Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
3 avril 2007 2 03 /04 /avril /2007 12:00
Ces jours-ci on reparle un peu d'écologie. Hulot rencontre les candidats et l'Alliance pour la Planète rend de nouvelles notes sur le contenu environnemental des programmes des candidats à la présidentielle. La moyenne de la classe est de 10.8/20. On franchit donc la moyenne. La dernière notation, début mars, indiquait une moyenne de 9.75/20.


Isabelle Delannoy, dans son livre "Environnement , les candidats au banc d'essai" (couverture ci-contre à gauche) attribuait les notes suivantes sur 4 : Les Verts 3.76 -  PS 3.19 -  LCR 2.95 -  MPF 2.33 - UDF 1.76 -  FN 1.33 -  UMP 1.19

On peut noter que le clivage droite / gauche est net. Quand la gauche s'en sort avec 13.6, la droite arrive tout juste à 8.1 (je compte l'UDF à droite) ; ce à quoi Nicolas Hulot répond à Libé : "Sachant que les problèmes écologiques trouvent leur racine dans l'économie de marché débridée ou dans l'ultralibéralisme, il est normal qu'il y ait plus de spontanéité sur les traitements à appliquer à gauche qu'à droite." C'est timide mais clair.

Ce clivage droite - gauche se remarque également dans la réponse que les candidats ont fait à la pétition d'Alternatives Economiques anti-démagogie fiscale. La gauche affirme clairement l'importance de l'impôt et la nécessité de sa progressivité alors qu'à droite on parle plutôt de réduction des moyens du service public pour le baisser.

Pour conclure ce papier, je vous laisse méditer sur la fin de l'interview de Hulot : "Dans certains cas, il faut aller vers la décroissance, celle des déchets, des consommations énergétiques, des émissions de gaz à effet de serre, des prélèvements sur les ressources halieutiques. On peut avoir une croissance économique découplée de certains flux de matières et d'énergie. Quoi qu'il en soit, il faut sortir du culte de la croissance quantitative et aller vers une croissance sélective, qualitative. Sans cela, la décroissance absolue s'imposera à nous et, celle-là, aucune société démocratique n'y résistera."
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Politique
commenter cet article
1 avril 2007 7 01 /04 /avril /2007 18:59
Le film avec Al Gore, "Une vérité qui dérange" était une démonstration, presque scolaire, efficace du changement climatique. Convaincu et sensible à l'écologique, je n'y ai rien appris de bien nouveau, juste quelques précisions. Un documentaire d'un autre genre est sorti à la mi-mars "Notre pain quotidien". Ne bénéficiant pas de la notoriété de "l'ex-futur président des Etats-Unis", il n'est projeté que dans les salles art et essai.

Ce film est d'un violence inouïe par la dureté de ses images, même pour l'écologiste déjà bien renseigné. La cible ? l'agriculture intensive et industrielle.
Inutile d'être militant de longue date pour savoir que ce type d'agriculture n'est pas respectueux de l'environnement. Ce qui est montré, la réalité, dépasse toutefois bien souvent l'imagination. De simples scènes ordinaires de travaux  agricoles tels le tri de poussins, l'élevage de poulets ou de poules pondeuses, la culture de la tomate, du tournesol, la récolte du poivrons, de la tomate, des olives, des asperges, des chous, l'abatage des porcs et des vaches et j'en passe. Ces morceaux choisis ont été glanés à travers différents pays d'Europe ainsi qu'en Afrique du Nord.
Difficile de dire où exactement car le film est brut et sans commentaire. De longs plans séquences au cadrage millimétré qui laissent très mal à l'aise car à l'esthétique des images s'oppose ces scènes crues de l'agriculture industrielle. Le réalisateur s'attarde tant sur les végétaux, animaux exploités que sur les femmes et les hommes qui les... je ne trouve pas le mot.... torturent tout en étant eux-mêmes torturés. Tout est déshumanisé, les visages de ces personnels qui travaillent souvent à la chaine dans des cadences infernales, tout est industrialisé, hygiénisé, optimisé, calculé, rationalisé. Il est précisé dans le générique de fin que les images ont été tournées avec l'accord amical des entreprises et de leurs personnels. Quel travail de persuasion il doit y avoir derrière !

Cette brutalité des images sans aucune explication ni information nous laisse très interrogatifs. Il n'y a pas un message explicite disant "cela est mal" et se voulant moralisateur. A nous de nous demander pourquoi on est arrivé à de telles pratiques  qui n'ont plus rien à voir avec l'agriculture paysanne respectueuse de la nature et de l'Homme, dans quel but et surtout quelle est leur  viabilité à moyen ou long terme ? Tout cela est-il vraiment raisonnable ?

Pour ma part j'ai beaucoup réfléchi aux alternatives possibles : manger moins de viande, bio, local,en provenance de petites structures et par des circuits directs. Elles sont déjà connues mais restent malheureusement marginales.

L'image que j'ai choisie pour illustrer  cet article illustre bien la valeur la plus répandue, celle du prix à l'étalage pour les consommateurs et celle du prix de revient pour les agro-businessmen, au mépris de toute considération humaine et environnementale. La grande distribution et plus spécifiquement le hard-discount sont symptomatiques de cette économie sans éthique. Voilà une cible que j'ai identifiée à travers ce film et que je combats depuis déjà quelque temps par le boycott. Mes moyens  financiers (technicien dans la fonction publique) me permettent de faire tous mes achats alimentaires en bio. Cela nécessite de faire des choix que 70% des clients de hard-discount*ont préféré en faveur exclusive du prix au détriment de l'éthique. Toutefois, une bonne partie de la population ne peut pas se le permettre et une politique forte en faveur du bio avec aides publiques, internalisation des coûts devrait rendre cette agriculture abordable, majoritaire et une référence. Il n'y a donc pas de fatalité à bouffer industriel et chimique et à détruire nos emplois et notre environnement.

Pour coller à l'actualité, deux décisions importantes en matière d'agriculture, l'une mauvaise l'autre bonne :

- la France a transposé la directive européenne sur les OGM qui date de 2001. Elle autorise les cultures OGM (commerciales et expérimentales) " à l'issue d'une procédure d'évaluation rigoureuse qui a démontré l'absence de risque pour la santé et l'environnement".
Une seule plante OGM est autorisée à des fins commerciales, le maïs "mon 810". Toutes les cultures seront répertoriées. Seules leurs surfaces et le nombre de parcelles seront rendus publics sur le site
www.ogm.gouv.fr . Enfin, "les agriculteurs qui cultiveront en 2007 des maïs OGM s'engageront à en informer les cultivateurs des parcelles voisines et à respecter une distance d'isolement entre cultures OGM et non OGM de 50 mètres, soit le double de la pratique actuelle". Nous voilà rassurés, chacun a donc son interprétation du fameux  principe de précaution... Vous trouverez ici l'appel demandant un moratoire pour un printemps sans OGM

- pour  finir, une bonne nouvelle, le parlement européen a adopté la proposition "production biologique et étiquetage des produits biologiques ".Ce texte, rapporté par Marie-Hélène Aubert (les Verts) et qui va à l'encontre de la volonté de la commission, prévoit après amendement l'interdiction formelle des intrants chimiques et des OGM en bio, alimentation du bétail comprise. Reste à persuader le Conseil des ministres de le voter sachant que le parlement n'a qu'un rôle consultatif. L'Italie, l'Autriche et la Belgique sont les fers de lance de la défense de la bio. Nos chers euro-parlementaires UMP, dont leur chef
Sarkozy parle d'un "Grenelle de l'environnement" s'il est élu,  ont voté contre...

*
« Comment les hypers gagnent », Les dossiers du Canard enchaîné, n°97, octobre 2005  -  les classes modestes  ne représentent que 30% des clients des hard-discounts.
Photos : Leader Price - KMBO films

J'ai retouché le texte sur la partie agriculture bio pour clarifier mon point de vue, je ne pense pas en effet que tout le monde puisse manger bio, loin de là car les produits restent chers.

Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Culture
commenter cet article
28 mars 2007 3 28 /03 /mars /2007 19:32
Au cours de ma petite revue de presse du jour, je suis tombé sur deux papiers du Monde à peu près à l'opposé l'un de l'autre. Le premier est un coup de gueule de Nicolas Hulot qui commence  sérieusement à s'énerver que la signature de son pacte écologique ne s'avère n'être qu'une opération médiatique pour la majorité des candidats (Laguiller, Besancenot, qui n'est pas le plus ridicule sur le plan environnement, ont au moins eu l'honnêteté de jouer franc-jeu en motivant leur non signature). Soann a analysé ça très bien. Sur le plan stratégique je retiens que Nicolas soutient très (trop) timidement Dominique Voynet (lâches-toi Nicolas...).

Le second papier est une interview d'Alain Madelin. Ce libéral convaincu est député UMP après être passé par Démocratie Libérale (UDF) et l'extrême droite dans un passé plus lointain. Bref, il prône des mesures libérales ( baisse des impôts si possible pour les riches, plus de concurrence...). Il se positionne légèrement en faveur de Bayrou par rapport à Sarkozy au vu de ses réponses même s'il avoue au final les mettre à égalité sur le plan économique.

Je voulais confronter les notions de ces deux hommes à propos de la croissance. La première est de Madelin (en bleu) , la seconde de Hulot (en vert) :

"L'objectif-clé pour ce pays, c'est de retrouver le chemin d'une croissance de 3 à 4 %, qui est la seule solution à nos problèmes : l'emploi, le pouvoir d'achat, la sauvegarde du modèle français de protection sociale, le financement de dépenses nouvelles, le vieillissement, la santé... Les candidats se résignent à une croissance de 2 ou 2,5 %, qui n'est pas à la hauteur de la politique de notre pays. (...) J'ai critiqué le programme de l'UMP parce qu'il ne prononce pas le mot "croissance". Sauf au sujet des ressources halieutiques ultramarines... Donc, il me paraît passer à côté de l'essentiel."

"[Les candidats ] préfèrent laisser croire que tout peut continuer comme avant et que les possibilités de production et de redistribution de la richesse ne seront pas plus conditionnées par l'état de la planète demain qu'elles ne l'étaient hier. Au final, en dépit de quelques réformes environnementales ponctuelles, chacun veut "relancer la machine" - entendez une croissance des flux de matière et d'énergie -, alors que le Pacte écologique entend l'orienter sur une autre voie et redonner du sens à ce que nous produisons et consommons.
Prenons un exemple qui fâche : le pouvoir d'achat. Chacun des candidats veut le revaloriser à sa façon. Bien sûr, la hausse des bas salaires ou des petites retraites est une nécessité absolue. Mais est-ce le bon choix de promettre plus de tout à tout le monde, sans articuler une augmentation directe de la consommation matérielle avec la nécessaire réduction de la consommation d'énergie et des biens jetables ? Cela accentue la fuite en avant suicidaire d'un développement qui n'assure plus le mieux vivre, dont les plus faibles sont les premières victimes et pour laquelle nos enfants nous haïront. Socialement et politiquement, c'est de l'aveuglement.
Le défi, c'est bien de parvenir à un approfondissement du progrès humain tout en inversant la tendance au toujours plus de production et de consommation. A ce jour, aucun des principaux candidats n'a vraiment souhaité le relever.

Je me retrouve évidemment dans les propos de Hulot, dans sa remise en cause de la croissance. Il touche donc du doigt la décroissance, cette nécessité de ralentir notre train de vie. Madelin part dans le chemin inverse.
Cette semaine j'ai eu avec mes collègues des discussions sur le sujet. On me traite de dogmatique, d'ayatollah prédicteur de catastrophes qui ne croit pas en l'homme, en ses capacités. La croissance semble être la seule voie possible, la seule qui élève l'homme et répond à ses aspirations de connaissance et de progrès. Si cela fonctionne de manière rapide et intensive depuis 150 ans, rien ne dit que cette situation, dont nous ne payons pas encore vraiment les conséquences environnementales et sociales, durera infiniment. Y croire relève pour le coup du dogmatisme.

En conclusion, je citerai le texte du projet de Nicolas Sarkozy pour la présidentielle et plus précisément l'introduction de sa 7ième priorité environnementale (sur 15) qui ne reprend pas le pacte écologique : "7- Répondre à l'urgence du développement durable - Le développement durable doit devenir une dimension essentielle de toute l'action publique. Ce n'est pas un choix, c'est une urgence, une nécessité. Mais ce que nous pouvons choisir, c'est d'en faire une chance pour la croissance et nos emplois."

Cherchez l'erreur... Notez également que les mots environnement ou écologie a été remplacé par le bien plus fashion et subtile "développement durable", cet oxymore que j'aime tant et qui prend ici tout son sens pervers!

Tout cela m'énerve sérieusement, alors rien de mieux qu'un excellent reportage sur le développement durable !

Photo : France 2 : Voynet et Hulot à Lorient avant-hier.
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Politique
commenter cet article
24 mars 2007 6 24 /03 /mars /2007 10:29
Lo Dissabte 17 de Mars de 2007, la manifestacion « Anem, òc, Per la lenga occitana !» acampèt mai de 20000 personas. Los manifestaires demandavan una vertadièra politica publica per l’occitan.

Las quatre reivindicacions magèrs tocavan :

Lo desvolopament de l’ensenhamant de la lenga e dins la lenga

L’ajuda a la creacion culturala en occitan

La preséncia de la lenga dins los mèdias electronics, audiovisuals e escrits

L’emplèc de la lenga occitana dins la vida publica e sociala.

Totes los dialectes d’occitania eran presents : de Limousin o de Provença, de Gasconha, de las Valadas d’Italia…, sens oblidar los Araneses.
De representants d’autras lengas regionalas eran venguts per sosten : bascs, bretons, catalans,
Lo mitan politic èra un pauc present tre la matinada (D. Voynet) : ara, cal esperar que la crida siague ausida pels candidats a la presidenciala !

Mai d’informacions se pòdon trapar sul siti www.manifestarperloccitan.com

--
Sigo (et non pas Ségo) signe le texte dont la traduction en français est disponible ci-dessous et Tatou l'illustre par ses photos. Pendant que j'étais à la manif anti-EPR, nos envoyées spéciales étaient donc à Béziers au milieu de cette foule impressionnante.
Je ne suis qu'un Occitan d'adoption car né à quelques kilomètres de la "frontière" et puis je ne la parle pas mais la langue occitane fait partie intégrante de notre histoire, de notre culture et la défendre c'est lutter contre l'uniformisation, la centralisation et cultiver la diversité et nos différences qui font notre force.

"France tu nous as volé la langue, rends-la !" est-il écrit sur la banderole ci-contre.
--

Le Samedi 17 Mars 2007, la manifestation  « Anem, òc, Per la lenga occitana !» a réuni plus de 20000 personnes. Les manifestants réclamaient une véritable politique publique pour l’occitan,

Les 4 revendications majeures portaient sur :
• Le développement de l’enseignement de la langue et dans la langue
• L’aide à la création culturelle en occitan
• La présence de la langue occitane dans les medias électroniques, audiovisuels et la presse écrite,
• L’utilisation de la langue occitane dans la vie publique et sociale.

Tous les dialectes d’Occitanie étaient présents : du Limousin ou de la Provence, de Gascogne, des « Valadas d’Italia »…, sans oublier les Aranais,
Des représentants d’autres langues régionales soutenaient la manifestation : basques, bretons, catalans,,,
Les politiques étaient présents dès la matinée (D. Voynet) : maintenant espérons que le message sera entendu par les candidats à la présidentielle !

Plus d’informations sont disponibles sur le site www.manifestarperloccitan.com
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Culture
commenter cet article
20 mars 2007 2 20 /03 /mars /2007 23:39
Je vous en avais déjà parlé, un centre commercial géant est en projet à Plaisance du Touch (31) . Plus grand que celui de Portet / Garonne, celui-ci serait une catastrophe environnementale mais aussi pour l'emploi, l'économie locale, pour les déplacements dans l'agglomération... Cela va totalement à l'encontre de l'idée et de l'idéal de vie en société que je me fais.
La lutte contre cette aberration prend de l'ampleur et vous trouverez les détails de la prochaine étape. (le site web du collectif est ici)

SAMEDI 24 MARS DE 12h A MINUIT
« 12h sur le plateau de la Menude » à Plaisance du Touch

Nous sommes 18.000 à avoir signé la pétition contre ce projet démentiel, venez le plus nombreux possibles au Sit-in de 12 heures. C'est le moment de convaincre autour de soi : voisins, amis, famille...

PROGRAMME DES ACTIVITES

- 12h : Distribution de tracts au rond point de la Salvetat. Signature de pétitions, adhésions.

- 13h : Repas de midi, sorti du sac. Vente de vin et de café, de gâteaux...

- 15h : Prises de paroles : Témoignages, Président des Amis de la
Terre, Mouvement de la Non violence, Président du Collectif « Non aux Portes de Gascogne ».

- 17h : 1er concert avec le groupe RUSTINE.

- 19h : Apéritif Concert suivi de grillades.

- 20h- 22h : suite des concerts avec LES TOURISTES et le goupe de rock MYIST.

Deux moments forts :

-15H : PRISES DE PAROLES avec présentation de propositions différentes pour l'utilisation de ce plateau : Alain Ciekanski président des Amis de la Terre, Alain Refalo du Mouvement de la Non Violence, Progreso Marin président du Collectif citoyen « Non aux Portes de Gascogne ». Présence des médias avec des journalistes nationaux.

- 20h : ANIMATION MUSICALE
3 Groupes musicaux se succéderont sur scène à partir de 20h

- Le groupe RUSTINE : 4 musiciens : accordéon, guitare, percussions avec des chansons humoristiques.

- Les TOURISTES : 10 musiciens, un CD à leur actif déjà. Une musique festive sur des airs de POP. De vrais pros !

- MYIST : un groupe de jeunes, tout juste 18 ans, du rock mélodique avec une chanteuse de talent. Un groupe qui monte.

Un programme alléchant. Entrée gratuite.
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Toulouse
commenter cet article
18 mars 2007 7 18 /03 /mars /2007 22:43
Aujourd'hui, Soann concluait une série de billets que le blog MSN présidentielle m'avait proposée d'écrire au sujet de la campagne électorale et de la blogosphère. Ayant la possibilité d'inviter quelqu'un, à l'évidence, j'ai pensé à elle pour la conclusion. Son article "L’écologie, la politique et le net" est très instructif, clair et précis, je vous le recommande fortement.

Sinon, suite à mon article de mercredi "Stop EPR", voici un compte-rendu en image de la journée toulousaine du 17 mars.

Ambiance festoche et bonne humeur sous la son des Malpolis
Pont Neuf au départ de la manif'

Village 100% écolo
Fin de la manif' place du Capitole et décoration des bureaux d'EDF !
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Politique
commenter cet article
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 23:47
Les nouvelles sur le front de l'écologie ne sont pas les meilleures en ce moment, au delà du manque de signatures pour Dominique Voynet et la crainte qu'il n'y ait aucun candidat de l'écologie politique.

« Ce rapport va montrer que les mesures proposées par le président pour lutter contre le changement climatique et ses engagements financiers sans précédent sont efficaces ». Cette phrase de la porte-parole de la Maison-Blanche sur les questions écologiques, Kristen Hellmer, évoque le compte-rendu que les USA ont rendu à l'ONU sur ses émissions passées et prévues de gaz à effet de serre. Efficacité, disent-ils ? Les Etats-Unis prévoient d'émettre 11% de GES de plus entre 2002 et 2012 soit l'équivalent de la décennie précédente (+ 11.6% selon EPA - ministère de l'environnement américain). Tout est donc relatif. Rappelons que le plus gros pollueur du monde devait diminuer ses rejets de 7% entre 1990 et 2012 dans le cadre du protocole de Kyoto... qu'il n'a pas ratifié.

L'autre mauvaise nouvelle qui a motivé ce billet est à la base une bonne nouvelle : l'Europe a décidé de passer à 20% d'énergies renouvelables en 2020. A titre de comparaison la moyenne en 2005 est de 6.4%. Cette décision forte (si elle dépasse le stade de l'intention) prévoyait que chaque pays se dirige vers ce chiffre. seulement Chirac, aidé par la Finlande et la Tchéquie, a fait le forcing  avec succès pour que les pays disposant du nucléaire aient un objectif moindre dans la mesure où cette énergie dégage beaucoup moins de CO2.
Du coup, moi qui n'étais pas radicalement anti-nucléaire, ma vision de ce que devrait être la politique énergétique française évolue. Effectivement, le nucléaire est tellement puissant qu'il occulte toutes les autres alternatives. Se réfugier dans l'argument (le seul) des rejets moindres de CO2 est insuffisant pour s'emballer pour ce type d'énergie même si je maintiens qu'une sortie précipitée et trop rapide pourrait être une erreur. Mes récents doutes sur l'intérêt de se lancer à corps perdu dans l'EPR se confirment. J'irai donc samedi manifester contre ce nouveau type de réacteur et pour que la France lance une vraie politique énergétique alternative.

 
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Energie
commenter cet article
14 mars 2007 3 14 /03 /mars /2007 11:38

L'élection présidentielle est devenue de la haute stratégie. On vote moins pour ses idées que pour contrer un candidat ou favoriser celui qu'on estime le moins mauvais... Si je vote les Verts ou Bové, Royal ne sera peut-être pas au second tour et alors on aura une droite conservatrice contre une droite molle au second tour mais si je vote Royal, je signe peut-être l'arrêt de mort des Verts. Bref c'est un casse-tête. Pourtant les élections sont l'occasion de débats d'idées, de réflexions sur l'avenir du pays, d'idéaux de société... Tout cela est réduit à pas grand chose face aux stratégie pré-citées.

Deux petits tests qui ont déjà fait le tour du web permettent de recentrer ses idées et ça fait du bien ! Politest que j'estime le plus sérieux et quelcandidat qui me semble moins rigoureux étant donné les questions finales telles "approuvez-vous le coup de boule de Zidane ?". Toujours est-il que ces deux tests m'indiquent que Dominique Voynet et les Verts correspondent le plus à mes idées.

Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Politique
commenter cet article
9 mars 2007 5 09 /03 /mars /2007 22:51
Toulouse est en train de changer c'est incontestable. Depuis que j'y habite, le nombre de vélos a considérablement augmenté. Moi-même je me souviens l'époque où j'allais au cinéma en voiture et me garais dans le parking souterrain Jean Jaurès. Quelques années plus tard, j'ai encore du mal à me rendre compte à quel point je ne me rendais pas compte ! La ville est tellement plus facile, sympa, pratique et agréable en vélo plutôt qu'en voiture.

Pour cela, les aménagements cyclables de qualité sont indispensables et le nombre de voitures doit diminuer.
Dans la cadre de l'arrivée de la seconde ligne de métro le 30 juin prochain, la rue Alsace Lorraine, axe principal qui traverse Toulouse centre du nord au sud et qui est très commerçante, va changer d'allure. Tout le monde s'en réjouit, moi le premier. Ses trottoirs ridiculement petits rendent actuellement la circulation des piétons pénible. Le nouveau projet leur rend la part belle sur un trottoir de 9 mètres de large. En revanche, les principaux perdants sont les cyclistes. Actuellement il y a 3 voies. 1 voie pour les voitures au centre de la chaussée et une voie de bus qui vont dans le sens Esquirol - Jeanne d'Arc. La troisième est pour les bus et va en sens inverse. Les vélos sont autorisés sur les voies de bus et c'est très confortable. Cette rue est d'ailleurs un des axes les plus utilisés à vélo.

Le projet dont on voit la photo ci-dessous laisse la voie pour les voitures. Pas de changement pour elles. Les voies de bus disparaissent car il n'y aura plus de bus sur cet axe à cause au métro. Les vélos se sont vu réserver une piste cyclable dans le sens Jeanne d'Arc - Esquirol. Il faudra jouer du frein (du guidon ce sera difficile vu l'étroitesse) afin d'éviter les piétons qui y circuleront allègrement mais ce n'est pas très important. Ce qui me dérange c'est l'absence totale d'aménagement cycliste dans l'autre sens (vers Jeanne d'Arc). Leur photo montage le montre bien, un vélo derrière une voiture, aucun des deux ne peut se doubler. Ce sera très dangereux ou très bloquant ! J'ai bon espoir que les cyclistes se réapproprient cet espace et imposent leur rythme même ça pourrait se faire dans la douleur...

Pourquoi ne pas proposer un trottoir de 7.5 m de large au lieu de 9 m et élargir la piste cyclable prévue et la rendre à double sens. J'aurais bien avancé une interdiction complète des bagnoles mais je reste conscient qu'il faut y aller petit à petit... soyons patients et l'évidence s'imposera, doucement mais sûrement !

Deux autres projets montrent que le lobby voitures a tout de même encore de la vigueur. D'une part la liaison multimodale sud est (LMSE). Cette création de route relierait le terminus du métro Ramonville à Quint-Fonsegrive. Le principe en lui-même est intéressant dans la mesure où il y aura un bus en site propre et des voies piétonnes et cyclables. Seulement  le projet prévoit la construction d'un pont sur le Canal du Midi, classé patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco, alors qu'un autre pont se trouve déjà à moins de 400 m  de là ! L'enquête publique a donné un avis négatif et conseille l'alternative développée par l'association VeraCruz. Le Grand Toulouse passe pourtant outre cette règle démocratique, l'alternative réduirait en effet l'offre faite aux voitures particulières.

L'autre point fera prochainement débat. Il s'agit du grand contournement. Une espace de seconde rocade à l'est de la ville (projet sur le site DDE, contre argumentaire du Conseil Général). Une sacrée offre pour le tout bagnole et poids-lourds ! La fuite en avant en matière de transport et d'environnement tel que nos élus en ont coutume. Ce projet vient d'être admis en débat public. Pendant ce temps le projet de grand contournement de Bordeaux, dans le même esprit, vient de prendre mal car la procédure vient d'être annulée par le tribunal administratif.

Le développement durable  s'arrête pour nos élus là où se prennent les décisions fortes en matière de pollution et d'aménagement soutenable pour l'environnement.

Photos : rue Alsace Lorraine depuis le carrefour avec la Rue de Metz (Esquirol) - photo montage du projet par le cabinet d'architectes "D'Une Ville A l'Autre"
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Toulouse
commenter cet article
6 mars 2007 2 06 /03 /mars /2007 20:51
Lundi soir j'étais au meeting de François Bayrou après avoir assisté à celui de Bové jeudi 1er mars. José était au hall 8 du Parc des expos de Toulouse alors que François dans le hall 2 (changé au dernier moment tellement il y avait de monde),  beaucoup plus grand !
Quand Bové laisse la parole à de nombreuses personnes et que le meeting ne tourne pas qu'autour de lui, Bayrou est la superstar, il n'y en a que pour lui. Arrivé au milieu de la foule sous une fanfare qui reprend des vieux tubes de dance-music, la Béarnais est très à l'aise sur l'immense podium tout orange, la couleur des libéraux, face aux 5 à 7000 personnes. Ca change des 1500 Bovétistes, la fanfare aux refrains paillards, la bière bio et les sandwichs faits maison. J'allais voir Bové plus en convaincu, même si son meeting ne m'a pas totalement convaincu et Bayrou en curieux.

Jour de Fête donc pour l'François qui fait sa tournée à l'américaine, moyens techniques assez impressionnants même si je n'ai pas d'expérience des meetings politiques. Et puis de grandes personnalités sont au rendez-vous : Jean Lassalle (l'ex gréviste de la faim) qui, il me semble, a repris la Marseillaise à la fin de tout son coffre et Patrick Sébastien, le plus applaudi, que Bayrou verrait bien en parlementaire [NDLR futur ministre de la culture ?]. Il faut dire que les élus les plus connus sont tous partis à l'UMP , "c'est être faible que se rallier au plus fort" dira-t-il.

Sur le fond, le centriste est revenu sur Airbus en disant en gros qu'il fallait que l'Etat français négocie avec l'entreprise le plan social.
Le reste de son discours aurait pu être celui d'un socialiste comme d'un UMP. Un peu de libéralisme, un peu de social. J'ai retenu en gros de la première partie, très intentionnelle, qu'il fallait "donner à la France les atouts pour se battre dans la compétition internationale", "rendre l'espoir aux Français", "créer le grand parti démocrate qui manque" et, bien sûr, dépasser les clivages droite, gauche. "Ni droite , ni gauche , la France" disait une militante qui introduisait la soirée. Il veut le changement et mettre en avant les trois catégories qu'il juge les plus importantes : les chercheurs, les entrepreneurs et les artistes. Les piliers de sa politique sont liberté, égalité, fraternité.  Ces valeurs ne sont pas naturelles mais il faut se battre pour les imposer (on sera tous d'accord...)

Pour ce qui est des propositions, il a indiqué quelques priorités.

Tout d'abord, et c'est devenu son cheval de bataille, la dette. Il s'est juré d'évoquer ce sujet à chaque fois qu'il s'exprimerait. Chaque dépense annoncée sera compensée par une économie ailleurs. Solde nul de son programme.

Lutter contre l'exclusion en créant des emplois (les fameux 2 emplois nouveaux exonérés de charges dans toutes les entreprises... applaudissements nourris). Offrir également une 2° et une 3° chance aux exclus qui ne sont pas des feignants en leur proposant une activité dans une collectivité, association... pour qu'ils retrouvent leur dignité (gros applaudissements !).

Autre point, relever le "défi de la mondialisation" grâce aux jeunes Français (énormément de jeunes dans la salle) qui doivent devenir les mieux formés au monde. Il a pris soin de caresser dans le sens du poil l'Education Nationale qu'il connaît, qu'il respecte, qu'il admire et qu'il soutient "envers et contre tout". Il s'engage à en garantir les moyens pour une école républicaine où tous les enfants en 6ième sauront lire et où l'école de campagne offrira les mêmes chances que l'école du centre de grande ville (applaudissements très nourris).

L'environnement, on y vient, ou plutôt le climat car c'est le terme qu'il a employé. La France a une responsabilité au niveau international et il s'engage à inscrire au calendrier de l'ONU ce problème très délicat car il faut discuter avec les pays pauvres. Toutefois il veut faire de la France un pays exemplaire (il a parlé d'alternatives à l'énergie ??).
Quant à la peur du retour en arrière, il n'en est pas question car il s'agit d'envisager un autre modèle de société dans lequel les délocalisations n'existeront plus à cause du coût du transport .
En résumé, plus de conscience, plus de civilisation et plus de solidarité. C'est beau mais ce ne sont que des grandes intentions  !

Pour finir l'Europe. Les ouistes sont désespérés et les nonistes désabusés car il n'y a pas eu le plan B. Il comprend le non (à cause d'un texte illisible et compliqué) et connaissait très tôt le résultat du référendum ! S'il est élu il refait un texte court, lisible, clair, simple que les Français comprendront et approuveront par référendum. [Traduction : ces couillons de Français n'ont rien compris au texte car c'est un truc de spécialiste, c'est un non de forme. On peut leur faire gober la même chose en le présentant mieux et plus simplement et ils voteront oui. J'étais alors énervé par ce discours rabâché partout.]

Gros applaudissements, la Marseillaise et voilà.

Si Bové lançait de belles idées mais pratiquement sans aucune proposition, les idées de Bayrou, moins utopistes et grandes sont illustrées par des engagements qui restent de l'ordre de l'intentionnel. Je ressens vraiment que Bayrou veut réunir ceux qui, car c'est plus facile, décrètent que droite et gauche c'est pareil et veulent du changement. Lequel ? Ils n'en savent trop rien mais sans doute Bayrou cristallise-t-il un vote contestataire "d'extrême centre". J'ai tout de mal du mal à imaginer à quoi ressemblera le parlement s'il est élu.
Pour ma part, la droite et la gauche incarnent des valeurs historiques, culturelles, philosophiques différentes. Je vois mal comment un homme, historiquement à droite, peut décréter la fin de ces différences et un consensus forcément très mou.

Je ne voterai donc pas Bayrou. Déjà parce qu'il incarne de nombreuses valeurs libérales et puis finalement il ne propose rien. Il séduit par son côté rebelle, à contre courant en apparence, son ascension assez impressionnante. Père de plein d'enfants, catholique, ancien prof, de la campagne, un peu agriculteur, ça va plaire à pas mal de monde. Pas à moi.

Photo : Bové à Toulouse aux côtés de François Simon - le hall 2 qui accueillait Bayrou, en bas le traducteur en langage des signes.
Repost 0
Published by Sébastien Bosvieux - dans Politique
commenter cet article

A visiter

Citoyenneté


Association Vélo
La voix des cyclistes de l'agglomération toulousaine

Vélo à St-Go
Pour que Saint-Gaudens soit cyclable !

Collectif citoyen Portes de Gascogne
Contre un nouveau centre commercial proche de Toulouse

Manicore.com (J.M. Jancovici)
Les réponses à (presque) toutes les questions sur l'énergie et le réchauffement climatique

Le Magret diplomatique
L'actualité éclairée par l'histoire

Mon Toulouse
Une autre vision de l'actualité toulousaine

Toulouse décroissance

Il y a une vie après Colomiers
Association de défense de la ligne SNCF Toulouse - Auch

L'air de rien
Groupe Toulousain de musique impitoyable

Amis
Entre noir et blanc, je suis jaune
Danyung, entre Asie Afrique et Europe

Les bons plans de la Vir
Virginie, sa vie, son oeuvre !

Arctic 2007
Nico et Jean, 2 frères qui traversent Canada et Alaska à vélo

Autres
Pataphysique
L'agrégateur des blogs toulousains

Le webzine alternatif sur le cyclisme

Vélo coqué
Roulez couverts !

Avenir Cycliste Rabastinois

Autres liens intéressants


Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que 1) le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique 2) s'attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance». Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle «chaîne», un nouveau «journal», chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

146 Freemen au 02/12/2007


2 plus n
A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Argent facile
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Dialogue citoyen
Duplex
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Démocratie sans frontière
Dérapages
Développement durable
Développement durable et communication
Eco-echos
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Europeus
Exdisciplesleblog
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Francesco : l'objectif dans l'oeil
Fred de Mai
Freya Finker
Fsens
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Géoclic
Imagine 2012
Imagine 2050
Isegoria, (re)prenons la parole
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La politique du chacal
La rage du peuple
Le Barrablog
Le Blog de Guyom
Le Blog à Rythme
Le Mague
Le Monde citoyen
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Le grand ménage
Le site de la pauvreté intérieure
Les méditations du sauvage
Lespacearcenciel
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mimiland
Miss Ecolo and Cie
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Mr Moon
Muad'ib Ginkgo
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
Olivox
Ombres et Lumières
On refait le blog
Ostende
Ouvertures
Penser paysage
Pile freemen 2.0
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
SDF
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Un oeil sur la planète
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vert chez moi
VideoBlog Ecoabita
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002
dieu des chats

Rédacteur Agoravox
TV5
Rédacteur Naturavox
Creative Commons License
Wikio - Top des blogs - Politique
  
blogCloud
PageRank Actuel
Technorati

Rechercher