Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2007 6 10 /02 /février /2007 13:11
J'écoutais Eclectik sur France Inter et j'ai halluciné à l'écoute d'un sujet sur une commune du Québec, Hérouxville, qui a voté une charte à l'attention des nouveaux arrivants dans le village (1300 habitants) " informant les nouveaux arrivants désirant habiter [leur] territoire afin qu’ils puissent exercer un choix éclairé avant leur établissement définitif chez [eux]. Que ces nouveaux arrivants soient informés que le mode de vie qu’ils ont abandonné en quittant leur pays d’origine ne peut se reproduire ici et qu’il exige un mode d’adaptation à leur nouvelle identité sociale".

Je suis donc allé voir le site web de cette municipalité et tout y est clairement expliqué à cette page.
Au commencement (ça fait très religieux, ça tombe bien) il y a eu un sondage effectué en décembre dernier dans le canton auprès de 196 personnes (50% hommes, 50% femmes). Parmi les questions on retrouve  (résultats = oui, indécis, non):

- Croyez-vous que les hommes et les femmes ont la même valeur ? 193-  1 - 2
- Accepteriez-vous que les enfants portent des armes à l’école ? 0 - 0 -196
- Vous définissez-vous comme étant une personne raciste ? 2 - 2 - 192
- Est-ce qu’une femme peut marcher seule dans un endroit public ? 196 - 0 - 0
- Accepteriez-vous que l’on vous empêche de faire un arbre de Noël ? 1- 0 - 195
- Accepteriez-vous que l’on enlève le droit de vote aux femmes ? 4 - 0 - 192
- Accepteriez-vous que l’on vous enlève le droit d’écouter de la musique ? 1 - 0 - 195
- etc, etc...

Les questions sont en elles-mêmes déjà étranges et assez réactionnaires. Leur formulation est pour le moins surprenante. Par exemple plutôt que d'envisager le retrait du droit de vote des femmes on aurait plutôt tendance à demander si l'on juge que ce droit de vote est une avancée ou non ...

Suite à ce questionnaire, une "norme de vie" à Herouxville a été rédigée. Celle-ci ayant entraîné une polémique, elle a été modifiée dans la version disponible ici. J'en retranscris ici un 'best of". Je précise qu'Hérouxville ne se trouve pas à Groland...

--
"Normes en place

(...)nous désirons accueillir sans discrimination dans les années futures toutes les personnes venant de l’extérieur et désirant habiter notre territoire. Sans discrimination signifie pour nous, sans égard à la race, la couleur de peau, la langue parlée, l’orientation sexuelle, la religion pratiquée ou toute autre forme de croyance.
Pour que ces futurs participants à notre vie communautaire et sociale puissent s’intégrer plus aisément, nous avons unanimement décidé de publier certaines normes actuellement en vigueur et très bien ancrées dans le mode de vie de nos électeurs et électrices. Ces normes résultent des lois municipales, provinciales ou fédérales, toutes démocratiquement votées. Elles s’inspirent de nombreux comportements sociaux généralement admis par les personnes occupant le territoire et font ainsi partie des us et coutumes de ses résidants. À la limite ces normes font partie intégrale de la culture de nos gens. Nous voulons surtout informer ces nouveaux arrivants que le mode de vie qu’ils ont abandonné en quittant leur pays d’origine ne peut se reproduire ici et qu’il exige un mode d’adaptation à leur nouvelle identité sociale.

A propos des femmes
Nous considérons que les hommes et les femmes ont la même valeur. À cet effet, une femme peut, entre autres: conduire une voiture, voter librement, signer des chèques, danser, décider par elle-même, s’exprimer librement(…),déambuler seule dans les endroits publics, étudier, avoir une profession, posséder des biens, disposer de ses biens à sa guise. 
Par conséquent, nous considérons comme hors norme toute action ou tout geste s’inscrivant à l’encontre de ce prononcé, tels le fait de tuer les femmes par lapidation sur la place publique [NDLR vous avez bien lu !! rien n'est dit sur ces pratiques en privé !!] ou en les faisant brûler vives, les brûler avec de l’acide, les exciser etc.

A propos des festivités
Nous écoutons de la musique et nous buvons des boissons alcoolisées dans les lieux publics ou privés, nous dansons, et vers la fin de chaque année civile nous décorons, individuellement ou collectivement, un sapin ou une épinette avec des boules et quelques lumières. C’est ce que nous appelons communément ‘décorations de Noël’ ou ‘arbres de Noël’ (...).

A propos des soins de santé
À savoir, qu’aucune loi démocratiquement votée n’empêche une femme d’être soignée par un homme. Ni l’inverse. Dans les établissements précités les patients mangent la nourriture traditionnelle qu’on leur offre. Il est fréquent d’y entendre de la musique, d’y voir des revues, magazines ou journaux ou toute autre forme de contenus multimédias conformes à l’esprit communautaire régissant nos normes de vie.

A propos de l’éducation
Les enseignants et les enseignantes accomplissent leurs fonctions à visage découvert. Dans nos écoles les enfants ne doivent porter aucune arme ou semblant d’arme, que ces armes soient chargées ou non, réelles ou fausses, symboliques ou non. Les enfants peuvent aussi chanter et applaudir et pratiquer des sports ou jouer en groupe. Dans les établissements scolaires, privés ou publics, généralement, à la fin de l’année civile un arbre ou décorations de Noël peuvent y être vus. Aussi les enfants chantent ensemble des chants dits de Noël. De même dans nos écoles, l’histoire nationale du Québec est enseignée. La biologie aussi.

À propos des sports et loisirs.
Lors de votre arrivée chez nous vous verrez des garçons et des filles se baigner ensemble dans la même piscine par exemple. Ne soyez pas surpris car, pour nous, c’est normal. Vous verrez aussi des hommes et des femmes faire du ski sur la même montagne et en même temps.

À propos de la sécurité.
Il est aussi à propos de se montrer à visage découvert, en tout temps, dans les lieux publics pour mieux faciliter notre identification. La seule exemption possible à cette règle se produit à l’Halloween.

À propos des lieux de travail.
Nous portons des chapeaux de sécurité sur les lieux de travail, lorsque requis par la loi.

À propos des commerces.
Dans nos commerces hommes et femmes travaillent ensemble en même temps. Les deux peuvent parler et aux clients et aux clientes. Vous ne serez donc pas surpris de voir dans un même étal plusieurs sortes de viande dont le bœuf, le poulet, l’agneau ou le porc. D’autres commerces offrent à leur clientèle des lieux et de l’équipement pour faire des exercices physiques. Ces lieux offrent généralement une vitrine pour que la clientèle puisse regarder dehors et la clientèle est composée d’hommes et de femmes qui portent les vêtements appropriés pour faire de l’exercice.

À propos des familles.
Les personnes formant le couple peuvent être de même race [NDLR : quel joli mot !]ou non, de même pays ou non, de même religion ou non, de même sexe ou non.
Si les filles ou les garçons désirent se marier, elles ou ils peuvent le faire et ont l’entière liberté de choisir l’élu ou l’élue [NDLR faut être élu ?].
Si les enfants mangent de la viande de bœuf, à titre d’exemple, ils ne chercheront pas à savoir la provenance du bœuf, qui l’a tué, à quel endroit, de quelle façon ou quel jour. Dans nos familles, ce qui est ingurgité par la bouche sert exclusivement à nourrir le corps. L’âme se nourrit autrement.

Autres
Vous saurez voir encore quelques croix du chemin témoignant de notre passé. Ils sont partie intégrante de notre histoire et de notre patrimoine et doivent être considérés comme tels.

Publier toutes les normes régissant notre mode de vie serait un exercice fastidieux
Nous saurons donner à ces nouveaux arrivants l’assurance que les conditions de vie qu’ils ont fuies dans leur pays ne sauront se reproduire ici. "
--
Je ne sais pas trop s'il faut en rire, en pleurer, se mettre en colère... Ce document est par essence raciste et xénophobe aux forts relents de populisme. Il s'adresse donc aux étrangers, espèces de primates barbares violents, fondamentalement bêtes et méchants prêts à débarquer à Hérouxville et à piller ce village peuplé de braves gens.

L'urgence écologique tend à nous démontrer que l'humanité fonce vers un mur, la connerie humaine nous y précipite.

Photos : église d'Hérouxville, blason de la ville http://municipalite.herouxville.qc.ca/
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Social
commenter cet article
9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 01:15
Je vais vous demander d'observer attentivement cette copie d'écran du site web Le Monde qui date de vendredi dernier (02/02/07).


L'article, qui se fond sous les pubs et les encarts, a pour titre "Le GIEC impute aux activités humaines l'ampleur du réchauffement". Le corps du texte explique ce que tous les journaux et médias ont repris au lendemain de la publication du rapport pour les décideurs (je préfère dire dirigeants car nous aussi nous sommes décideurs...). Le titre résume bien l'affaire. Va falloir se bouger et faire des efforts si on veut continuer à vivre sur terre !!!
"Plus loin, plus vite, plus souvent et moins cher" dénonçait Yves Cochet lors d'une instructive conférence mardi à Toulouse, qu'il faudra impérativement et  rapidement remplacer par "moins loin, moins vite, moins souvent et plus cher". Le bandeau en haut de page n'est pas encore dans le coup. Passons.

L'article est illustré par une image d'usine rejetant quantité de fumée, on pourrait imaginer une centrale thermique au charbon ou en tout cas une industrie émettrice de CO2.
En fait ce qui attire l'oeil dans cette page est bien la publicité à gauche intitulée "la confiance" avec cette charmante femme en tenue de chantier, dont le visage est copieusement recouvert de fond de teint. Endesa France... Cette pub étant une succession d'images, on pouvait aussi lire, sur fond bleu turquoise, le nom d'un site internet http://www.energeticiensdecoeur.fr/ ... énergéticiens de coeur, la tenue de chantier ça fait un peu conservateur. Je ne pouvais pas ne pas visiter le site en question.
Il s'agit donc d'Endesa, une grosse société espagnole qui fabrique de l'électricité et qui donc se place en vue de l'ouverture du marché en juillet. Elle compte sur un bond de 800MW en hiver 2008 puis 1000 à 1200 MW par an (ce sont juste les chiffres de l'opération d'extinction des lumières du 01/02 !!!). Surprenant quand le bilan RTE 2006 montre une baisse de la consommation de 1% entre 2005 et 2006 (478.4TWh en 2006).
Endesa possède en France 4 centrales électriques soit 7 tranches pour un total de 2500MW, "Matière première : charbon". Toutefois l'environnement n'est pas laissé de côté puisque 80% des cendres issues de la combustion sont recyclés en génie civil. L'innovation n'est pas en reste, un parc de 200MW est projeté ainsi que des tranches en cycle combiné gaz pour 2000MW à horizon 2010, mais pas de trace de la capture et de la séquestration du CO2.

Les USA possèdent 27.1% des réserves mondiales de charbon qui pourraient tenir 155 ans au rythme de consommation de 2005. C'est une énergie de plus en utilisée (4630MT en 2004 soit 110% de plus qu'en 1970). L'acier est aujourd'hui dépendant à 70% de cette énergie fossile. 40% de l'électricité mondiale est produite à partir du charbon, ce chiffre monte à 50% pour les USA et l'Allemagne et 79% en Chine. Qui a dit que le charbon était dépassé ? Le pétrole montre des signes de faiblesse, les prix augmentent. Le charbon va donc sans doute prendre le relais, au moins pour la transformation énergétique. En France des projets sont en cours comme dans le Nivernais ou au Havre.
Seul problème, il est très polluant, plus que le gaz et le pétrole. En effet, 1 tonne de pétrole produit 0.8 T de carbone, 1 Tonne équivalent pétrole (TEP) de gaz 0.6T de C et 1 TEP de charbon 1.2 T de C.

Les scientifiques me répondront que la solution résulte dans la capture et la séquestration du gaz carbonique. Capturer 100T de CO2 nécessite un apport énergétique de 47 T de charbon. La production d'électricité avec capture engendrerait dans l'état actuel des connaissances (expérimentales) une surconsommation  de 89% de charbon. Les espoirs se portent sur 25% de surconsommation voire 15% si l'on gazéifiait le charbon avant combustion. Rappelons que le charbon peut aussi être liquéfié par le procédé Fisher Tropsh, déjà largement utilisé par les nazis.
Capturer c'est bien beau mais il faut ensuite séquestrer. On pense aux anciens puits de pétrole du Moyen-Orient mais se posera le problème du transport.
La capture et la séquestration entraînent un surcoût de 50% du KWh. On imagine la motivation des producteurs privés d'électricité qui vont se battre pour abaisser ce coût au maximum sur un marché concurrentiel !! La tonne de CO2 à séquestrer reviendrait entre 40 et 60€, à comparer au 1.45€ la tonne sur le marché du carbone Powernext dans le cadre de Kyoto. Séquestrer ou acheter ? La réponse des financiers va être rapide !!

Finalement cette charmante demoiselle en tenue de chantier doit avoir la peau un peu moins blanche en fin de journée et Le Monde nous expliquera sans doute prochainement que les efforts actuels sont insuffisants... La publicité est une vraie connerie, telle est ma conclusion.

Source des chiffres : Alternatives Internationales 01/07
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Energie
commenter cet article
7 février 2007 3 07 /02 /février /2007 00:08
Les impôts, ou plutôt en payer, sont devenus un sujet qui fâche dans notre société. L'idéologie dominante, de la droite de Le Pen au PS de Royal en passant par l'inévitable Sarkozy, est la réduction des impôts. On nous explique que l'Etat va être plus efficace tout en réduisant son budget, que l'égalité et la fraternité, puisque ce sont des mots qui ornent les frontons de nos mairies et de nos écoles (publiques...), n'ont jamais été aussi importants.... avec moins d'impôts.

Pour ma part je suis assez cartésien. Qui dit moins d'impôts, dit moins de moyens financiers et donc moins de force, de poids et donc moins de régulation du pays. Au final plus de libéralisme débridé. Il faut être dupe pour croire nos amis politiciens nous expliquer qu'ils vont raser gratis. Et ceux qui les croient sont aussi ceux qui dénoncent les promesses non tenues. Démagogie, populisme, on y est en plein.

L'impôt est vécu comme une contrainte, un poids. Johnny s'exile en Suisse quand nous, en proportion de nos moyens financiers, nous payons un artisan en liquide ou nous achetons notre alcool et nos cigarettes en Andorre (encore que dans ce cas l'économie est plus psychologique que réelle, mais passons une fois encore). L'ISF est montré du doigt comme un scandale (une personne célibataire qui possèderait un capital de 1 million d'euros ne paierait que ....1300€ d'ISF...). Quant aux droits de succession c'est la honte suprême !!! Sur un plan personnel, j'ai été choqué (et ne m'en suis pas encore remis) d'entendre un proche, pourtant attaché aux valeurs de partage et d'entraide, trouver honteux le niveau de ses impôts.

Je crois profondément que la redistribution financière entre les riches et les pauvres est le vrai fondement de l'égalité, de la fraternité et de la solidarité au sein d'un pays et qu'elle passe par l'impôt. Jean-Marc Jancovici explique bien mieux que moi  toutes ses vertus dans cet article très argumenté: "la taxe sinon rien !".

A l'heure où Sarkozy veut revaloriser la notion de travail, je crois qu'il est plus important de redonner toute sa noblesse à la valeur du partage au travers de l'impôt. Alternatives Economiques a lancé une pétition en ce sens, reprise par Libé ce matin. Je la relaye donc ici et vous invite à lui donner du poids, par votre signature, et de la vision médiatique en la relayant à votre tour.
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Politique
commenter cet article
5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 22:21
Tous les matins au café le problème de la saturation de la rocade toulousaine est inévitablement abordé. La plupart de mes collègues vont, seuls, dans leur (parfois grosse) voiture au travail. Imaginez 8 m3 pesant plus d'une tonne pour une personne, à multiplier donc par des centaines de milliers et la quantité d'énergie et donc de CO2 que tout cela entraîne (ou plutôt on ne peut même pas l'imaginer tellement ça doit être monstrueux). Vivement la seconde rocade, telle est parfois la conclusion... Bref, les trajets domicile-travail représentent un poste très important d'émission de gaz à effet de serre.

Construire toujours de routes est-il la solution ? Encourager l'utilisation des transports en commun pour ce type de déplacement est peut-être plus bénéfique pour l'environnement. Leur utilisation reste pourtant marginale car c'est moins souple, il n'y a pas d'arrêt devant chaque lotissement (et il n'y a pas de logique intercommunale d'urbanisme...), il y des retards, les enfants à amener à l'école, les courses à aller faire à Carrefour au retour, ça sent mauvais, c'est bondé, etc, etc... les solutions font vite place aux excuses quand il n'y a pas la volonté.

Depuis la loi du 4 août 1982, l'employeur (public ou privé) doit participer aux abonnements de tels déplacements en région parisienne, à hauteur de 50%. En province rien...

Le 13 décembre 2000, une nouvelle loi dite loi SRU (solidarité et renouvellement urbain, article 109) permet de rajouter un article dans la précédente loi prévoyant la même chose en province à une différence près, le doit est remplacé par peut, sans niveau de participation minimum.

Le 30 décembre 2006, une nouvelle loi  (article 69) vient à nouveau compléter celle de 82 en introduisant le chèque-transport. Celui-ci, non obligatoire, permet aux employeurs de participer (contre exonération de charges sociales) au paiement de chèques-transport qu'ils mettent à la disposition de leurs salariés. Ceux-ci les utilisent pour se payer le transport en commun (donc ceux qui habitent tout proche de Toulouse) ou, si leur domicile n'est pas dans le périmètre de transport urbain ou que leurs horaires ne leur permettent de les utiliser, pour acheter du carburant.

Dans la fonction publique (personnels de l'Etat et des établissements administratifs publics de l'Etat, dont je fais partie), un décret d'application de la loi SRU de 2000 vient de sortir le 22 décembre dernier et précise la participation de l'employeur en province. Ouf... enfin !!! depuis le temps qu'on attendait cela !!! L'Etat avait même lancé une expérimentation de la loi, une fois celle-ci publiée et les établissements n'avaient pas le droit d'appliquer la loi d'eux-mêmes...
Avec l'arrivée de la seconde ligne de métro à Toulouse le 30 juin cela tombe à pic. Les abonnements mensuels et annuels seront donc pris en charge à hauteur de 50% dans la limite de 53 euros (si mes souvenirs sont bons).
Ainsi, quelqu'un qui est desservi par le réseau Tisséo peut souscrire un abonnement annuel qui lui revient à 157€ (ou mensuel à 17€) lui donnant droit à des trajets illimités sur toute l'agglo toulousaine (même hors déplacement domicile-travail).
Autre exemple de tarif, une personne qui habite à 35 km de Toulouse va payer seulement 30€ par mois. La personne qui habite Muret déboursera 21€, Montauban 41€. Réduction de 70% par rapport à la voiture !!! Rappelons qu'il y a une gare à 200m de mon lieu de travail.

Ceux qui cherchent à se loger auront tout intérêt à intégrer dans leur choix la proximité d'une gare ou d'une ligne de transport en commun. Le chèque-transport est en ce sens plus pervers car il n'incite pas à ce choix de lieu de vie. Au contraire, les inconditionnels de la voiture auront tout intérêt à ne pas être desservis car ils n'auraient pas droit au chèque-transport carburant.

Les réactions à la machine à café sont extrêmement positives puisque des personnes plutôt accros à leur voiture vont l'abandonner pour cette raison. L'argent le nerf de la guerre, c'est donc un critère essentiel pour faire changer les habitudes. Compter sur une prise de conscience écologique ne suffit malheureusement pas.
Seul bémol, certains ne voudront pas en bénéficier car les frais réels sur la feuille d'imposition resteraient plus intéressants, disons prendre les transports en commun et déclarer prendre la voiture reste plus intéressant...

A quand une réduction d'impôts pour ceux qui vont travailler en vélo ou à pied ? Là, le parking à vélo exploserait, déjà qu'il est de plus en plus plein !!!

Photo : Jérôme Bonato http://jerobonato.free.fr/ - le 38 qui dessert mon lieu de travail
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Transport
commenter cet article
2 février 2007 5 02 /02 /février /2007 23:53
L'abbé Pierre est mort il y a 10 jours. Après avoir fait la une des journaux, des télés, des hebdos,le rapport annuel de sa fondation éponyme est passé presque inaperçu. Il fait le point sur l'état du logement social en France, tandis que les tentes des Don Quichotte sont toujours en place.

A l'heure où l'actualité nous abreuve de courbes de CO2, de températures (nous y reviendrons et puis le combat environnementaliste est aussi un combat humaniste), je reproduis ici quelques chiffres et courbes de ce rapport.

-  100 000 sans abri en France en 2006

- 974 600 personnes sans domicile personnel (hôtel, camping, cabane....)

- 2 187 000 personnes en condition de logement difficile (pas de WC, surpeuplement)

- 5 913 145 personnes en réelle fragilité à court ou moyen terme

soit au total 9 224 745 personnes pas ou mal logées, ce qui représente 14% de la population française.

- 41% des mises en chantier de logements sociaux en 2006 contre 60 à 65% en 2002

- En France le loyer en HLM est de 4.3€/m2 contre 8.3€/m2 en loyer privé (+93%). Cet écart se monte à 272% en région parisienne (5€/m2 contre 13.6€/m2).

- 60 % de l'augmentation des financements de logements sociaux concernent des prêts locatifs sociaux "de Robien " c'est dire que les bénéficiaires de ces prêts sont des personnes imposées à plus de 14% et qui bénéficieront de 65% de déduction fiscale, TVA à 5.5%, exonération de taxe foncière pendant 15 ans soit la durée pendant laquelle ils doivent louer à un loyer plafonné et fixé par l'Etat. La classe moyenne selon Copé en résumé.

- 2/3 des communes soumises à la construction de logements sociaux dans le cadre de la loi SRU du 13/12/2000 n'ont pas atteint leur objectif alors que 154 communes n'ont construit aucun logement de ce type depuis 3 ans.

Ce constat ne surprendra personne en fait car cette misère on y est habitué et il semble qu'elle soit partie intégrante de notre système économique libéral. Il y a des gagnants et des perdants. Comme si c'était "comme ça", une fatalité. Que faire ? culpabiliser, se révolter, ne rien faire, servir la soupe populaire ? C'est la culpabilité que je ressens mais je suis persuadé que l'être humain est maître de son destin à 100%, pas forcément à titre personnel, mais la société entière fait des choix de vie. Elle penche d'un côté vers la solidarité, l'égalité et de l'autre vers l'avidité financière individuelle, vers la volonté de chacun à réussir en dominant l'autre. Il semble qu'elle ait choisi la seconde solution et que la balance y penche de plus en plus. Les laissés-de-côté de ce système sont nombreux (énormément au Sud, de plus en plus au Nord).
Je suis, pour ma part, persuadé que ce n'est pas une fatalité même si je ne sais pas exactement comment le changement peut s'opérer. C'est juste mon intuition, ma conviction...
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Social
commenter cet article
1 février 2007 4 01 /02 /février /2007 23:57
Ce soir avait donc lieu l'opération "5 minutes de répit pour la planète". Nous nous sommes donc retrouvés place du capitole à Toulouse. Les Amis de la Terre avaient pris le soin de déposer des bougies tout autour de la croix Occitane au centre de la place alors que le groupe décroissance se dépatouillait à préparer le vin chaud, distribuer quelques tracts aux curieux présents et tourner en vélo autour de la place. Quelques discussions sur la croissance, l'écologie, le militantisme et la vélorution !!! A 19h55, comme prévu, la place et la façade du capitole se sont éteintes. Il était alors temps de boire quelques verres de ce fameux vin chaud bio, dans la bonne humeur.

A près de 100 km de là, mon papa éteignait lui aussi ses lumières et se lançait dans l'évaluation de la baisse de consommation engendrée en France. Il faut bien convenir que le but de l'opération était de sensibiliser, médiatiser sur le réchauffement climatique. Toutefois il est intéressant de suivre l'impact sur la consommation. Voici son travail :
--
Le 1er février, les Français ont éteint leurs lumières, à titre symbolique. Ce geste a-t-il eu un impact sur la consommation totale de notre pays ?
Internet (RTE) permet d’accéder à la consommation moyenne de notre pays en temps réel. (En moyenne sur 15 minutes). Voici la courbe d'aujourd'hui, de jeudi dernier et d'hier pour comparaison (la zone entourée est la période 19h - 20h30 et le curseur gris est placé sur 20h à chaque fois).

Courbe du 01/02 (rouge conso réelle, bleu prévision)
En comparaison, la courbe de jeudi dernier
Et celle d'hier
L’analyse graphique des résultats donne les courbes suivantes :
En BLEU la prévision de puissance que fait EDF.
En ROSE la consommation réelle.
Ces 2 courbes sont décroissantes ; c’est en effet l’heure où l’activité se réduit. Pour la journée du 1er février, la consommation réelle est moins importante que la prévision : il a peut être fait moins froid que prévu. Pour les besoins de l’analyse, les 2 courbes ont été superposées au départ, mais les variations respectives ont été conservées.
La courbe avec des points JAUNES donne les écarts : prévision moins consommation réelle.

Conclusion :
La décroissance de consommation est comprise entre 1000 et 1400 Mégawatts, soit un réacteur nucléaire et demi.
--

Le Monde publiait une dépêche Reuters précisant que la baisse avoisinait les 800 MW. "Cette baisse correspondrait à la consommation de l'éclairage et des appareils en veille d'environ trois millions de ménages ou celle d'une ville comme Marseille" expliquait une porte-parole de RTE. On remarquera que cette filiale à 100% d' EDF ne compare pas avec une centrale nucléaire...

Joli succès donc pour cette opération qui aura fait parler, aura informé à propos du GIEC et de son rapport, aura créé une petite émulation autour de l'environnement.

Il y en a un qui tempère tout cela et qui semble détenir la vérité scientifique, Jean-Marie Le Pen... Je vous laisse visionner ce bijou d'analyse scientifique (son analyse du réchauffement climatique se trouve après 4'50"). Vidéo tirée d'une série d'interview réalisée en juillet dernier par Nicolas Voisin dans le Politic'show.

Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Ca chauffe !
commenter cet article
30 janvier 2007 2 30 /01 /janvier /2007 12:45
Vous avez certainement reçu ce fameux mail qui circule à l'initiative de l'Alliance depuis près d'un mois "5 minutes de répit pour la planète" et qui propose une grande action de masse, à savoir couper ses lumières jeudi 1° février de 19h55 à 20h. Le but étant "d’attirer l’attention des citoyens, des médias et des décideurs sur le gaspillage d’énergie et l’urgence de passer à l’action".

A Toulouse, le groupe Toulouse Décroissance et les Amis de la Terre Midi-Pyrénées vous proposent de participer à la mobilisation générale.
Rendez-vous jeudi 1er février sur la place du Capitole entre 18H et 20H ; du vin chaud bio vous sera offert.  Venez à vélo et participez à la ronde infernale sur la place du Capitole !

Une vidéo valant mieux qu'un long discours...

L'opération est d'ores et déjà un énorme succès car tous les journaux en parlent et même la Tour Eiffel sera éteinte pour l'occasion. Quant à Toulouse ils "participent à l'opération", la place du Capitole dans le noir à 19h55 ?

Côté RTE (réseau de transport d'électricité) on ne craint pas un nouveau black-out. La surveillance sera simplement accrue, en particulier au moment où tout le monde va rallumer en même temps ses lumières. Pour info, voici un lien vers la courbe au 1/4 d'heure près de la consommation électrique sur toute la France. Il faut garder à l'esprit que l'objectif n'est pas de créer un décrochage de la production, ni même de réaliser 5 minutes d'économie mais bien une action visible, simple, facile et dont on parle.
Pour ma part je suis vraiment motivé et je sens autour de moi de l'enthousiasme. Le peuple aura lancé un message clair à Chirac et les sommités qu'il reçoit à l'occasion de la "Conférence de Paris pour une gouvernance écologique mondiale" vendredi et samedi.

Ci-dessous le tract que nous distribuerons à cet te occasion place du Cap' et que vous pouvez télécharger ici.

--
Réchauffement climatique, l'urgence d’agir se précise

Le 1er février l’Alliance pour la Planète, collectifs d’associations, organise une action de masse
« 5 minutes de répit pour la planète » en invitant tout le monde à couper ses appareils électriques entre 19h55 et 20h afin d'attirer l’attention des citoyens, des médias et des décideurs sur le gaspillage d’énergie et l’urgence de passer à l’action. Même la Tour Eiffel joue le jeu !!!

Pourquoi le 1° février ?
Car le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Evolution du Climat) valide à ce moment là son 4ième rapport qu’il rend public vendredi.

Qu’est-ce que le GIEC ?
C’est une institution sous tutelle de l’ONU (tous les pays membres y participent) qui a été créée en 1988 et qui « évalue, sans parti pris et de façon méthodique, claire et objective, les informations d’ordre scientifique, technique et socio-économique qui nous sont nécessaires pour mieux comprendre les fondements scientifiques des risques liés au changement climatique d’origine humaine ». Il fait donc la synthèse et digère toutes les études scientifiques connues à ce jour. Tout ce qu’il publie est voté sur le principe 1 pays = 1 voix. Site web : http://www.ipcc.ch

En quoi ce rapport dévoilé demain est-il si important ?
Ce document extrêmement complet « changement climatique 2007 » permet de donner une image rigoureuse et compréhensible des connaissances actuelles en matière de changement climatique. Son élaboration a nécessité 6 années de travail (le dernier rapport date de 2001), 1250 auteurs et contributeurs et 2500 critiques scientifiques en provenance de 130 pays. Ce rapport est plus précis que celui de 2001, les fourchettes de prévisions plus fines et le consensus scientifique plus fort. Les scénarios extrêmes ne sont pas retenus, pas d’alarmisme exagéré et comme le dit un expert britannique y participant « ce document est très conservateur, c’est ce qui le rend effrayant !».

Que contient-il ?
Les premiers chiffres prévoient pour 2100:
- Augmentation des températures entre 2 et 4.5°C ( 5°C nous séparent actuellement de la dernière ère glaciaire).
- Elévation du niveau des océans entre 28 et 43 cm (50% de la population mondiale vit en zone côtière => émigration).
- Intensification des phénomènes extrêmes (tempêtes, canicules, inondations…)
- Consensus autour de l'origine humaine

Ecart à la moyenne des températures dans l’hémisphère
nord depuis l’an 1000. Source : GIEC, 2001

Y a-t-il un rapport avec l’effet de serre ?
Une partie de la chaleur de la terre s’échappe dans l’espace. Certains gaz comme le CO2 ou le méthane, quand ils sont dans l’atmosphère, retiennent cette chaleur. C’est l’effet de serre. Sans ce
phénomène, point de vie sur terre. Toutefois l’activité humaine est très génératrice de ces gaz et leur quantité augmente dangereusement depuis l’ère industrielle entraînant une augmentation sensible des températures. Le CO2, ou gaz carbonique, fait partie de ces gaz et provient essentiellement de la combustion des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel…). Il est donc urgent de réduire nos émissions.

Les rejets de gaz à effet de serre en France (2001/1990)
Source Mission Interministérielle de l’Effet de Serre
Qui est responsable ?
Il n’y a pas un responsable comme il n’y a pas une solution. Notre système économique repose sur la croissance et le toujours plus, induisant une surconsommation de biens dont le désir se substitue au besoin. Aujourd’hui les décideurs ne veulent pas toucher à ce système, préférant s’en remettre à d’hypothétiques avancées technologiques et quelques touches vertes par-ci par-là (développement durable).
De l’autre côté, il y a nous, citoyens (du Nord en particulier). Si nous n’avons pas les moyens de voter les lois, nous avons plus ou moins les moyens de choisir notre mode de vie. Faire de la politique c’est aussi choisir comment se déplacer, quoi manger, faire le tri dans ses achats, s’écarter du système consumériste…

Que pouvons-nous faire, chacun ?
Il s’agit donc de mener le combat sur deux fronts, collectif et individuel.
Influencer nos représentants, faire entendre notre voix, prendre part à des actions, signer des pétitions et tout simplement en parler autour de soi. Bien entendu, faire de la prise en compte de l’urgence écologique une base de choix pour les élections à venir.

Rejets par ménages (directs et indirects en T de CO2/an) Source : Source Mission Interministérielle de l’Effet de Serre

Quant au combat individuel et quotidien, il regorge de possibilités. Il s’agit tout simplement d’intégrer la notion d’impact environnemental dans ses choix, par exemple préférer les circuits courts aux grandes surfaces, manger moins de viande, préférer les transports en commun, la marche à pied ou le vélo à la voiture, voyager moins loin... Certains appellent cela la simplicité volontaire. Quoi qu’il en soit un mode de vie plus sobre et respectueux de l’environnement, s’il n’est pas choisi pourrait être subi car les ressources de la terre sont limitées tout comme ses capacités à encaisser nos rejets. Nous ne pourrons pas vivre à crédit sur le dos de la planète très longtemps.
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Ca chauffe !
commenter cet article
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 21:58
Il y a deux types de cyclistes : les cyclistes du dimanche c'est-à-dire ceux qui font du vélo sportif avec des montures qui dépassent souvent les 2000 euros et les cyclistes urbains qui se déplacent sur des bicyclettes dont la qualité n'a aucune importance (vélos qui passent parfois de mains en mains...).

Les premiers se trouvent sur les routes départementales, elles en sont remplies le dimanche matin, parfois en groupe mais rarement en ville. Ce lieu est justement celui où l'on rencontre les seconds, un peu à toute heure, et l'air souvent tranquille.

Seulement ces deux espèces sont bien distinctes, ne se comprennent pas tout le temps et parfois ne s'apprécient guère.  J'ai la chance de naviguer entre ces deux catégories socio-cyclistes. Je connais même assez bien chacun de ces deux mondes. Beaucoup de choses les séparent, à commencer par la conception même qu'ils ont du vélo. Le sportif attache une grande importance à son vélo voire à son look. Il fait du vélo par passion mais par passion du sport. Si le corps humain parvient à accomplir des exploits  (si possible sans dopage) avec sa seule force musculaire , le sportif n'y voit pas souvent un moyen de locomotion performant, économique et écologique.  Le sportif met sont vélo dans sa voiture pour aller chercher l'exotisme d'une colline à 50 ou 100 km de chez lui. Une fois sur sa machine, la route lui appartient et il déteste les automobilistes qui s'impatientent derrière lui ou qui bien souvent ne prennent pas le temps de s'impatienter et tentent le dépassement plus qu'aléatoire (il est plus dangereux de rouler à la campagne qu'en ville). Malheureusement, ce cycliste a la mémoire courte car une fois en ville (si possible avec son 4X4), il  se comporte avec les cyclistes urbains comme les autos se comportaient avec lui quelques heures plus tôt.

Le cycliste des villes, quant à lui, a du mal à comprendre l'intérêt de faire la course en vélo et faire 200 km en revenant au point de départ.  La bicyclette est pour lui avant tout un moyen de se mouvoir en déjouant le merdier automobile urbain. Décontracté, il circule en toute liberté (libertés qu'il se donne lui-même assez souvent). Lorsqu'il prend sa voiture, il éprouve lui aussi de l'impatience derrière un groupe de cyclos qui circule (dans ses droits) à 2 de front et qui, s'il se serre, forme une longue chenille de plusieurs dizaines de mètres de long, aussi difficile à dépasser (voire plus).

Toutefois, alors que je m'entraînais, un cycliste m'a doublé, portant sur le dos un sac semblant bien rempli. Il venait de faire des courses et  rentrait chez lui à 15 km de là. Nous avons entamé la conversation et nous étions tous les deux contents de trouver un cycliste à la fois du dimanche et à la fois convaincu que le vélo est le meilleur moyen de transport, en particulier écologique. Nous en sommes arrivés à la conclusion suivante : les cyclistes sportifs devraient montrer l'exemple en ville car ils ont des avantages sur le commun des mortels : ils ont la forme physique, l'habitude et l'habileté sur le vélo, les équipements adéquates et peuvent y associer la vitesse pour encore aller bien plus vite que les autos. Je tiens également à préciser qu'un de mes meilleurs amis est double cycliste et je l'ai d'ailleurs rencontré via le cyclisme sportif. L'antagonisme que je décris plus haut, s'il est plutôt vrai, n'est donc pas absolu !

Pour ma part je crois que ma passion du vélo est avant tout l'harmonie que j'y trouve, harmonie avec la nature, avec mon corps mais aussi un moyen d'évasion, de défoulement et de s'en mettre plein les yeux (quand d'autres s'en mettent plein la gueule...). Ces sensations je les retrouve tant sur mon "vélo de course", sans pour autant faire de courses, mais aussi en ville au gré des rues toulousaines.  Amis cyclistes du dimanche, mettez-vous au vélo en ville !

Photos : Sandy Casar, Route du Sud 2006 - vélo Québec www.velo.qc.ca
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Sport
commenter cet article
22 janvier 2007 1 22 /01 /janvier /2007 23:03
Aujourd'hui était une journée particulière. Nous allions savoir si Hulot continuait dans la campagne présidentielle ou non. J'en étais excité et cette décision était majeure pour l'avenir de l'écologie politique. J'ai donc appris aux alentours de 10h45 que Hulot prenait congé de l'élection présidentielle, les vacances de monsieur Hulot en quelque sorte mais en moins marrant tellement son discours était solennel et presque grave. Non pas qu'il abandonne la partie (il suivra les engagements autour du pacte et invite d'ailleurs ceux qui l'ont signé à formaliser leur position le 31 janvier à l'occasion d'une rencontre) mais il ne souhaite pas tout perdre dans ce petit jeu, toute la confiance et la crédibilité acquises jusque-là. J'étais soulagé, Hulot n'étouffera pas les partis "historiques" de l'écologie qui se battent sur le terrain, contre les lobbies économiques, ceux-là même qu'Hulot a comme sponsor... L'animateur télé restera une force de proposition, un "lobby des consciences" comme il s'est défini. Je crois toujours malgré tout en des députés écolos pour les législatives, issus d'un rapprochement Verts, Cap21 et soutenus par Hulot...

Mais le coeur n'y était pas et ce retrait paraît anecdotique face à la nouvelle que l'on a tous entendue au réveil ce matin. L'abbé Pierre est mort. Il s'est retiré, lui aussi, mais à sa façon. Comme beaucoup j'imagine, j'étais profondément ému.  J'ai eu les larmes aux yeux quand la radio repassait une de ses interventions révoltées dans laquelle il interpellait fermement ceux qui nous dirigent.
L'Abbé Pierre était un homme d'église (avec laquelle il était souvent en opposition de vue) qui faisait l'unanimité, bien au-delà des clivages religieux et politiques. Il est resté très longtemps "la personnalité préférée des Français " (il ne figurait plus dans les derniers classements car les instituts de sondage ne le proposaient plus dans leur panel de stars, les médias se lassent vite).
Sa foi était aussi celle qu'il avait en l'homme. C'était avant tout un humaniste qui ne pouvait supporter l'inégalité. De tous les combats en matière d'exclusion, de logement, de précarité il a consacré sa vie aux autres. En 1954 il se révoltait parce que des gens dormaient dans la rue. En 2007 les Don Quichotte prennent en quelque sorte le relais et dénoncent la même situation en pire, le nombre des sans-abri a augmenté. C'est la preuve, s'il en faut, que notre monde ne tourne pas rond. Le plus bel hommage que nous puissions lui rendre c'est de prendre nous aussi le relais de ce combat contre les inégalités et l'exclusion. Il faut changer le monde.

Photo : fondation Abbe Pierre
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Autre
commenter cet article
21 janvier 2007 7 21 /01 /janvier /2007 23:37
La réalité du réchauffement climatique semble susciter encore des doutes. Je ne dis pas ça car la météo est en train de passer de 16°C à la neige en quelques jours mais plutôt à cause de ce que j'entends autour de moi. Les médias grand public sont plus sceptiques que les scientifiques comme le disait Al Gore dans son film. Les lobbies qui travaillent pour le monde industriel, directement mis en cause ou tout simplement par peur d'un ralentissement économique et d'une baisse de leurs profits, s'activent à exacerber ce doute. J'ai ainsi trouvé ces clips sur  le site du CEI (Competitive Enterprise Institute) : "Carbon dioxide, they call it pollution, we call it life" -  "le dioxyde de carbone, ils appellent ça la pollution, nous appelons ça la vie".



Vous n'avez pas tout compris... moi non plus. Je crois avoir quand même saisi le principal. Voici la réponse : "CO2, we call il death" - "CO2, nous appelons ça la mort", à l'initiative de je ne sais trop qui, et ne me demandez pas une traduction précise...
La dernière vidéo est un petit clip, en français, qui fait le point sur le réchauffement climatique, en particulier les conséquences à venir. Intéressant, concis et instructif (merci à sans-petrole.com)


Alors le réchauffement climatique, info ou intox ? Je pense que  notre développement n'est pas durable et le réchauffement climatique n'est donc qu'une conséquence de notre inconscience et ne notre fuite en avant (vous l'aviez remarqué depuis longtemps). Déjà, en 1974, René Dumont avait senti le danger et s'était présenté à la présidentielle pour alarmer le monde politique. Jugez plutôt  à travers ce petit reportage issu du 20h du 22 avril 1974. Son discours, celui-là même que les lobbyistes refusent toujours d'écouter, est on ne peut plus d'actualité.
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Ca chauffe !
commenter cet article

A visiter

Citoyenneté


Association Vélo
La voix des cyclistes de l'agglomération toulousaine

Vélo à St-Go
Pour que Saint-Gaudens soit cyclable !

Collectif citoyen Portes de Gascogne
Contre un nouveau centre commercial proche de Toulouse

Manicore.com (J.M. Jancovici)
Les réponses à (presque) toutes les questions sur l'énergie et le réchauffement climatique

Le Magret diplomatique
L'actualité éclairée par l'histoire

Mon Toulouse
Une autre vision de l'actualité toulousaine

Toulouse décroissance

Il y a une vie après Colomiers
Association de défense de la ligne SNCF Toulouse - Auch

L'air de rien
Groupe Toulousain de musique impitoyable

Amis
Entre noir et blanc, je suis jaune
Danyung, entre Asie Afrique et Europe

Les bons plans de la Vir
Virginie, sa vie, son oeuvre !

Arctic 2007
Nico et Jean, 2 frères qui traversent Canada et Alaska à vélo

Autres
Pataphysique
L'agrégateur des blogs toulousains

Le webzine alternatif sur le cyclisme

Vélo coqué
Roulez couverts !

Avenir Cycliste Rabastinois

Autres liens intéressants


Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que 1) le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique 2) s'attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance». Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle «chaîne», un nouveau «journal», chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

146 Freemen au 02/12/2007


2 plus n
A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Argent facile
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Dialogue citoyen
Duplex
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Démocratie sans frontière
Dérapages
Développement durable
Développement durable et communication
Eco-echos
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Europeus
Exdisciplesleblog
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Francesco : l'objectif dans l'oeil
Fred de Mai
Freya Finker
Fsens
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Géoclic
Imagine 2012
Imagine 2050
Isegoria, (re)prenons la parole
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La politique du chacal
La rage du peuple
Le Barrablog
Le Blog de Guyom
Le Blog à Rythme
Le Mague
Le Monde citoyen
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Le grand ménage
Le site de la pauvreté intérieure
Les méditations du sauvage
Lespacearcenciel
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mimiland
Miss Ecolo and Cie
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Mr Moon
Muad'ib Ginkgo
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
Olivox
Ombres et Lumières
On refait le blog
Ostende
Ouvertures
Penser paysage
Pile freemen 2.0
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
SDF
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Un oeil sur la planète
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vert chez moi
VideoBlog Ecoabita
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002
dieu des chats

Rédacteur Agoravox
TV5
Rédacteur Naturavox
Creative Commons License
Wikio - Top des blogs - Politique
  
blogCloud
PageRank Actuel
Technorati

Rechercher