Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 août 2007 3 22 /08 /août /2007 08:12
pdb-055.jpg Le 3 juillet dernier, le Tribunal Administratif de Toulouse remettait son jugement quant à une série de plaintes déposées par Eau Secours 31 et 9 usagers par rapport au contrat qui lie Véolia (ex CGE) et la ville de Toulouse depuis 1990. l'association pointe de nombreuses irrégularités dont, entre autre, l'augmentation du prix de l'eau et de l'assainissement ou le remboursement des "droits d'entrée" , aujourd'hui illégaux, d'un montant de 437,5 millions de francs à l'époque. Cette somme permit ainsi à la ville de se désendetter et d'afficher fièrement une "dette zéro" alors même que les usagers remboursaient, via la facture d'eau, des intérêts à des taux de 10, 12 et même 13% aujourd'hui. Malheureusement, un amendement est passé in extremis à l'occasion du vote de la LEMA (Loi sur l'eau et les Milieux Aquatiques) en décembre 2006. Il protège rétroactivement ce genre de contrat bancal... M. Diebold, adjoint en charge de l'eau et de l'assainissement et député, n'est pas étranger à cet arrangement.

Je vous retranscris le communiqué de presse  

CONTRAT DE L’EAU A TOULOUSE : SCANDALE D’UNE LOI SUR MESURE.

Comment régulariser de manière rétroactive c'est-à-dire illégale,des irrégularités avérées, par un amendement de circonstance totalement scélérat.

Notre association vient de prendre connaissance du jugementprononcé par le tribunal administratif de Toulouse le 3 juillet 2007. Le tribunal a retenu la recevabilité de notre plainte et nous a donné raison sur la rétroactivité des tarifs. Il a rejeté la demande de dédommagement des frais de justice de la ville et a condamné celle-ci à verser une somme de 150 euros à l'association.

Sur tous les autres points, et en particulier sur le droit d'entrée et la redevance annuelle, Eau Secours 31 a été déboutée, au motif qu'elle était habilitée à contester des dispositions réglementaires mais pas des dispositions contractuelles. Cela revient à dire que notre plainte n'a pas été jugée sur le fond puisque celle-ci portait sur les factures et non pas sur le contrat.

Par ailleurs, la plainte établissait aussi, sans contestation possible, que les conditions dans lesquelles avait été signé le contrat de concession des services d’eau et d’assainissement liant la ville à la CGE, étaient entachées d’irrégularités. Compte tenu de la jurisprudence constante des tribunaux administratifs, ce contrat courait le risque d’être cassé par le Tribunal, ce qui aurait entraîné automatiquement la remise à plat du mode de gestion de ces services et en particulier, en cas de nouveau contrat avec le même délégataire, l’application de la Loi Sapin qui interdit tout droit d’entrée et autre redevance annuelle.

C’est pour parer à cette éventualité qu'un amendement de circonstance, présenté entre autre par le député UMP Jean Diébold, a été adopté en catimini, à quinze minutes de la fin des débats de la Loi sur l’eau dans la nuit du 13 décembre 2006.

Ce qui frappe dans le contenu de cet amendement c’est qu’il reprend le contenu du mémoire envoyé au tribunal administratif le 11 juillet 2006, et transmis la semaine suivante à la ville de Toulouse. Circonstance aggravante, Jean Diébold, conseiller municipal de Toulouse en charge de l’eau et de l’assainissement, était en 1990 maire adjoint chargé des mêmes services et donc directement partie prenante de ce fameux contrat.

Or c'est sur cet amendement que le tribunal administratif s'est appuyé pour rejeter cette partie de notre plainte tout en admettant : " l'illégalité du contrat de concession du 23 février 1990 résultant de la circonstance, non contestée, que sa signature est intervenue avant la transmission au représentant de l'Etat de la délibération du conseil municipal l'autorisant." (1)

Les usagers d’EAU SECOURS n’ont guère été surpris par de telles pratiques législatives.

Un an avant, dans des circonstances analogues, alors que les transports urbains,( à la suite d’une longue bataille à laquelle avait participé de manière très active notre association,) étaient revenus en régie directe le 17 novembre 2005, un amendement UMP de circonstance voté en janvier 2006, décidait au mépris de la Constitution et de toute pratique démocratique, que dans tout syndicat mixte, une Communauté d’agglo de plus de 400 000 habitants aurait automatiquement la majorité dans les décisions concernant les transports urbains. Cela d'ors et déjà, pourrait permettre à la communauté d’agglo de Toulouse de remettre en cause le choix démocratique du syndicat mixte en faveur du retour en régie. (Loi2006-10 du 5 janvier 2006)

Inutile de souligner que nous récusons les conclusions de ce jugement : il est certain que notre action ne s'arrêtera pas là. Nous avons deux mois pour saisir la Cour d'Appel de Bordeaux de ce jugement. Sans préjuger de notre décision, nous allons étudier de très près cette éventualité, mais aussi celle qui consiste pour des usagers individuels, de saisir le Tribunal d'instance pour "charges indues sur leurs factures". Cette juridiction ne fait pas le distinguo entre "contractuel et réglementaire."

Nous estimons que le Tribunal, dans ses conclusions, n'a pas réellement pris en compte le contenu de notre plainte qui portait exclusivement sur les factures et les « charges indues » générées en grande partie par le remboursement du droit d'entrée et de la redevance annuelle affectés au budget général de la ville. Bien que la plupart des points soulevés par notre plainte, aient été épinglés par la Cour Régionale des Comptes, le Tribunal a préféré suivre les plaidoiries des avocats de Véolia et considérer que nous attaquions le contrat.

(1) « … Selon la loi du 5 mars 1803, reprise par le Code Civil : "La loi ne dispose que pour l’avenir ; elle n’a point d’effet rétroactif". L’article 101-7 de la LEMA prétend s’appliquer aux contrats passés avant 1996, et a donc un effet exclusivement rétroactif. Elle va donc s’appliquer par ailleurs à la grande masse des contrats de délégation de service public signés précipitamment, ou prorogés par voie d’avenant pour les contrats pré-existants, juste avant le 29 janvier 1993 (et pour certains un peu après), pour anticiper et donc échapper aux dispositions de la loi Sapin. Il est patent qu’un grand nombre de ces contrats, plusieurcentaines, présentent des irrégularités, désormais « effacées » par la LEMA. Le juge administratif ne peut qu’appliquer la LEMA. Mais la contestation de l’article 101-7 ne devrait pas manquer d’être portée devant les juridictions administratives dans les mois et les années qui viennent. »

Plus d'infos :

De plus amples explications sur les liens suivants : http://citron-vert.info/spip.php?article927

et le site de Marc Laimé, journaliste au "Monde diplomatique "et au "Canard enchaîné", auteur du livre « Le dossier de l'eau : Pénurie, pollution, corruption » où est détaillé la discussion à l'Assemblée nationale de l'amendement que reprend l'argumentaire de notre mémoire : http://www.eauxglacees.com/Scandale-a-Toulouse-le-contrat

En fin de cet article, Marc Laimé publie le court mémoire concernant les irrégularités de la passation de ce contrat.

Et le fameux lien qui atteste de l'intervention de J. Diébold sur la validation des contrats de l'eau et de l'assainissement passés avant 10/06/1996 lors de l'adoption de la loi sur l'eau en décembre 2006 :
http://www.assemblee-nationale.fr/12/cri/2006-2007/20070094.asp

Photo : dégazeur en sortie de bassin d'aération
Repost 0
21 août 2007 2 21 /08 /août /2007 00:45
Je traînais ce nom ridicule de Sebos31 depuis une éternité. C'est en effet un de mes premiers pseudos  sur internet.  C'est même devenu mon surnom pour certaines personnes (je l'ai quand même laissé dans la bannière). Il fallait donc que je change le nom de ce blog par quelque chose de plus sympathique.  Je cherchais un nom en rapport avec l'écologie mais il m'a semblé plus intéressant de me rapprocher de l'idée de décroissance. Cette notion, si elle s'impose comme une évidence pour de plus en plus d'écologistes, suscite encore largement la critique et a donc un côté provocateur.
Beurre ou ordinaire ? Une histoire de croissants et donc décroissante. Le jeu de mot est un peu tiré par les cheveux mais "beurre ou ordinaire" je trouve que ce nom sonne bien. En même temps il y a une notion de simplicité volontaire dans ce titre, de choix à faire, ce qui renvoie tout à fait à la notion. Sous forme de question, il ouvre des interrogations et des débats. Dans ma  tête se bousculent plus de questionnements que de certitudes...
Afin d'éclairer le lecteur sur ce blog des croissants ou décroissant, j'ai inscrit la citation de Kenneth Boulding, économiste américain, qui parle d'elle-même « Celui qui croit qu'une croissance exponentielle peut continuer indéfiniment dans un monde fini est un fou, ou un économiste. »

Enfin, la photo représente la Garonne à Toulouse depuis le quai de la Daurade.  J'habite Toulouse depuis environ 7 ans et j'adore cette ville, son architecture, l'ambiance (quelques photos de la ville rose ici). Elle situe donc la connotation locale du blog. Elle montre aussi que ma conception de la décroissance se marie tout à fait avec la ville. Il n'y a en effet aucune voiture en vue sur ce cliché, seul un bateau rappelle que la Garonne était une voie de transport importante avec les canaux de Brienne, de Garonne et bien sûr du Midi. Il se dégage du cliché une impression de calme, de lenteur et de sérénité. Et puis l'eau, c'est mon métier...

Pour vous la décrire, de gauche à droite : une péniche touristique (venez visiter la ville rose !), en arrière plan, le Pont Neuf (qui est le plus vieux pont de Toulouse ! - achevé en 1632) a été emballé par un artiste à l'occasion du printemps de septembre 2006. Ce pont permet de passer rive gauche, en Gascogne et plus précisément vers le  quartier St-Cyprien.
Le grand bâtiment illuminé au centre est l'Hôtel Dieu St-Jacques qui date du 13ième siècle (et il y avait déjà des hôpitaux à son emplacement). C'est actuellement le siège administratif des Hôpitaux de Toulouse et s'y trouve aussi le Musée de l'histoire de la médecine.
Un peu plus à droite on peut observer le Dôme de La Grave ( 16ième siècle) qui est un hôpital encore utilisé comme tel à ma connaissance même s'il y a une polémique quant à une éventuelle vente.
On reprend ensuite le Pont St-Pierre, beaucoup plus récent car refait en 1987 qui mène au quartier St-Pierre, quartier des fêtes étudiantes par excellence !
Au premier plan sur la droite, des promeneurs se délassent en bords de Garonne. Qu'ils sachent que dans les années 70 Pierre Baudis, le père de Dominique, alors maire de Toulouse, souhaitait créer une voie rapide 2 X 2 voies sur ces berges ! L'emplacement où je prenais cette photo aurait également vu la création d'un parking !!! Cette promenade est désormais très appréciée des Toulousains, le coucher de soleil y est splendide. J'aime venir y discuter avec des amis ou m'y installer lire.
Repost 0
20 août 2007 1 20 /08 /août /2007 17:04
planet-terra.fr-mc-do.jpgAlors que je me rendais au centre ville de Toulouse il y a quelques semaines, deux publicités m'accrochaient particulièrement. Rassurez-vous, je ne vais pas louer la création artistique de la pub, ni même un jeuxde mots rigolo. C'est plutôt la provocation ostensible de deux publicités dont je souhaite vous parler.

Je n'ai presque pas vu la première, je pense que la campagne a été brève et certainement écourtée. J'ai d'ailleurs utilisé une image issue du très bon site planete-terra pour l'illustration car je ne la trouvais plus en ville. Il s'agit de Mac Donalds qui ironise sur le réchauffement climatique et prend le contre-pied en faisant la promotion pour leur climatisation. Le slogan : NON au réchauffement de la clientèle--- Nos restaurants sont climatisés". Pour de la provocation, on est bien servis, nous autres écologistes. Remarquez,  ils s'en foutent pas mal, ces doux rêveurs mangent bio et ne fréquentent pas les fast food !!
Uminate, Fédération Midi-Pyrénées des Associations de Protection de la Nature et de l’Environnement, publiait à ce sujet un communiqué de presse.
alpes-094.jpg
La seconde pub s'inscrit dans un effet de mode dans le monde de la pub, parodier les mouvements révolutionnaires, Mai 68 entre autre. On l'avait vu avec Leclerc qui prétend lutter pour le pouvoir d'achat (de ses actionnaires et de Michel Edouard ?). Cette fois-ci c'est une agence immobilière qui prétend faire la révolution. Leurs pubs sont placardées partout à Toulouse. Celle sur fond bleu ci-dessous reprend un des principes fondateurs de leur révolution : abolition des commissions au pourcentage. Cela veut dire que quand vous achetez un bien par leur intermédiaire, vous leur payez non pas un pourcentage de la valeur de la transaction mais 8500€. Donc si vous êtres pauvre et que vous achetez un petit studio à 80000€ au Mirail , les frais d'agence couteront 10.9% du prix d'achat (plus cher que la moyenne) alors que si vous êtes riche et déboursez 500000 € pour une villa à Vieille-Toulouse, les frais représenteront 1.7% du prix du bien(sensiblement moins cher que la moyenne).
pub-006.jpgSacrée révolution, non pas celle du prolétariat mais plutôt celle du patronat ! Si l'on creuse leur site web, on voit aussi qu'ils sont spécialisés dans la défiscalisation. 'Vous payez trop d'impôts ?" annoncent-t-ils... Ils proposent donc aux foyers qui payent plus de 2500€ d'impôts sur le revenu (donc aux riches) de ne plus en payer ou en payer moins en devenant propriétaire de logements qu'ils s'engagent à louer 10 ans. Avec une révolution comme ça... Sarkozy sera le nouveau Che Guevara. Ils méritent un bon pavé dans leur vitrine.

Ces deux exemples sont bien la preuve que la publicité est on ne peut plus perverse. On la savait polluante à bien des égards mais là, les publcitaires et leurs clients se foutent vraiment de notre gueule.
Ce genre de pub plaira certainement à ceux qui vont au Mc Drive en 4X4 et se foutent royalement de l'environnement tout comme aux plus aisés qui rigolent bien face aux utopistes gauchistes et leur désir de justice, d'égalité et de solidarité. Comme si le fossé se creusait entre différentes franges de la population.
Repost 0
18 août 2007 6 18 /08 /août /2007 22:19

Il y a déjà pas mal de temps, je me posais la question de savoir si les personnes qui travaillent dans le secteur public de l'environnement sont réellement écolos...

Et bien j'ai eu en partie la réponse récemment. Mon employeur, un établissement public sous tutelle du ministère de l'environnement, a organisé une consultation de son personnel (environ 250 personnes) dans le cadre du management et de la qualité (c'est le dada des chefs avec la communication). Sous forme d'un questionnaire, étaient passés en revue pas mal de domaines. Et en question 20, il nous était demandé :  "Pouvez-vous évaluer vos facteurs de motivation au travail ?". Je vous livre les résultats à cette question tels qu'ils nous ont été fournis, de manière transparente c'est à souligner, et sans susciter de réactions pariculières ni de commentaires, c'est aussi à souligner.

Il faut savoir tout d'abord à quoi correspondent les catégories :

- 5 = agents tout en bas de l'échelle
- 4 = techniciens, comme moi
- 3 = jeunes ingénieurs ou techniciens avec expérience et ayant évolué
- 2 = le grade de chef commence là. Ingénieurs avec expérience
- 1 = grands chefs, le comité de direction...

Le tableau ci-dessous est la somme des 3 réponses possibles (donc total > 100%)  alors que la courbe semble reprendre la part relative de chaque motivation (j'ai pas bien compris les chiffres). Pour ma part, il me semble avoir répondu 1- Conviction environnementale 2-Relationnel 3- Besoin d'être utile à la société. (Je confirmerai ça lundi).

motivation.JPG
53-jeune.JPG

On remarque de prime abord que  les "petits" travaillent pour bouffer et pour avoir une reconnaisance sociale principalement. Le travail en lui même ne les intéresse pas et je les comprends. Les chefs, c'est l'inverse. Ils disent se foutre de l'argent (il est vrai que les salaires ne sont pas du même ordre que dans le privé pour eux) et ne recherchent pas la sociabilisation par le travail. En revanche, ils recherchent les responsabilités c'est-à-dire que les chefs veulent diriger, manager, commander, être encore plus chefs quoi !

Pour revenir au sujet initial, les convictions environnementales, les résultats me surprennent peu. Les dirigeants n'en ont presque pas. Peu importe le domaine, ils veulent diriger.
Les convictions concernent les plus techniques, ingénieurs ou techniciens qui sont en même temps la frange la plus jeune de l'établissement. Elles représentent presque 42% de leur motivation principale ! C'est tout de même encourageant.

La notion d'utilité à la société renvoie à une valeur noble. Le sens du service public, de l'intérêt général, elle fait quelque part appel à nos idées de changement du monde. Et il est vrai que protéger l'environnement c'est rajouter une pierre à l'édifice. Les catégories 3 mettent cette motivation en tête de leurs choix. Cette catégorie est aussi souvent en contact avec les élus, les acteurs du secteur, monte les dossiers, fait évoluer et se concrétiser des projets. La catégorie 4, qui a répondu un peu moins fortement, a une mission moins "politique" et sa moyenne d'âge est un peu plus élevée.

On remarquera également que le désir de prise de responsabilité, que l'on pourrait croire une priorité pour les jeunes, n'est pas très élevée chez eux. Cela est plutôt de bonne augure et montre que mes collègues ne sont pas des requins aux dents longues !!

Finalement, ces chiffres sont plutôt rassurants. Il y a pas mal de personnel de l'environnement qui a des convictions écologistes ou environnementalistes (terme préféré dans l'établissement) et donc est dans son élément au travail. En même temps, ceux qui ont le pouvoir, qui définissent les orientations stratégiques, sont plus là pour la forme que pour le fond !!

Repost 0
Published by Sébastien - dans Social
commenter cet article
11 août 2007 6 11 /08 /août /2007 00:11

Le week-end dernier, la veille de mon premier Carnet Toulousain (très sympa, à renouveler...je pense y avoir rencontrer de vrais "geeks" !), je suis allé voir au cinéma Persépolis. Le film d'animation de Marjane Satrapi tiré de sa BD, elle même autobiographique.

Marjane est une jeune Iranienne qui a grandi à Téhéran et vécu la révolution et la chute du Shah puis la mise en place de la dictature islamiste, pardon de la république islamiste, et ses milices répressives. Elevée au sein d'une  famille cultivée et impliquée dans l'opposition politique et les luttes pour la démocratie, elle va vivre cette succession d'évènements avec ses yeux d'enfant et son état d'esprit rebelle qui lui vaudra quelques petits soucis.


FIDH
envoyé par nonprofit


Ce dessin animé, clairement destiné aux adultes, est extrêment bien construit. La proffusion des scènes s'enchaîne vite et de manière coulée. Je ne suis pourtant pas un fan de BD ni de films d'animation mais le dessin est à la fois simple, beau et très expressif. D'ailleurs il a été fait entièrement à la main et sur papier !!! Pas d'informatique, exceptionnel de nos jours pour un dessin animé !
Mêlant humour (la grand-mère exemplaire est au poil), émotion, moment historique, révolte, le film peut se voir sous différents aspects : un bon moment avec l'humour omniprésent, le ton général plutôt agréable et la convivialité de l'ensemble ; un éclairage historique sur les évènements en Iran dans les années 80 ; la présentation et la mise en parallèle voire le choc de deux cultures (Autrichienne et Iranienne) et la dénonciation des clichés quant aux habitants de ce pays du Moyen-Orient et enfin une dénonciation de l'atteinte à la liberté d'expression et en particulier à celle des femmes. Cela peut paraître une énième dénonciation (ce n'est pas un film moralisateur et donneur de leçon sur le sujet) mais finalement l'image première que nous avons de l'Iran est assez réductrice par l'intermédiaire des médias de masse : tous les Iraniens semblent soumis à l'islamisme le plus radical. Cela fait du bien d'avoir un point de vue différent.

La liberté d'expression nous semble tellement naturelle en Europe qu'aller voter ou ne pas y aller semble anodin. Pourtant, rien n'est définitivement acquis, rien n'est tracé. Le fatalisme est finalement effrayant. Le blog est un moyen moderne d'expression et d'ailleurs il paraît que la blogosphère iranienne est une des plus actives de cette région du monde.

Pour illustrer ces propos, vous trouverez ci-dessus à droite la bande annonce du film, accompagné d'un spot de la FIDH qui était projeté en préambule à l'Utopia Toulouse. Enfin, pour couronner le tout avec humour, une photo dégotée sur le blog de John-Paul Lepers : le message d'un boulanger à ses clients lors de l'élection présidentielle... c'est aussi s'exprimer !

boulangerie.jpgi_bug_fck
Repost 0
5 août 2007 7 05 /08 /août /2007 22:53
Alors que j'étais en déplacement en Gironde pour le travail du côté de Cestas, je vois passer une immense remorque de tracteur remplie de carottes. Le coin est constitué de grandes surfaces agricoles dont certaines en  maraîchage intensif, gavées d'engrais et de pesticides.
wefeedthwworld.jpgLa personne avec qui j'étais me voit observer ce convoi et m'explique que ce sont des carottes invendables en grande surface (déformées, trop petites...) et qu'elles vont être épandues directement dans les champs en l'état malgré les gros problèmes que cela pose (dégradation lente et difficile, mauvais amendement en l'état). En effet 20% des récoltes partent ainsi !!! La grande distribution impose des légumes très calibrés. L'agriculteur fait aussi du poireau qui est également sujets à d'importants rebus.
Evidemment je demande s'il ne serait pas possible de les donner à et des associations d'aide aux plus démunis voire nourrir les bêtes avec, ou composter ces carottes. Et bien elles ne sont livrées que par camions de 25T pour une question de rentabilité et à ce poids, bien évidemment, personne n'en veut, même pas les élevages bovins. Il existe bien un centre de traitement type compostage mais en Espagne et ça ne vaut pas le coup financièrement (heureusement !) de les y emmener. A propos de (non) compostage et de grande surface, les déchets alimentaires de ces dernières se comptent en tonnes également mais là il n'y a aucune récupération possible pour une grande partie actuellement car avec les emballages (du type le sachet autour de la salade) et bien tout part à l'incinération.

J'ai bien sûr pensé au film "We feed the world" qui illustre parfaitement ce genre de pratique normale de notre vie moderne. Est-ce bien la peine de se lancer dans les OGM pour d'hypothétiques gains de productivité et d'affirmer que la bio est une utopie si 20% des récoltes partent à la poubelle ? Pourtant, comme le dit la FAO "des modèles récents sur l’approvisionnement mondial qui montrent que l’agriculture biologique peut produire assez par tête d’habitant pour nourrir la population actuelle de la planète.Ces modèles suggèrent que l’agriculture biologique a le potentiel de satisfaire la demande alimentaire mondiale, tout comme l’agriculture conventionnelle d’aujourd’hui, mais avec un impact mineur sur l’environnement"

10-06pds1.jpgD'autre part, si le développement durable, vraiment durable, ne semble pas encore un réflexe, il peut être l'alibi pour des projets anti-écologiques.
En effet, du côté de Toulouse il y a de nombreux projets de golfs ou de leur aggrandissement : Lézat/Lèze, Luchon, Montech, Montauban, nord de Toulouse, Nailloux... 
Parmi ces projets, j'ai eu écho des 3 derniers cités qui utiliseraient les rejets de stations d'épuration (step). Vous me direz, parfait, on recycle l'eau !!! Mais l'eau traitée et épurée en step a été prélevée à la base en rivière ou en aquifère puis elle repart vers le milieu naturel, la rivière.  Par conséquent utiliser l'eau en sortie de step revient à pomper indirectement de l'eau en rivière sur le plan quantitatif.  De plus, une telle réutilisation nécessite une désinfection UV (gourmande en électricité) et des pompages sur des distances plus ou moins longues (là aussi électriques...). Rien de bien écolo donc à y regarder de plus près.
Mais là où les promoteurs (et les sociétés de traitement des eaux qui sont également partie prenante dans ces projets) sont malins et s'assoient sur l'écologie c'est qu'utiliser l'eau de step permet de ne pas être soumis aux arrêtés préfectoraux de restrictions d'irrigation. Ceux-ci s'adressent en premier lieu aux agriculteurs qui n'ont pas le droit d'arroser avec ces effluents épurés pour des questions sanitaires. La pertinence de la culture du maïs irrigué dans le sud-ouest (pour nourrir les animaux), plante tropicale poussant en plein été, peut être discutée mais c'est un autre débat.
En résumé, alors que les rivières sont vides et des économies d'usages sont mises en place, les golfs pour bourgeois resteront bien verts. Un golf 18 trous nécessite en arrosage l'équivalent de la consommation en eau d'une ville de 5000 habitants...

Je reste optimiste, toutes ces pratiques seront bien évidemment remises à plat à l'occasion du Grenelle de l'environnement...

Photos : le pain jeté à Vienne chaque jour correspond à la consommation de la 2° ville d'Autriche, Graz (www.melbournefilmfestival.com.au) Golf de Pau (www.pau-pyrenees.com)
Repost 0
Published by Sébastien - dans Biosphère
commenter cet article
24 juillet 2007 2 24 /07 /juillet /2007 22:48
Les chiffres tombaient en rafale, sur le site 53X12 du sulfureux docteur Ferrari (celui de Vinokourov) , on pouvait lire que Rasmussen et le surdoué Contador ont escaladé le Plateau de Beille en 44' contre 45' en 2004 pour Armstrong et Basso qu'on ne présente plus... (Pantani, qui détient le record, avait fait un temps de43'30" en 1998). On parlait aussi d'un col de Port monté à plus de 35km/h à son sommet, de la côte de Bazié sur le CLM de samedi à plus de 40km/h pour Vinokourov.
Le coureur Kazakh ne nous donnait plus aucune illusion depuis quelques années, tout comme ses équipiers d'Astana. Cette équipe, prolongation de la Liberty Seguros disparue suite à l'affaire Puerto, est sponsorisée par un consortium d'entreprises pétrolières Kazakhs... tout un programme ! Elle suscitait doutes et énervements chez les amateurs de vélo.
Les chiffres affichent donc une tendance, confirmée par le laboratoire. Out Vino, dopé, chargé, transfusé avec le sang d'un copain... Faut quand même être con pour agir de la sorte. Ce type de transfusion est détectable depuis 2004  et c'est le champion Olympique, Tyler Hamilton, qui re-court désormais pour l'équipe Tinkoff, recycleuse de dopés, qui avait inauguré ce test anti-dopage.
L'autotransfusion (se réinjecter son propre sang après éventuellement l'avoir concentré) est indétectable mais le pauvre Vino avait du épuiser toutes ses poches du précieux liquide rouge alors il a du taper chez un ami du même groupe sanguin en désespoir de cause (voir ici les explications du Pr. Audran relatives au cas Hamilton).
Non, les performances en dents de scie ne sont peut-être pas dues aux défaillances comme autrefois mais bien à des pics de forme artificiels. La résurrection du kazakh à Albi ? Les miracles n'existent plus. Quand on est cuit sur le Tour, on le reste jusqu'au bout...

Abattement, dégoût,  colère, c'est un peu ce que je ressens par rapport  à tous ces coureurs qui me volent mon sport, le cyclisme.

Maintenant quel sens a ce Tour avec des tricheurs en tête des classements ? Rasmussen, dopé lui aussi, va sans doute défiler sur les Champs Elysées en jaune, tout le monde sera consterné et dégoûté. Tout ce cirque doit prendre fin. C'est pourquoi je propose que le Tour s'arrête. Patrice Clerc, directeur d'ASO, l'organisateur du Tour, disait qu'il fallait continuer la course au nom de tous les gens sur le bord des routes. Et bien je suis un de ces spectateurs et je le dis à M. Clerc, je ne veux pas que vous prolongiez ce carnage du sport cycliste. Le cyclisme est un sport magnifique et pour le sauver il faut un moratoire. Ne plus organiser aucune course professionnelle et tout remettre à plat. On n'a pas d'autres solutions. Le vélo à haut niveau ne veut plus rien dire et que peut-on espérer à continuer presque comme si de rien n'était ? Le vélo n'a plus aucune crédibilité en l'état, il est pourri jusqu'au trognon.

Sinon, on peut envisager une révolte des coureurs lésés sous forme de grève au départ demain, des forfaits motivés . Même chose pour les spectateurs, des revendications sur banderoles, des boycotts. Pour ma part, je dois aller voir le dernier contre-la-montre entre Cognac et Angoulême. Je ne regarderai certainement que les derniers du général (qui partent en premier) et n'assisterai pas au passage des leaders. Qu'en pensez-vous ?

Et comme dit Guillaume Prébois "Le Tour est un produit à vendre où l'aspect sportif est un prétexte". Il ne s'arrêtera pas.
Repost 0
Published by - dans Sport
commenter cet article
19 juillet 2007 4 19 /07 /juillet /2007 23:03
sarko.jpgLe Tour du renouveau, tel est le terme employé chaque année depuis le scandale de 1997. A cette date, l'équipe Festina s'était fait prendre la main dans le sac plein d'ampoules d'EPO, d'hormones de croissance et autres produits sympathiques. Depuis il y a eu 8 tours du renouveau avec Pantani, Armstrong, Landis...

Le dopage fait vendre, les victoires aussi...

Mon quotidien sportif préféré : l'Epique.. euh l'Equipe et mon mensuel préféré : chaudières magazine... euh vélo magazine [une chaudière est un coureur dopé], tous deux appartenant au groupe de presse Amaury qui possède ASO, l'organisateur du Tour de France, se délectent de ce renouveau. Dénonçant le dopage dans des papiers très politiquement corrects, descendant les coureurs dopés mais ne tarissant pas d'éloges pour les vainqueurs, sans recul, surtout s'ils sont français et jeunes.
La victoire est presque toujours belle mais le dopage fait aussi vendre. Après tout, le dopage est emblématique du cyclisme alors les médias se lâchent sur le sujet.

Le Tour nous amène donc son lot d'affaires en tout genre depuis 9 ans, parfois savamment mijotées jusqu'à Juillet,c'est plus vendeur. Ces affaires de dopage à répétition me consternent mais au moins elles sortent. Le cyclisme me semble en avance sur les autres sports. On parle dopage, les coureurs se lâchent de plus en plus et parlent. La politique de lutte va plutôt dans le bon sens même si l'hypocrisie reste de rigueur. Il est aujourd'hui politiquement incorrect dans le vélo de nier l'existence du dopage, l'abcès est crevé. Il ne l'est pas vraiment dans pas mal d'autres sports populaires tels le foot ou le rugby. Bernard Laporte, notre futur secrétaire d'Etat aux sports nie allègrement le dopage dans son sport.

10-06pds1.jpgBref, Patrick Sinkewitz, jeune (bon) coureur Allemand,  est sous le coup d'un contrôle positif à la testostérone . Il avait été contrôlé inopinément le 8 juin alors qu'il était en stage dans les Pyrénées pour y  reconnaître les étapes du Tour. Il n'est actuellement pas sur le Tour car il a chuté alors qu'il redescendait de Tignes en heurtant un spectateur (au passage je dénonce l'inconscience des coureurs qui redescendent hors course pour regagner leur bus ou leur hôtel après les arrivées en altitude).  Bien sûr la procédure est en cours et il est "présumé innocent" mais conformément au code éthique des équipes du Pro-Tour, il a été suspendu par son équipe, la T-Mobile.
Ce coureur est relativement jeune et c'est là où les choses font mal. Dans le vélo la génération de la grande époque (année 1990), pourrie, occupe actuellement des postes clés (direction sportive, management, entraîneur... et coureur comme les boulets de T-Mobile Guerini et Honchar). Dans le vélo le dopage est institutionnel, culturel.

La télé allemande se pose des questions par rapport au dopage, la française par rapport aux Français.

Du coup, les télés publiques allemandes ARD et ZDF ont décidé de suspendre purement et simplement la retransmission du Tour. Si cette décision peut paraître courageuse à l'heure où les audiences étaient à la hausse suite aux performances du jeune Gerdeman au Grand Bornand, elle m'a laissé dans le doute.
Le dopage est exacerbé par le système médiatico-financier (et le vélo n'est pas le pire...) et effectivement ne plus  retransmettre le sport à la télé est une solution pour que le milieu se remette en cause. Mais alors pourquoi le cyclisme ? Si la télé allemande est cohérente, elle doit suspendre les retransmissions de beaucoup de sports, sinon on nage dans l'hypocrisie. Auraient-ils eu le courage de ne pas diffuser la coupe du monde de foot 2006 en Allemagne s'il y avait eu un Allemand contrôlé inopinément avant la compétition ? (faut-il qu'il y ait des contrôles réellement inopinés dans le foot et surtout que les cas positifs soient rendus publics à ce stade de la procédure !). Cibler uniquement le cyclisme est hypocrite et injuste. Il est clair que ce sport se prête particulièrement  au dopage car les qualités physiques d'endurance et de résistance y sont primordiales mais montrer du doigt ce sport où il n'y aurait que des méchants tricheurs est simpliste. Les démons dans le vélo et les anges ailleurs ? Je ne suis pas sûr qu'il y ait plus de gens mauvais dans le vélo que dans d'autres disciplines.
Alors oui, il faut un moratoire dans les grands sports professionnels médiatiques et la suspension de leur diffusion est une solution.. Ne plus les retransmettre, ne plus organiser les grandes compétitions pendant 1 an et provoquer l'électrochoc, toucher là où ça fait mal, l'argent, les droits télés, le sponsoring.

moreau.jpgQuant à la télé française, le service public, France Télévision, elle nage dans le bonheur. Le vélo est un sport formidable, la France est magnifique et son digne représentant, Christophe Moreau (contrôlé positif en 1997 avant d'être exclu du Tour avec toute l'équipe Festina) a une famille exemplaire avec une petite fille mignonne comme tout et une belle femme et va peut-être gagner cette épreuve. Enfin ça c'était le sentiment hier car aujourd'hui, le Moreau il a perdu du temps sur un coup de bordure, doublé d'une chute. Quand je l'ai appris, j'ai eu un petit rictus de satisfaction, je l'avoue. Je n'apprécie pas ce coureur, son égocentrisme, son narcissisme, sa fierté, son égoïsme. Je n'ai aucune confiance en lui. Je le sens manipulateur, malhonnête. Je regrette simplement de n'avoir pas vu le désespoir de Thierry Adam, commentateur de France TV passionné par les prénoms des compagnes des cyclistes et de leur plat préféré. Son chauvinisme ostensible (et celui de Gérard Holtz et compagnie) m'exaspère franchement. Jamais France TV ne se remettra en cause comme la télé allemande et n'aura un minimum d'analyse et sur la gangrène qu'est le dopage et de recul sur les performances.

25.4 km/h pour le Télégraphe + le Galibier

Par exemple, Soler, 24 ans, inconnu, vainqueur à Briançon, incarne l'espoir pour Adam alors qu'il a enchaîné Télégraphe et Galibier en une minute de moins que Pantani en 1998 pourtant  grimpeur parmi les grimpeurs, impliqué dans des affaires de dopage à de multiples reprises et prématurément décédé d'une overdose de cocaïne... 24.5km/h entre St Michel de Maurienne et le col du Galibier, les cyclistes apprécieront. J'ai fait ce parcours il y a trois semaines, je reste songeur. Je devais être à 15 km/h maximum. Ce chiffre (les suites et les explications demain vendredi dans Cyclismag) est le fruit des calculs de Frédéric Portoleau, un passionné toulousain qui compare les puissances réalisées par les coureurs sur les ascensions. Le record absolu est à l'actif de Riis à Hautacam en10-06pds1.jpg 1996, qui a avoué depuis et a été rayé du palmarès pour la petite histoire. Portoleau travaille avec Antoine Vayer, ex-entraîneur de Festina, dissident, empêcheur de tourner en rond et qui ne garde pas sa langue dans sa poche dans ses chroniques "borderlines" dans Libé.

Toute l'équipe de France TV était en tout cas aux anges avant-hier et acquis à la cause de Sarkozy, venu prendre un  bain de foule sur les pentes du Galibier et encourager son favori... Moreau évidemment ! Comme ce dernier, il a pu nous faire étalage de son égo surdimensionné.

Pour ma part, je me suis posé la question de savoir si je devais ou non aller voir ce cirque. A la lecture du classement général, avec le maillot jaune actuel (Rasmussen vient d'être exclu de l'équipe nationale danoise en vue des JO pour n'avoir pas communiqué son emploi du temps permettant la planification des contrôles inopinés), je ne me fais guère d'illusions...La réponse est finalement oui. D'une part parce que ça reste une passion et que j'aime le cyclisme sans forcément aimer ces cyclistes et puis le Tour de France est culturellement inscrit dans mon mois de Juillet . Et puis s'il y a des coureurs propres, et il y en a j'en suis persuadé, je veux être là pour eux. Au passage une pensée pour David Moncoutié, en convalescence, que j'apprécie beaucoup par son approche du vélo. Ce sont des coureurs comme lui qui me donnent confiance dans le vélo. 

Photos : Sarko à la Johnny sur le Tour (J. Saget/AFP/La Provence) -  Sinkewitz, gueule d'ange ? (T.Mobile) - Moreau, gueule de con ? (R.Pratta/Reuters/le Point) - Rasmussen n'est pas à l'entrainement au Mexique mais dans le plateau de Beille sur le Tour  2004
Repost 0
Published by - dans Sport
commenter cet article
16 juillet 2007 1 16 /07 /juillet /2007 21:55
10-06pds1.jpgMa pratique de la bicyclette m'amène à formuler quelques rappels en matière de partage de la route à l'attention des usagers d'engins à moteur.
Sachez que la route appartient à tout le monde et que son partage doit se faire dans le respect et la courtoisie. Il n'y a pas d'usager prioritaire par la taille de son véhicule, son poids ou sa puissance. Un vélo a autant le droit de circuler qu'une voiture, fusse-t-elle le 4X4 des aventuriers des temps modernes. Sur mon vélo je ne dois donc pas être considéré comme un obstacle mais comme un usager ordinaire, que je me déplace en ville ou que je fasse du sport à la campagne.

Je passe vite fait sur l'interdiction du portable et l'obligation d'indiquer ses changements de direction  au moyen du clignotant. C'est la base mais  les cyclistes en sont  souvent victimes. Même chose pour le stationnement sur les pistes cyclables (et les trottoirs, je suis aussi piéton...).

Article R412-19 "Lorsque des lignes longitudinales continues axiales ou séparatives de voies de circulation sont apposées sur la chaussée, elles interdisent aux conducteurs leur franchissement ou leur chevauchement."

Article R414-4 IV "Pour effectuer le dépassement, il doit se déporter suffisamment pour ne pas risquer de heurter l'usager qu'il veut dépasser. Il ne doit pas en tout cas s'en approcher latéralement à moins d'un mètre en agglomération et d'un mètre et demi hors agglomération s'il s'agit d'un véhicule à traction animale, d'un engin à deux ou à trois roues, d'un piéton, d'un cavalier ou d'un animal."

Quand une voiture est dotée de 4 roues, d'amortisseurs et de suspensions, un vélo de route est très rigide, possède deux roues de 23 mm  de large. En conséquence, un vélo ne peut pas rouler dans les trous, sur les plaques d'égouts trop saillantes ou des obstacle tels pierres, branches, gravillons et  ne peut donc garder sa ligne exactement.

Ces deux articles font qu'il est la plupart du temps impossible de doubler quand il y a une ligne blanche.  Le dépassement est en effet le point sensible de la cohabitation véhicule à moteur/cycle. Trop souvent les conducteurs dépassent "à l'arrache", sur une ligne continue, alors qu'il y a quelqu'un en face, dans un virage, sans visibilité et alors ils rasent immanquablement le cycliste. Les 1.5 mètres sont peu respectés.

Article R413-17 III. - "Sa vitesse doit être réduite : 1° Lors du croisement ou du dépassement de piétons ou de cyclistes isolés ou en groupe".

Il ne faut pas faire comme au feu orange, accélérer et passer avant qu'il  passe au rouge. De plus l'écart de vitesse créé un appel d'air, comme une aspiration, d'autant plus fort que la différence de vitesse est élevée et que le volume du véhicule est important

Le point le plus sensible, les cyclistes en groupe. Qu'on se le dise, il est autorisé de rouler à 2 de front :
Article  431-7 " Les conducteurs de cycles à deux roues sans remorque ni side-car ne doivent jamais rouler à plus de deux de front sur la chaussée.
   Ils doivent se mettre en file simple dès la chute du jour et dans tous les cas où les conditions de la circulation l'exigent, notamment lorsqu'un véhicule voulant les dépasser annonce son approche."

Le dépassement de deux cyclistes roulant à 2 s'effectue souvent selon la procédure suivante : la voiture arrive, déboite (souvent sans se soucier de la ligne continue) dans une grande accélération (avec fumée noire si possible), klaxonne soit en dépassant soit en déboitant pour dépasser (mais dans un cas comme dans l'autre c'est trop tard, ça fait même souvent sursauter le cycliste), frôle les cyclistes (je soupçonne de temp en temps par vengeance avec la certitude quà 2 de front c'est interdit ) et se rabat en accélerant toujours à fond. La manoeuvre se conclue souvent par des grands gestes du conducteur  quand ce n'est pas un doigt d'honneur (auxquels je réponds par un gentil bonjour la plupart du temps).

Et oui, rouler à deux de front est autorisé et s'est d'ailleurs sympathique parce fque aire une sortie de 4 heures avec un copain et rouler l'un derrière l'autre sans pouvoir se parler c'est plutôt morose. De toute façon, 1 ou 2 de front, la voiture doit s'assurer qu'il n'y est personne sur la voie inverse, que la signalisation l'autorise au dépassement et laisser 1.5 mètres donc à la limite autant qu'elle est à doubler une longueur moins importante, ce sera plus rapide.
La bonne procédure devrait être celle-là. La voiture  arrive, freine et donne un petit coup de klaxonne sympathique pour se signaler (le coup de klaxon d'information sympa est bref, celui de colère est plus long et souvent répétitif). Les cyclistes de rangent si la visibilité est mauvaise ou la route étroite. La voiture dépasse si la signalisation et la visibilté sont bonnes. Pas si compliqué et tellement moins dangereux et stressant, tant pour l'automobiliste que le cycliste...

Derniers petits conseils de cyclistes :
- ne dépassez pas un cycliste à l'approche d'un rond-point ou d'un dos-d'âne, il les passe plus vite que vous et vous le serrerez à coup sûr (pour le rond-point s'est parfois terrible).
- avant de vouloir dépasser à tout prix dans le plus grand stress en ville, sachez que le cycliste vous dépassera au feux ou au bouchon suivant, vous n'aurez rien gagné...
- beaucoup de voitures sont très courtoises avec les motos et se serrent à leur venue, pourquoi pas avec les cyclistes ?

Photo : dépassement plus que  "limite" - http://montpellier.fubicy.org
Repost 0
Published by - dans Sport
commenter cet article
12 juillet 2007 4 12 /07 /juillet /2007 23:31
10-06pds1.jpgVous l'avez déjà remarqué, je suis un fan de vélo. Le Tour de France bat son plein et je m'y intéresse particulièrement, avec le recul nécessaire pour apprécier les performances.
Tous dopés me dit-on... Au-delà de cette réflexion primaire du comptoir de café (quand ce n'est pas "dopé" ou "drogué" quand je m'entraîne) digne du tous pourris pour les politiques et du tous feignants pour les fonctionnaires, mon expérience tend à me faire penser qu'il est possible de boucler le Tour, je n'ai pas dit le gagner, à l'eau claire.

Guillaume Prébois, journaliste au Monde, a la même conviction et tente de le prouver. Cycliste de très bon niveau (VO2 mx de 67.2 ml d'O2/min/kg - c'est la capacité aérobie en résistance et pour un être normal c'est de l'ordre de 40 alors que les plus grands champions tournent autour de 85, ce paramètre est pour une bonne partie inné) et très entraîné (25 000 km par an), il réalise le Tour de France avec un jour de décalage en compagnie d'un ami, coureur de très longues distances. Ce périple de 3 semaines fait l'objet d'une thèse d'un futur docteur toulousain pour étudier la réaction du corps humain à de tels efforts aussi longtemps.
Chaque jour il écrit et enregistre une chronique et diffuse son bulletin de santé, sur son site et sur le site du Monde. Sa performance est de très bon niveau puisqu'il dépasse régulièrement les 30 km/h de moyenne sur les étapes alors même qu'il ne roule pas en peloton !

photo : Guillaume et Fabio par Dorian Lecamp

MAJ du 20/07/07
Une petite vidéo qui illustre son projet. A l'heure qu'il est, il commence à sérieusement ressentir la fatique. Je vais tâcher d'aller rouler quelques kilomètres dans les Pyrénées avec lui, si j'arrive à suivre... Ca changera des grands jeux du cirque à Beille dimanche !


envoyé par velocitycaen
i_bug_fck
Repost 0
Published by - dans Sport
commenter cet article

A visiter

Citoyenneté


Association Vélo
La voix des cyclistes de l'agglomération toulousaine

Vélo à St-Go
Pour que Saint-Gaudens soit cyclable !

Collectif citoyen Portes de Gascogne
Contre un nouveau centre commercial proche de Toulouse

Manicore.com (J.M. Jancovici)
Les réponses à (presque) toutes les questions sur l'énergie et le réchauffement climatique

Le Magret diplomatique
L'actualité éclairée par l'histoire

Mon Toulouse
Une autre vision de l'actualité toulousaine

Toulouse décroissance

Il y a une vie après Colomiers
Association de défense de la ligne SNCF Toulouse - Auch

L'air de rien
Groupe Toulousain de musique impitoyable

Amis
Entre noir et blanc, je suis jaune
Danyung, entre Asie Afrique et Europe

Les bons plans de la Vir
Virginie, sa vie, son oeuvre !

Arctic 2007
Nico et Jean, 2 frères qui traversent Canada et Alaska à vélo

Autres
Pataphysique
L'agrégateur des blogs toulousains

Le webzine alternatif sur le cyclisme

Vélo coqué
Roulez couverts !

Avenir Cycliste Rabastinois

Autres liens intéressants


Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que 1) le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique 2) s'attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance». Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle «chaîne», un nouveau «journal», chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

146 Freemen au 02/12/2007


2 plus n
A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Argent facile
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Dialogue citoyen
Duplex
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Démocratie sans frontière
Dérapages
Développement durable
Développement durable et communication
Eco-echos
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Europeus
Exdisciplesleblog
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Francesco : l'objectif dans l'oeil
Fred de Mai
Freya Finker
Fsens
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Géoclic
Imagine 2012
Imagine 2050
Isegoria, (re)prenons la parole
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La politique du chacal
La rage du peuple
Le Barrablog
Le Blog de Guyom
Le Blog à Rythme
Le Mague
Le Monde citoyen
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Le grand ménage
Le site de la pauvreté intérieure
Les méditations du sauvage
Lespacearcenciel
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mimiland
Miss Ecolo and Cie
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Mr Moon
Muad'ib Ginkgo
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
Olivox
Ombres et Lumières
On refait le blog
Ostende
Ouvertures
Penser paysage
Pile freemen 2.0
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
SDF
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Un oeil sur la planète
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vert chez moi
VideoBlog Ecoabita
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002
dieu des chats

Rédacteur Agoravox
TV5
Rédacteur Naturavox
Creative Commons License
Wikio - Top des blogs - Politique
  
blogCloud
PageRank Actuel
Technorati

Rechercher