Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 novembre 2007 3 28 /11 /novembre /2007 19:23
2ragt.jpg"Ensemble tout devient possible" nous promet la banque marocaine et l'ami Nicolas. Et bien le baril de pétrole à 100$ est très bientôt possible. J'ai pourtant vendu ma voiture au printemps dernier pour que cela n'arrive pas mais malheureusement encore trop sont accros au pétrole et nous ne savons pas (encore) faire sans lui... alors le prix monte, monte, monte...

Le seuil symbolique des 100$ est tout proche (même si ça redescend au moment où j'écris, 94.6$) et cela est peut-être une bonne nouvelle. La société devra s'adapter et changer et pourrait à terme devenir plus humaine, plus solidaire, plus respectueuse de l'environnement.

Un site propose de faire la fête le samedi qui suit le franchissement. A Toulouse, rendez-vous à 14h au centre de la place du Capitole. Il n'y aura certainement pas de concert de klaxons mais sûrement de sonnettes !! Initiative sympathique et provocatrice, j'y serai !

Partager cet article

Repost 0
Published by Sébastien - dans Energie
commenter cet article

commentaires

Odile 22/12/2007 21:25

En réponse à Manu, je ne résisterai pas totalement mais il y aura un effort.
Bisous de maman Odile

Manu 18/12/2007 17:40

Je n'ai pas de mail alors je ne peux pas télécharger le certificat d'exemption de cadeaux. Mais c'est une excellent idée. j'ai peur que maman Odile ait du mal à resister. je t'embrasse

Seb 01/12/2007 16:16

Pour compléter, voici une tribune d'Yves Cochet dans le Monde :

LE MONDE | 27.11.07 | 12h56

A 100 dollars le baril, on change de civilisation, par Yves Cochet

A ce prix, le pétrole brut n'est pas cher, de même que le litre de
super à 1,50 euro. Le cours du baril sur le marché new-yorkais
retrouve aujourd'hui la cote qu'il avait atteinte en 1980, tandis que
l'achat d'un litre d'essence nécessite deux fois moins d'heures de
smic qu'il y a vingt-sept ans. Ces niveaux nous paraissent élevés car
nous nous sommes habitués à des prix extrêmement bas entretenus par
les multinationales du pétrole, puis par l'OPEP. Cette époque est
révolue. Désormais, les prix du pétrole - et ceux de toutes les
énergies - seront toujours à la hausse pour trois raisons principales
d'origine géologique, économique et géopolitique :

1. - Le maximum mondial de production de liquide hydrocarboné est
atteint. Depuis le début de l'extraction industrielle du pétrole, la
moitié des réserves originelles a été consommée. Le pétrole restant à
extraire réclamant beaucoup plus d'investissement pour une qualité
moindre, les prix augmenteront tandis que la production diminuera.
Nous entrons aujourd'hui dans l'ère de la décroissance géologique de
la production mondiale de pétrole ;

2. - La demande est structurellement supérieure à l'offre. Tout le
monde veut du pétrole, source d'énergie essentielle au mode de
développement industriel. Nous ne pouvons pas vivre sans, nous sommes
drogués au pétrole. Cela rendra le choc pétrolier actuel plus durable
que les chocs d'origine politique des années 1970 ;

3. - Le pétrole c'est la guerre. Là où il y a du pétrole, une élite
dirigeante vit de sa rente - souvent aux dépens de la population - et
ces pays sont visés par le comportement prédateur des grands
consommateurs comme les Etats-Unis, l'Union européenne et la Chine. La
guerre d'Irak est un exemple de cette pétrovoracité industrielle,
comme l'a récemment avoué Alan Greenspan.

Les autres raisons sont marginales. Un cyclone tropical dans le golfe
du Mexique, une grève au Nigeria, une spéculation sur le marché des
matières premières... tout cela arrive parfois et pousse à la hausse.
Mais ces épisodes passés, le cours du baril ne redescend pas. Les
optimistes ne peuvent pas expliquer pourquoi le baril cotait 20
dollars en 2002 et 100 aujourd'hui.

Le modèle du monde qui habite le cerveau de l'Occidental moyen est que
le marché, la technologie et l'inventivité humaine parviendront à
résoudre les problèmes qu'affronte l'humanité, notamment la fin des
énergies fossiles à bon marché et le changement climatique. Quel
aveuglement ! Si nous voulons conserver les valeurs cardinales de
notre civilisation que sont la paix, la solidarité et la démocratie,
nous n'avons pas d'autre choix que celui de la décroissance rapide de
l'empreinte écologique des sociétés industrielles, en particulier la
décroissance de notre consommation d'énergies fossiles. Contre
l'évidence des limites géophysiques, les rêves des théologiens de la
croissance continuent, même après le Grenelle de l'environnement.

Un premier rêve séduit les esprits productivistes : investir plus dans
l'exploration permettra de découvrir et d'extraire plus de pétrole.
Hélas !, après plus d'un siècle d'exploration géologique, les
ressources sont à peu près toutes connues. Depuis plus de quarante
ans, le volume des découvertes annuelles diminue. Aucun
investissement, aucune technologie ne créera du pétrole qui n'existe
pas.

Un second rêve imagine que les progrès technologiques peuvent
augmenter le taux de récupération des champs de pétrole (c'est-à-dire
le pourcentage des réserves originelles par rapport au volume total en
place). Ce taux est aujourd'hui de 35 %, en moyenne. /"Un gain de 1 %
de taux de récupération équivaut à deux ans et demi de consommation
mondiale ! Notre ambition est de le porter en moyenne à 50 %"/,
affirme Andrew Gould, le PDG de Schlumberger. Mais le taux de
récupération dépend essentiellement de la géologie du réservoir. Il
peut varier de 3 % pour un réservoir compact fracturé à 85 % pour un
réservoir poreux et perméable. Aucune technologie ne peut transformer
un réservoir compact en un réservoir poreux.

D'autres rêves persistent dans l'imaginaire des croyants en la
prodigalité éternelle de la nature : la technologie contribuerait à la
croissance des réserves ; elle montrerait que nous avons encore 40 ans
de réserves pour le pétrole, 60 ans pour le gaz, et 250 pour le
charbon ; elle diminuerait les coûts d'extraction du brut. La réalité
est tout autre quand on prend le temps d'examiner longuement les
statistiques comme le font les experts de l'ASPO (Association for the
Study of Peak Oil). Ce qui compte, en effet, n'est pas le nombre
d'années de réserves, mais le moment où l'extraction atteindra un pic,
puis déclinera inéluctablement. Pour le pétrole, nous y sommes.

Un dernier rêve s'exprime comme une évidence de bon sens matinée de
credo scientiste : la technoscience trouvera des énergies de
substitution lorsque la production de pétrole déclinera. Or existe-t-
il une énergie aussi concentrée, aussi bon marché, aussi
transportable, aussi répandue, aussi facile et universelle d'usage que
le pétrole ? Aucune. Les avions ne décollent pas avec de l'uranium ou
de l'éolien. Ni avec des agrocarburants (éthanol, diester), dont
l'engouement actuel est dû au lobby betteravier et céréalier, au
mépris de tout bilan écologique et énergétique.

Le pétrole est un ensemble de molécules merveilleuses qui ont permis
la fabrication et la diffusion de milliers d'objets et de services
dans notre vie quotidienne (véhicules, aliments, médicaments,
plastiques, textiles...) et c'est aussi une matière puante et
polluante dont il faut nous sevrer rapidement sous peine de chaos
écologique, économique et social.

La seule politique susceptible d'éviter cette catastrophe est celle de
la sobriété, c'est-à-dire la décroissance franche et régulière de la
consommation de pétrole dans les pays de l'OCDE. Cette politique n'est
pas une adaptation légère due à un souci technique passager, c'est un
changement de civilisation dû à la fin du monde tel que nous le
connaissons.

------------------------------------------------------------------------
*Yves Cochet* est député Vert de Paris, ancien ministre.

Charles 29/11/2007 10:29

Bien sûr, personne ne s'en réjouit, même pas ceux qui n'ont pas de voiture ! Pour tous les dégâts que ça provoque(ra)... tout le monde sera touché.
Mais c'est une manière de provoquer, d'informer, de faire réfléchir peut-être, de remettre en question ?
Je suis peut-être un peu optimiste, mais ensemble tout est possible, effectivement ! le pire arrive en général quand une minorité s'attribue la plus grosse part du gâteau... Si seulement un peu plus de gens arrivaient à remettre leur mode de vie en question, de grandes choses seraient possibles ! Il faudrait donc à la fois penser qu'on est tous sur la même planète (et donc ne pas imaginer que les autres sont infiniment loin), et agir, consommer, voyager en local (ne pas passer un week-end aux Caraïbes)... Think global, act local, c'est ça ?
Voir le post de DéDé à ce propos : http://iddd.blogspot.com/2007/03/dd-think-global-act-local.html

Sébastien 29/11/2007 18:51

Mon propos est avant tout provocateur. Quand encore beaucoup (de moins en moins il est vrai) sont choqués de la TIPP (croyant d'ailleurs qu'elle est au %) et s'insurgent du prix élevé à la pompe, louer le franchissement de la barre des 100$ et du cynisme et de la provocation. Comme je le disais là http://sebos31.over-blog.com/article-13209035.html la fin du pétrole est peut-être une chance face au réchauffement climatique et un moyen de repenser l'économie, les relations entre pays. Exactement le "penser global, agit local" de Charles.Il est aussi vrai que la fin du pétrole pas cher sera certainement synonyme de tensions pour s'approprier les dernières gouttes et que les pétro-dollars ne reviennent pas forcément à des personnes et des Etats très vertueux (compagnies productrices, dirigeants et pays peu démocrates...).Notre société gaspilleuse, polluante est basée sur le pétrole bon marché. Il est temps que ça change.La fin du pétrole bon marché est donc une chance et continuer avec un pétrole peu cher serait une catastrophe pour l'environnement, ça c'est une certitude.

Raph 28/11/2007 23:21

Je reste perplexe quant aux bons effets de cette hausse... Les bons effets risquent de ne commencer que dans 30 ou 40 ans, quand il n'y aura vraiment plus de pétrole.
D'ici là ça risque d'être augmentation des prix de l'alimentaire avec des famines qui s'ensuivraient, guerres contre les pays producteurs ou entre clients, augmentation des dictatures et gouvernements répressifs... Qu'en pensez-vous ?
Est-ce que se réjouir ne serait pas une erreur (en plus d'être une provocation certes réjouissante...) ?

A visiter

Citoyenneté


Association Vélo
La voix des cyclistes de l'agglomération toulousaine

Vélo à St-Go
Pour que Saint-Gaudens soit cyclable !

Collectif citoyen Portes de Gascogne
Contre un nouveau centre commercial proche de Toulouse

Manicore.com (J.M. Jancovici)
Les réponses à (presque) toutes les questions sur l'énergie et le réchauffement climatique

Le Magret diplomatique
L'actualité éclairée par l'histoire

Mon Toulouse
Une autre vision de l'actualité toulousaine

Toulouse décroissance

Il y a une vie après Colomiers
Association de défense de la ligne SNCF Toulouse - Auch

L'air de rien
Groupe Toulousain de musique impitoyable

Amis
Entre noir et blanc, je suis jaune
Danyung, entre Asie Afrique et Europe

Les bons plans de la Vir
Virginie, sa vie, son oeuvre !

Arctic 2007
Nico et Jean, 2 frères qui traversent Canada et Alaska à vélo

Autres
Pataphysique
L'agrégateur des blogs toulousains

Le webzine alternatif sur le cyclisme

Vélo coqué
Roulez couverts !

Avenir Cycliste Rabastinois

Autres liens intéressants


Freemen est un réseau de blogs, dont les auteurs sont convaincus que 1) le changement climatique est un problème majeur, pas uniquement écologique, mais aussi politique et économique 2) s'attaquer sérieusement à ce problème implique une remise à plat de nos modèles économiques et, particulièrement, de la notion de «croissance». Au delà, comme le nom “Freemen“ l’indique, chacun pense, écrit ce qu’il veut sur son blog. L’ensemble de ces contenus doit petit à petit former une nouvelle «chaîne», un nouveau «journal», chacun parlant de politique, mais aussi, d’art, de ciné, de tout.

146 Freemen au 02/12/2007


2 plus n
A l'évidence
A tous les hommes libres
Activart (Intelliblug)
Adam Kesher
Adamantane.orgue
Appel de Raspail
Aquafiesta
Ardente
Argent facile
Avenir climat
Bar Nabé
Blog Citoyen
Blokomondi
C'est quand le bonheur ?
Cap21 Normandie
Carnets de Nuit
Chambre avec vue
ChampG
Chaouinerie
Chroniques Martiennes
Citoyenne du monde... libre
Crise dans les medias
D'Steckelburjer
Dernières nouvelles de l'homme
Des alpes aux rocheuses
Des bulles
Des mondes en lutte
Dialogue citoyen
Duplex
Débords
Déconstruire Babylone
Décryptages
Démocratie sans frontière
Dérapages
Développement durable
Développement durable et communication
Eco-echos
Ecocitoyen
Ecolodujour
Economie en campagne
Effraie@Blog
Emile Bonjour
Entre Rêve et Réalité
Esprit Libre
Europeus
Exdisciplesleblog
Exeworld
FAQ hommes libres
Farid Taha
Fragola
Francesco : l'objectif dans l'oeil
Fred de Mai
Freya Finker
Fsens
Ghosts of Weimar
Gouvernance
Grande Question
Géoclic
Imagine 2012
Imagine 2050
Isegoria, (re)prenons la parole
Javafred
Juliette Robert
La Danse du Temps
La Faim d'un monde
La fin du capitalisme
La grande confusion
La liste à suivre
La politique du chacal
La rage du peuple
Le Barrablog
Le Blog de Guyom
Le Blog à Rythme
Le Mague
Le Monde citoyen
Le XXIIème siècle sera Utopie...
Le grand ménage
Le site de la pauvreté intérieure
Les méditations du sauvage
Lespacearcenciel
Lucie de l'île
Lune de Neptune
Lux
Maison, sucrée maison
Malisan
Marionnettes en prison
Melanchalys
MetaBlog Journal de l'Hypertexte
Michalon
Mimiland
Miss Ecolo and Cie
Mitsu Girlz
Mon Paysage
Moneinonline
Mr Moon
Muad'ib Ginkgo
Muji
Mythologie(s)
Nathalie NGK
Nicolas Marandon
Noolithic
Nous devons etre le changement ...
Nues _ news blog
Objectif planète
Olivox
Ombres et Lumières
On refait le blog
Ostende
Ouvertures
Penser paysage
Pile freemen 2.0
Piquouse de rappel
PoliTIK_show
Pticrom
Quotidien Durable
Regard Sur
Remises en cause
Réseau Citoyens Libres
SDF
Sab et l'autre
Samuel Desgane
Sator
Sebos31
Skazat
Skyblogscope
Slovar les nouvelles
Source de la vie
Thierry Crouzet
This is the end
Toucher Rectal
Toujours aussi pareil ?
Tout allant vert
Tout autour de la terre
Un oeil sur la planète
Une bibliothèque...
Utopie possible
Vampyr sentimental
Vert chez moi
VideoBlog Ecoabita
Vie de Baptiste…
Vitriol
Welcome To The Brave New World
Zara-ecolo
_002
dieu des chats

Rédacteur Agoravox
TV5
Rédacteur Naturavox
Creative Commons License
Wikio - Top des blogs - Politique
  
blogCloud
PageRank Actuel
Technorati

Rechercher