs très difficiles à chiffrer. Comment chiffrer les coûts sociaux, les maladies professionnelles, le stress ? Sur le plan environnemental comment chiffrer le réchauffement climatique que vont générer les intrants et l'énergie utilisés? L'épuisement de cette énergie aura des impacts également non chiffrables. Les emballages gourmands en matières premières polluantes seront éliminés avec des coûts chiffrables mais non entièrement à la charge du fabricant. Les infrastructures routières pour les bateaux, camions ainsi que les hôpitaux et pompiers qui vont avec sont aussi une variable à prendre en compte. A l'inverse on peut aussi se demander si les subventions publiques sont bien répercutées directement sur le prix final.

Pensez-vous que les bijoux présentés ci-contre (boutique Cartier Paris 8°) coûtent réellement le prix affiché ? Pensez-vous que les ouvriers qui ont extrait les diamants sont très bien payés ? Que l'environnement a été hyper protégé dans la mine ? Rien n'est moins sûr et les mêmes diamants seront peut-être vendus dix fois moins chers dans un autre magasin moins "select". Ce prix monstrueux n'est que la rareté d'un produit adressé à des gens très riches. Le prix est alors surestimé par rapport au coût.

A l'inverse les produits "discounts" sous-estiment les coûts cachés. Ils font souvent travailler les employés dans des conditions plus que moyennes, utilisent des procédés polluants notamment en agriculture ou du moins ne se soucient pas plus que ça de l'impact sur le milieu, le prix étant plus important que tout.

Plus ça revient cher moins c'est vendu cher

Les coûts cachés sont le plus souvent supportés par l'argent public à travers les impôts, dont ceux payés par les entreprises il est vrai*. Seulement, nous importons de plus en plus de produits qui sont fabriqués à l'autre bout du monde, ont été transportés dans des navires et par camions, ont été fabriqués par des personnes exploitées et dans des usines loin d'avoir les mêmes normes environnementales et loin de payer les mêmes impôts qu'en France. Les coûts devraient en théorie être plus élevés mais le rapport offre/demande permet l'inverse. Magique.

Magique ? Enfin pas tout à fait car cette sous-estimation ou cette non prise en compte de certains coûts ne fait qu'augmenter une dette environnementale pour les générations futures et pomper l'argent public.

Bien entendu il est extrêmement difficile de calculer le vrai coût dans cette vision macro économique mais il est tout de même possible de faire attention à ses achats.

Régulièrement nous voyons des sondages dans lesquels les Français se disent prêts à payer un peu plus s'ils ont l'assurance que les conditions de travail des ouvriers seront respectées ou que l'environnement sera préservé. Mais qu'en est-il ?
Aujourd'hui le prix est devenu pratiquement le seul paramètre qui influence l'achat. On voit fleurir les "hard discounts", chacun chasse la bonne affaire... J'ai d'ailleurs remarqué qu'on a toujours besoin de se justifier lors d'un achat : "c'était en réduction, je l'ai eu moins cher, je l'ai trouvé sur un super site pas cher", comme s'il était honteux de payer un prix décent. D'ailleurs la décence du prix d'un produit, on ne la connait plus, on est par exemple habitué à payer le kg de tomates 1,5€ et l'on trouve des billets d'avions à 10€ !!!
Qu'est-ce qui motive les personnes ci-contre à payer un peu moins cher quitte à ne pas payer les taxes à la sécu ? (ces gens-là doivent être ravis que 248 spécialités pharmaceutiques soient prochainement déremboursées ou moins remboursées !)
Je pense qu'il faudrait que les habitudes d'achat changent et que le prix brut ne soit plus le seul critère d'achat. Sans doute utopiste mais il suffit de réfléchir un peu pour en voir le bien fondé.

En effet, en suivant le raisonnement précédent, si j'achète les patates les moins chères chez Lidl, seront-elles vraiment les moins chères comparées à des bio achetées sur le marché? Les patates bio ont bénéficié de moins de subventions de la PAC (qui viennent des d'impôt que j'ai payés) ; elle ne pollueront pas le sol et éviteront de construire des usines d'eau potable hyper perfectionnées, ne contiendront pas de pescticides et de nitrates qui sont cancérigènes et éviteront des soins hospitaliers chers ; elle feront vivre une exploitation agricole plus extensive et plus de paysans qui sont attachés à la terre à au maintien des paysages, feront économiser du pétrole avec lequel sont fabriqués les engrais et pesticides et qui sert au transport ; elle économiserons les dividendes sur actions et les stocks options aux actionnaires et PDG des multinationales agro-alimentaires et des grandes surfaces qui les distribuent. Et j'en ai sans doute oublié...

La patate bio locale du marché doit coûter moins chère que celle de chez Lidl produit en intensif à 1000 km

La consom'action est réservée à quelques bobos friqués nous dit Renaud dans sa dernière chanson mais je remarque que l'on voit des 4X4 sur les parkings de Lidl, que ceux qui vont au moins cher ne sont pas forcément les plus pauvres. Réfléchir à la portée de ses achats n'est pas une histoire de moyens mais surtout de conviction et de volonté. Il est nécessaire en effet de sortir de la logique "il me faut le dernier écran plat, même à crédit".

Espérer que le tout un chacun fasse systématiquement le raisonnement précédent lors de son achat n'est bien entendu pas réaliste. Moi-même je ne le suis pas pour tout et jusqu'au bout...

Nous venons de le dire, seul le prix a un impact réel sur nos habitudes, alors pourquoi ne pas imaginer taxer les produits en fonction de la distance qu'ils ont effectuée, en fonction des réglementations sociales et environnementales des pays d'origine, en fonction des techniques de fabrication ?  La patate bio locale du marché doit coûter moins chère que celle de chez Lidl produit en intensif à 1000 km !!
A terme le commerce équitable devrait être la norme. Voilà un bon moyen de rupture, un mot très présent dans la bouche de certains en ce moment !!

* Sur le total des impôts perçus par l'Etat et les collectivitées locales, la taxe professionnelle = 6.2% et l'impôt sur les bénéfices des sociétes et leurs contributions sociales = 10.1%

Partager cet article

Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Economie
commenter cet article

commentaires

jlb 25/10/2006 17:24

en fait les patates classiques, ton exemple, ou plus réellement le blé ou le maïs ont déjà été payés par les subventions, donc les impots et le consommateur paie une fois encore en les achetant!!!

A visiter

Citoyenneté


Association Vélo
La voix des cyclistes de l'agglomération toulousaine

Vélo à St-Go
Pour que Saint-Gaudens soit cyclable !

Collectif citoyen Portes de Gascogne
Contre un nouveau centre commercial proche de Toulouse

Manicore.com (J.M. Jancovici)
Les réponses à (presque) toutes les questions sur l'énergie et le réchauffement climatique

Le Magret diplomatique
L'actualité éclairée par l'histoire

Mon Toulouse
Une autre vision de l'actualité toulousaine

Toulouse décroissance

Il y a une vie après Colomiers
Association de défense de la ligne SNCF Toulouse - Auch

L'air de rien
Groupe Toulousain de musique impitoyable

Amis
Entre noir et blanc, je suis jaune
Danyung, entre Asie Afrique et Europe

Les bons plans de la Vir
Virginie, sa vie, son oeuvre !

Arctic 2007
Nico et Jean, 2 frères qui traversent Canada et Alaska à vélo

Autres
Pataphysique
L'agrégateur des blogs toulousains

Le webzine alternatif sur le cyclisme

Vélo coqué
Roulez couverts !

Avenir Cycliste Rabastinois

Autres liens intéressants


Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que 1) le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique 2) s'attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance». Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle «chaîne», un nouveau «journal», chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

146 Freemen au 02/12/2007


2 plus n
A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Argent facile
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Dialogue citoyen
Duplex
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Démocratie sans frontière
Dérapages
Développement durable
Développement durable et communication
Eco-echos
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Europeus
Exdisciplesleblog
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Francesco : l'objectif dans l'oeil
Fred de Mai
Freya Finker
Fsens
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Géoclic
Imagine 2012
Imagine 2050
Isegoria, (re)prenons la parole
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La politique du chacal
La rage du peuple
Le Barrablog
Le Blog de Guyom
Le Blog à Rythme
Le Mague
Le Monde citoyen
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Le grand ménage
Le site de la pauvreté intérieure
Les méditations du sauvage
Lespacearcenciel
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mimiland
Miss Ecolo and Cie
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Mr Moon
Muad'ib Ginkgo
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
Olivox
Ombres et Lumières
On refait le blog
Ostende
Ouvertures
Penser paysage
Pile freemen 2.0
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
SDF
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Un oeil sur la planète
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vert chez moi
VideoBlog Ecoabita
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002
dieu des chats

Rédacteur Agoravox
TV5
Rédacteur Naturavox
Creative Commons License
Wikio - Top des blogs - Politique
  
blogCloud
PageRank Actuel
Technorati

Rechercher