Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juin 2007 3 20 /06 /juin /2007 15:45
compost-015.jpgVoilà 1 an et demi que  je composte l'intégralité des déchets organiques de cuisine chez moi, en ville, en appartement  et sur mon balconJ'en parlais ici même, notamment la manière dont j'avais fabriqué très simplement le composteur à partir d'une poubelle en plastique.

Il est temps de faire un premier bilan, en particulier pour Angèle ;-). Je vais essayer d'être complet. N'hésitez pas à me poser des questions grâce aux commentaires.

Le composteur a donc été placé sur le balcon et est alimenté par les déchets de cuisine apportés au fur et à mesure. Ils sont composés des pelures de fruits et légumes essentiellement mais aussi de papiers essuie-tout souillés sauf quand ils sont pleins d'huile. Pour les restes de viande, je les y mets (hors os), les très rares fois où il y a de la viande chez moi... J'y mets aussi les coquilles d'oeufs même si elles restent plus ou moins en l'état assez longtemps, le marc de café et le filtre. Je déconseille les coquilles tels tournesol, pistache...

compost-007.jpg
Le composteur en bout de balcon
compost-008.jpg
Le compost avant mélange
compost-004.jpg
... et après mélange

Pour l'entretien, je remue très régulièrement, environ 1 fois par semaine. Il s'agit juste de mettre 2 coups de pelle à jardinière pour bien aérer. En faisant de la sorte, je n'ai jamais eu de problème d'odeurs. L'été, où l'activité est la plus forte, ça sent tout de même un peu lorsque l'on lève le couvercle et que l'on mélange. Le reste du temps, pas  d'odeurs. D'ailleurs, en recevant des gens, il m'est arrivé de les emmener sur le balcon et de leur demander s'ils ne sentaient pas une drôle d'odeur scompost-010.jpgans leur dire que j'avais un composteur... réponses négatives ! En hiver, je remonte bien le compost au fond car il est très humide et il ne faut pas qu'il pourrisse et fermente. D'ailleurs j'ai enlevé la grille de fond que j'avais fabriquée car elle gênait plus qu'autre chose. En revanche, l'été il faut légèrement arroser. Je dirai 1 L toutes les 2 semaines pour ne pas qu'il sèche et que toute l'activité biologique s'arrête.

Concernant les quantités, elles se réduisent de manière impressionnante en compostant. On obtient une espèce de terreau, d'humus (photo ci-contre). Mon bac n'est jamais rempli à plus du 1/4 et en 1 an et demi j'ai sorti 2 fois du compost (donc tous les 6-8 mois) , 1 jardinière à chaque fois.  Une fois sorti du composteur, je le mets de côté (pot de fleur ou jardinière inutilisés par exemple) quelques semaines pour que les derniers déchets se décomposent bien et qu'il se stabilise avant de l'incorporer pour les plantes (même si la dernière fois,  je l'ai directement incorporé à la terre au moment de la plantation). Pour ce qui est des quantités à utiliser pour mélanger à la terre de plantation, aucune idée, j'ai mis moins d' 1/4 du volume final et ma foi ça pousse pas mal.

compost-016.jpgPoints positifs
- réduit le volume des poubelles (qui ne sentent plus mauvais) donc la fréquence pour les descendre et la rotation des camions ainsi que la taille des incinérateurs si réalisé à plus grande échelle
- participe au cycle naturel de la matière organique : retour au sol
- bon amendement pour les plantations (et le seul que j'utilise) et remplace le terreau
- économique (pas de terreau à acheter ni d'engrais) sans compter que si tout le monde faisait cela, la taxe ordures ménagères baisserait !
- très facile à réaliser
- permet d'avoir des plants de melons, tomates, courges (photo ci-contre) issus des pépins jetés l'année d'avant !!!

Points négatifs
- demande un suivi hebdomadaire ou bimensuel et un entretien minimum par rapport à la poubelle ordinaire
- attire quelques moucherons et araignées
- sent si on lève le couvercle et que l'on mélange
- prend un peu de place (mais mon modèle est surdimensionné)
- si l'on n'a pas de plantes, suppose de se débarrasser du compost (dans une plate-bande de jardin public par exemple).

Voilà, voilà, faites partager vos expériences de compostage, en ville ou à la campagne, posez des questions si vous voulez des précisions. Chiche, et si le compost devenait collectif à toute la résidence ou au quartier ?!
Repost 0
Published by Sébastien - dans Ecologie au quotidien
commenter cet article
3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 19:24
Dans un de mes premiers articles, j'avais indiqué 2 sites permettant de calculer son empreinte écologique. Il y avait Agir21 et le WWF. Mes empreintes écologiques étaient respectivement de 2.6 et 2.95 planètes (planètes nécessaires si tous les humains vivaient comme moi). Les efforts de cette année me conduisent à 2.5 et 2.37 planètes. J'ai découvert d'autre calcul dans ce sens :

Le site défi pour la terre de Nicolas Hulot propose avec l'Ademe un mini bilan carbone "climact très simplifié permettant d'estimer ses rejets de CO2. Pour ma part ils sont de 6138 kg/an dont 4013 kg en rejet direct, le reste étant ma part des rejets au titre des infrastructures publiques.

Enfin, un autre site, Kyot'home, offre la possibilité de calculer ses rejets de CO2 domestiques à partir des consommations gaz électricté, fioul et bois. Pour novembre, je suis à 81 kg de CO2. Ce chiffre relativement faible s'explique par une météo très douce.

L'Ademe propose des bilans carbone plus complet à destination des entreprises et collectivités.

Ces tests sont à faire régulièrement car tout l'intérêt est de progresser. Evidemment les puristes scientifiques dénonceront le peu de rigueur. Il est en effet difficile d'évaluer les impacts écologiques individuels avec une dizaine de questions. Mais la précision est suffisante pour que l'on puisse évaluer l'impact d'une modification de notre comportement en simulant une amélioration sur un paramètre. C'est ainsi que j'ai découvert que ma consommation de viande avait un impact important, je mangeais des protéines animales à chaque repas. Je ne mange donc de la viande que le midi en semaine, fini le soir et le week-end si je suis chez moi. La France est quand même un impressionnant pays de carnivores !

A ce sujet, quelques chiffres sont intéressants. J M Jancovici explique bien le problème. La France réserve 65-70% de sa surface agricole à l'alimentation... des animaux (80% au USA) alors que les cultures de légumes et de fruits équivalent à 2%. L'augmentation de cette consommation animale (triplement en 1 siècle) est à l'origine de l'agriculture intensive actuelle. Ainsi une agriculture 100%  bio serait complètement réalisable à condition que l'on mange moins de viande (une baisse de 50% des rendements serait acceptable!). Ainsi engrais, pesticides, OGM deviendraient inutiles.
Jancovici a également fait des bilans carbone de l'agriculture pour l'Ifen (Institut Français de l'environnement). Il met ainsi en évidence que  manger 1 kg de boeuf revient à parcourir 100kg en voiture  soit environ  6 kg de carbone. Le veau quant à lui rejette 13 kg de carbone !!!
Un boeuf bio permet de réduire les gaz à effet de serre de plus de 35% par rapport à un boeuf normal. Pour le veau on est un peu au-dessus de 30% d'économie. En passant, le blé bio rejette 85% de gaz à effet de serre de plus que le "traditionnel" !!!

Un simple calcul de l'empreinte écologique peut donc nous apprendre que notre consommation de viande n'est pas anodine et explique l'existence d'une agriculture intensive destructrice aujourd'hui. Désormais vous ne pourrez plus manger votre bavette à l'échalotte (j'en raffole pourtant...) la conscience tranquille !!!
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Ecologie au quotidien
commenter cet article
3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 21:22
Cela fait quelque temps que j'ai collé sur ma boîte aux lettres l'autocollant "Merci d'épargner ma boîte aux lettres" (disponible en mairie, celles-ci pouvant les commander par l'intermédiaire du site web de l'Ademe).
Il est globalement bien respecté et je ne reçois quasiment jamais de prospectus, sauf quelques réclames de pizzerias mais rien de méchant. Toutefois hier j'avais une petite liasse de catalogues illustrés de tout un tas d'objets tellement superflus que beaucoup de gens les veulent absolument (quitte à faire un crédit). Dans de pareils cas j'écris un e-mail aux enseignes concernées. Ainsi, l'an passé je recevais souvent de la pub pour Lidl, ce qui a cessé après quelques échanges de courriels. Voici ce message :

Madame, Monsieur,

Je viens de recevoir des prospectus publicitaires de votre société dans ma boîte aux lettres. Or, j'ai apposé sur celle-ci l'autocollant pour refuser cette publicité "Merci d'épargner ma boîte aux lettres", édité par le ministère de l'environnement. 

 L'affichage de cet autocollant implique le plus souvent une prise de conscience de notre part, citoyens, par rapport aux effets néfastes de la publicité (pollution, asservissement mental, coût). Nous serons donc peu réceptifs à vos messages et nous distribuer des prospectus s'avèrera contre- productif et pourrait  même ternir votre image , ce qui ne serait pas sans incidence au moment de choisir un lieu d'achat ! 

 

Les 40 kg/an/personne de prospectus publicitaires fabriqués, distribués puis traités ou incinérés (en grande partie grâce à l’argent public) sont une ineptie au moment où lutter contre le réchauffement climatique est une urgence absolue.  

 

Le choix de ne pas recevoir de publicité est donc un choix louable, réfléchi et je souhaite que votre entreprise le respecte. En conséquence je vous prie de faire le nécessaire pour que vos publicités ne soient plus distribuées chez les personnes qui en font la demande sur leur boîte aux lettres. 

 

En vous remerciant par avance, veuillez recevoir,  Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.

Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Ecologie au quotidien
commenter cet article
11 mars 2006 6 11 /03 /mars /2006 00:33
Le réchauffement climatique devient une évidence pour la communauté scientifique. Seulement, dans l'évolution du climat interviennent tellement de paramètres que les calculs de prévision sont gigantesques. Les plus puissants ordinateurs sont insuffisants mais il y a un potentiel énorme et inexploité à travers le monde, les millions d'ordinateurs particuliers tournent, en effet, rarement à 100%.

Ainsi le projet climatprediction.net, conduit par l'université d'Oxford et qui réunit des climatologues et des informaticiens, a pour but de faire faire ces fastidieux calculs à ... votre ordinateur. L'interface logiciel est développé par BOINC, spécialiste dans le domaine. La BBC s'est fait le relais auprès du grand public et présente le projet sur son site (cliquez sur le bannière).

Concrètement, vous téléchargez le logiciel ici, l'installation est très simple, et ensuite tout se fait de manière autonome. Le logiciel télécharge un modèle climatologique parmi les millions développés dans le cadre du projet. Votre ordinateur va alors calculer l'évolution du climat selon ce modèle à partir de 1920, le comparer à la réalité en 2006 et poursuivre jusqu'en 2080 . Vous pouvez vous-mêmes suivre cette évolution à partir de cartes (voir les photos et la légende).

Sur le plan ressources, il faut une bécane assez récente (la mienne a 4,5 ans et supporte bien l'application mais calcule lentement). Les calculs se font en arrière-plan sans trop ralentir vos autres applications. En revanche, il faut utiliser souvent son ordinateur car la progression est très lente (0,05% en 3h !). Ce n'est pas grave si l'on ne va pas jusqu'en 2080, les informations sont transmises au fur et à mesure lorsque vous êtes connectés à internet.

A vous de jouer... 

Si vous participez à l'opération et que vous vous sentez proche de l'esprit du réseau Freemen (voir article) , vous pouvez rejoindre l'équipe du même nom en allant sur cette page et en cliquant sur "Join".

Images et photos : bbc.co.uk + captures d'écran. Les 2 images en haut et en bas représentent la terre telle qu'on peut la voir sur son écran (en haut les températures, en bas capture du 20/12/1920 : nuages, neiges et glaces )
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Ecologie au quotidien
commenter cet article
30 janvier 2006 1 30 /01 /janvier /2006 22:03
Deux constats par rapport aux déchets  fermentescibles (de table je précise...) :

- ils partent avec la poubelle "normale" et sont incinérés. Pour moi ce n'est pas une destination "durable".

- ma poubelle, que je sors toutes les 2 semaines environ, empeste avec ces déchets qui fermentent au fond.

En conséquence, quoi de plus naturel que le compostage ? Les gens qui ont des jardins le pratiquent couramment. Mais alors si ça marche dans le jardin ça devrait marcher sur le balcon !

Les composteurs du commerce sont très chers et trop gros. Je décide donc de le fabriquer moi-même !
Double problématique : trouver un récipient qui soit aéré et où mes déchets ne vont pas pourrir au  fond. La réponse est dans une poubelle ordinaire de 80L que je parsème de trous pour l'aération et à laquelle j'ajoute un double fond en grillage. Ainsi l'eau ne stagnera pas et l'air pourra également arriver par en dessous. Pour ensemencer mon compost, j'en ai ramené de chez papa et maman.

Au bout d'une semaine, rien ne s'est vraiment passé... Le froid doit ralentir la biologie mais surtout c'est encore un peu tôt. En routine il faut aérer le mélange et le garder humide.

Les questions qui me sont posées :

- que vas-tu faire du compost ? tout simplement pour mes plantes (je n'achèterai plus de terreau et rempoterai plus souvent). s'il en reste eh bien j'en donnerai à des amis ou je l'épandrai n'importe où...

- et les odeurs ? c'est ma grande crainte. S'il y en a, le test s'arrêtera là !

Je ne manquerai pas de vous tenir informés de l'évolution de cette expérience à travers le blog... Si vous avez des questions, des remarques ou des conseils, ils seront les bienvenus !!
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Ecologie au quotidien
commenter cet article

A visiter

Citoyenneté


Association Vélo
La voix des cyclistes de l'agglomération toulousaine

Vélo à St-Go
Pour que Saint-Gaudens soit cyclable !

Collectif citoyen Portes de Gascogne
Contre un nouveau centre commercial proche de Toulouse

Manicore.com (J.M. Jancovici)
Les réponses à (presque) toutes les questions sur l'énergie et le réchauffement climatique

Le Magret diplomatique
L'actualité éclairée par l'histoire

Mon Toulouse
Une autre vision de l'actualité toulousaine

Toulouse décroissance

Il y a une vie après Colomiers
Association de défense de la ligne SNCF Toulouse - Auch

L'air de rien
Groupe Toulousain de musique impitoyable

Amis
Entre noir et blanc, je suis jaune
Danyung, entre Asie Afrique et Europe

Les bons plans de la Vir
Virginie, sa vie, son oeuvre !

Arctic 2007
Nico et Jean, 2 frères qui traversent Canada et Alaska à vélo

Autres
Pataphysique
L'agrégateur des blogs toulousains

Le webzine alternatif sur le cyclisme

Vélo coqué
Roulez couverts !

Avenir Cycliste Rabastinois

Autres liens intéressants


Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que 1) le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique 2) s'attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance». Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle «chaîne», un nouveau «journal», chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

146 Freemen au 02/12/2007


2 plus n
A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Argent facile
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Dialogue citoyen
Duplex
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Démocratie sans frontière
Dérapages
Développement durable
Développement durable et communication
Eco-echos
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Europeus
Exdisciplesleblog
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Francesco : l'objectif dans l'oeil
Fred de Mai
Freya Finker
Fsens
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Géoclic
Imagine 2012
Imagine 2050
Isegoria, (re)prenons la parole
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La politique du chacal
La rage du peuple
Le Barrablog
Le Blog de Guyom
Le Blog à Rythme
Le Mague
Le Monde citoyen
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Le grand ménage
Le site de la pauvreté intérieure
Les méditations du sauvage
Lespacearcenciel
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mimiland
Miss Ecolo and Cie
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Mr Moon
Muad'ib Ginkgo
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
Olivox
Ombres et Lumières
On refait le blog
Ostende
Ouvertures
Penser paysage
Pile freemen 2.0
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
SDF
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Un oeil sur la planète
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vert chez moi
VideoBlog Ecoabita
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002
dieu des chats

Rédacteur Agoravox
TV5
Rédacteur Naturavox
Creative Commons License
Wikio - Top des blogs - Politique
  
blogCloud
PageRank Actuel
Technorati

Rechercher